www.philatelistes.net - Catalogue des timbres
Collectionner les oblitérations
Un de mes sites préférés, sans doute. Très complet : l'ABC du collectionneur, comment identifier les oblitérations, un vaste dictionnaire philatélique. L'histoire de la marcophilie est mise en rapport avec les événements contemporains,  et, cerise sur le gâteau : le  webmestre livre dans un chapitre très didactique,ses trucs et astuces pour composer des pages Web.

www.philatelistes.net

Rechercher Membres Contacts Aide
Modération off     Accueil | Actualité | Annonces | Forum | Philamômes | Histoire postale | Merson | Liens

Catalogue des timbres


Extrait - (France) revenir à la listeRevenir à la liste


Capitales européennes : Luxembourg
© La Poste
Année : 2003
fr_031102 - Capitales européennes : Luxembourg

Bloc-feuillet indivisible de 4 timbres.
L'histoire du Luxembourg commence en 963 avec la construction d'une forteresse sur le rocher du Bock. Deux dates importantes sont à retenir dans une histoire très mouvementée : en 1815, par le Traité de Vienne, Luxembourg devient un Grand-Duché et en 1867, au Traité de Londres, il devient un état indépendant et perpétuellement neutre. Ce qui ne l'empêchera pas d'être envahi par les Allemands durant les deux dernières guerres mondiales. Parmi les grands hommes nés au Luxembourg, on peut citer deux fondateurs de la construction européenne : Robert Schumann (Le père de l'Europe) et celui d'une europe unie : Emile Mayrisch (1862-1928).
Les vues choisies pour les timbres représentent la Citadelle de saint-Esprit fortification militaire d'architecture Vauban, le Palais Grand-ducal, la Cathédrale Notre-Dame, le Pont Adolphe, construit par Paul Séjourné (211 mètres de long).


Valeur faciale : 2 euros (5 timbres à 0,50 euro) 
Sites et monuments
Dessin de Jean-Paul Veret-Lemarinier
Mise en page : Valérie Besser
Imprimé en : héliogravure
Emis le : 2003-11-07



Imprimer cette page  | Recommander cette page à un ami


Toussaint COPPOLANI
Toussaint COPPOLANI

Copyright © 2000 www.philatelistes.net
Credits, Critiques