www.philatelistes.net - La presse philatélique écrite
Philatélie 91
Pascal et Simone Bouhier proposent leurs produits sur leur site www.philatelie91.fr, sur de nombreux salons de collections d’Île de France ainsi que dans leur magasin – le seul magasin de philatélie de l’Essonne - installé  au 22 bis, Avenue Charles Rossignol – 91600 SAVIGNY SUR ORGE,.

Timbres de France, d’Europe de l’Ouest, Sélections de bonnes valeurs du Monde entier, lots tous pays, thématiques, pochettes, lettres, vracs, etc. …

Mais aussi : matériel toutes marques (Yvert & Tellier, Leuchturm, Safe, etc.…) pour toutes collections : timbres, pièces, médailles, €uros, cartes postales, etc.…

www.philatelistes.net

Rechercher Membres Contacts Aide
Modération off     Accueil | Actualité | Annonces | Forum | Philamômes | Histoire postale | Merson | Liens

La presse philatélique écrite



L'Année 2012 avec


Timbres Magazine
décembre   2012

cliquez ici pour plus d'informations sur Timbres Magazine

Numéro 140 - Décembre 2012 EDITORIAL : Bienvenue sur timbro.fr
Nous venons de lancer un nouveau site dénommé timbro.fr qui propose un large choix de timbres émis par de nombreux pays et nos anciennes colonies. Avec « Idées de collection » – que nous continuerons de présenter dans le magazine – nous sommes limités dans nos propositions. Impossible en effet de vendre des timbres que nous avons en faible quantité alors que sur Internet c'est envisageable et lorsque le stock est épuisé, vous êtes immédiatement informés. Finis donc les avoirs ou les retours de chèques ! Michel Melot a travaillé durant un an sur le projet et a mis beaucoup d'énergie et de passion pour le concevoir afin qu'il satisfasse pleinement vos attentes. Journaliste, ancien rédacteur en chef de Timbroscopie, il est aussi un collectionneur et a choisi, avec le soin qu'on lui connaît, des timbres dont la qualité est rigoureusement fiable. Que l'on se rassure,il y en a pour toutes les bourses (à partir de 0,30 €) et pour tous les types de collection. Evénement : le 66e Salon d'Automne. En couverture : en mer Rouge, dans le sillage d'Henry de Monfreid. (1ère partie). Comme on le sait la collection de timbre et d'histoire postale des anciennes colonies connait toujours un vif succès et c'est assurément le cas pour Obock, la cote française des Somalies et les Afars et Issas. Des timbres rares, de nombreuses variétés et des vedettes comme le 50 francs-or d'Obock une valeur faciale record durant des années! Beaucoup a déja été écrit sur la corne de l'Afrique, mais avec cette livraison revisitons son histoire en nous intéressant à Henry de Monfreid.
Nous avons demandé à son petit-fils Guillaume qui vient de sortir un ouvrage sur son grand-père, de retracer quelques éléments de sa vie hors du commun et de ses aventures en mer. Une occasion aussi d'évoquer la poste maritime a son époque. Curiosités : l'aéropostale des pays-bas. Nous avons précédemment évoqué les carnets de vignettes pour la poste aérienne française, puis ceux de la poste aérienne britannique. Nous allons ici nous intéresser aux Pays-Bas, dont l'histoire coloniale se reflète dans quelques-unes de ces productions Histoire postale : la ligne de la côte orientale d'Afrique et de Madagascar. Nous reprenons notre série au long cours consacrée aux lignes maritimes postales françaises entre les deux guerres mondiales avec les Messageries maritimes et le transport du courrier au-delà du canal de Suez, vers l'Océan Indien et l'Extrême-Orient Classique : 25c. Cérès dentelé aux types I, II et III. Les zéros ne sont pas des nuls. La pratique de la « Reconstruction des planches » permet d'associer une variété donnée a une case d'un galvano donné. Cela n'est pas réalisable si la variété n'a pas été rencontrée tenant à une autre déjà placée ou bien si le timbre ne présente aucune anomalie d'impression. Rappelons qu'une variété est une anomalie qui se répète à l'identique, qu'une variété « non placée » est connue mais n'a pas de place attribuée, alors que le « zéro » en a une, mais aucune variété pour l'occuper. Thématique : « Mon nom est Bond, James Bond». « My name is Bond. James Bond. » Plus célèbre par ses films que par les livres d'Ian Fleming, son créateur, l'agent secret britannique au service de Sa Majesté, James Bond, vient de fêter ses 50 ans de cinéma. Un jubilé accompagné de la sortie d'une 23ème pellicule, « Skyfall », qui, sur le mode anniversaire, accumule les clins d'œil sur les aventures passées, sans occulter les dangers futurs. Ce double événement cinématographique a permis, en parallèle, à l'agent 007 de faire un bond «officiel» dans la philatélie britannique. Il faut bien honorer ses héros et via le courrier les placer sur le devant de la scène mondiale. Une autre manière de mettre en exergue les aspects positifs d'un pays qui a fait le pari d'organiser les Jeux olympiques de 2012 ! Jeux d'ailleurs inaugurés par la reine Elisabeth II et par James Bond en personnes. Thématique : Pro juventute : le centenaire d'une Fondation étroitement liée à la philatélie suisse. Acheter des timbres plus chers que leur valeur faciale, voilà un principe bien connu: la surtaxe, sans valeur d'affranchissement, est reversée a une œuvre de bienfaisance. Les timbres deviennent ainsi une voie caritative privilégiée, grâce au volume de vente réalisé par la poste. En la matière, la Suisse fait figure d'exemple. Depuis cent ans, chaque année ou presque, la Confédération helvétique émet une série sur laquelle figure la mention « Pro juventute » que les latinistes traduiront par « Au profit de la jeunesse ». Retour sur l'une des premières initiatives philanthropiques postales Thématique : Regards philatéliques sur la Joconde. En dépit de ses cinq cents ans, l'œuvre de Léonard de Vinci se retrouve régulièrement sous les feux de l'actualité artistique : en 2012, on lui a trouvé par deux fois une sœur, grande ou petite, voire des jumelles ! Chaque année ajoute aussi des titres à la liste déjà longue des ouvrages qui lui sont consacrés Carte postales :la carte postale se souvient des célébrités oubliées. Qui se souvient d'Adolphe Sax, le créateur des fanfares ? Ou de René de Buxeuil, le compositeur aveugle ? Qui se souvient de Sophie Cermain la géniale mathématicienne ? Ou d'angélique Duchemin, la guerrière ? Qui se souvient de M. Magnaud, le bon juge de Château-Thierry ? Ou de l'héroïque Sœur Julie ? A l'instar de beaucoup d'autres. ils ont jadis, et à des titres divers, connu la célébrité. La plupart d'entre eux ont aujourd'hui disparu de la mémoire collective. Ils restent cependant présents dans les pages historiques des dictionnaires et sur les sites informatiques. Mais on les trouve aussi sur les cartes postales anciennes et ce n'est pas la moindre des surprises car ce sont elles qui assurent leur survie en conservant et en propageant leur image. Comme elles assurent la pérennité des « types locaux » chers aux collectionneurs. Usage courant : des Lamouche remarquables. La parution de l'ouvrage de la SOCOCODAMI recensant les tirages de la Marianne des français dessinée par Thierry Lamouche, est l'occasion de présenter plusieurs pièces remarquables de cette série de timbres d'usage courant. La pièce en question : deux envois taxés. Tarif postaux : un Merson de métropole invité surprise à Port-Saïd. La découverte d'un timbre surchargé inconnu nécessite de vérifier si la surcharge est authentique ou non. S'agissant comme ici, d'une surcharge réalisée à Port-Saïd en 1921, il convient de la comparer à celles apposées sur des timbres de type Merson légendés « PORT-SAID », timbres support que l'on l'habitude de rencontrer. Décryptage : les chiffres-taxes de Londres utilisés en Guadeloupe. Rencontre : Michel Hervé, collectionneur de découvertes. Michel Hervé a 47 ans et vit à côté d'Evreux. Très tôt passionné par la philatélie, il se spécialise sur le 15 centime type Sage, ce qui l'amène à faire des découvertes sur l'une des variétés les plus courantes du XIXème siècle. Sa collection s'est étoffée de documents philatéliques qu'il s'efforce de partager sur ses sites internet fournis. Régionalisme : la collection des franchises et des bureaux spéciaux de France (1792-2012). Socrate a parlé : Vous avez la parole.Comme je m'y attendais, la FFAP n'a pas manqué de réagir concernant la compétition. Des premiers propos qui m'ont été rapportés, il ressort que la Fédération a la volonté de s'expliquer, de trouver des solutions et reconnaît qu'il peut y avoir des problèmes. Ils sont parfois liés à la communication, à la formation des jurés, à la méconnaissance des règles par les compétiteurs mais aussi aux expertises contradictoires (vaste sujet). Tout cela engendre des frustrations qu'il est indispensable d'atténuer. Car ne l'oublions pas, la philatélie est un loisir qui doit rendre heureux et certainement pas l'inverse?! Vous me trouverez toujours pour défendre les collectionneurs désireux de faire de la compétition dans la joie et la bonne humeur, sûrement pas dans l'apologie de quelques podestats – souvent craints – qui dégoulinent de suffisance et se moquent des « petits ».Bernard Jimenez, vice-président de la FFAP, directeur de FIP Europe, répondra sans langue de bois (c'est important de le noter) à vos lettres dans le numéro daté janvier.
voir le site Cliquez ici pour consulter le site de Timbres Magazine



Timbres Magazine
novembre   2012

cliquez ici pour plus d'informations sur Timbres Magazine

Numéro 139 - Novembre 2012 ÉDITORIAL : "Le dessous des cartes et des timbres. La thématique cartes sur timbres est très intéressante à aborder car elle illustre souvent des revendications et des évolutions territoriales que l'on a parfois oubliées. Pour illustrer ce propos, prenons deux timbres qui entrent dans la collection du Mali. Au moment où ces lignes sont écrites, le pays est coupé en deux. Le nord est passé sous le contrôle totalement illégal d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), tandis que le sud - où se trouve la capitale Bamako – est dirigé par un gouvernement (issu du putsch de mars dernier) qui est censé trouver une solution pour reprendrele nord?! Une situation complexe qui explique les réticences des Nations unies à donner leur aval à ce nouveau pouvoir siégeant dans la capitale, lequel n'a pas été légitimé par les urnes. Une intervention militaire dans le nord sous l'égide de plusieurs pays africains, dont le Sénégal, tarde à se mettre en place (ce qui n'est pas sans conséquences pour la population) tandis que l'émergence d'un « Sahelistan », une zone de non-droit allant de l'Atlantique au Niger, est une menace. Ses contours ne sont pas sans rappeler les frontières de nos anciennes colonies. Ce n'est pas la première fois que le pays est coupé en deux comme le montrent ces timbres, notamment celui de la Fédération du Mali, le territoire avait alors un accès à la mer, tandis qu'il disparaît sur le Poste aérienne émis en 1970. Pour comprendre l'histoire du Mali, rien de tel que les timbres qui constituent un excellent « fil rouge », mais on aurait bien aimé que davantage de cartes figurent sur un certain nombre d'entre eux tant la situation est complexe. Rappelons que le Mali dans ses frontières officielles actuelles recouvre – en simplifiant – celles de l'ancien Soudan français. Les premiers timbres portant ce nom sont émis en mai 1894 et en décembre 1900. Le pays sera ensuite plusieurs fois rebaptisé et ses frontières bougeront : Haut-Sénégal et Moyen Niger puis Sénégambie et Niger et ensuite Haut-Sénégal et Niger. En 1921, on retrouve sur les timbres la mention « Soudan français » en surcharge ainsi que la référence à l'Afrique-Occidentale française (AOF). Le territoire est scindé en trois : Soudan, Haute-Volta et Niger. La dernière émission mentionnant le Soudan et l'AOF date de 1944. La Fédération du Mali devait à l'origine regrouper le Soudan, le Sénégal, la Haute-Volta et le Dahomey mais elle ne se réalisera finalement qu'avec les deux premiers en janvier 1959. C'est en cette même année que notre timbre de la Fédération du Mali est émis. Des dissensions apparaissent très vite et la Fédération du Mali éclate. En août 1960, le Sénégal prend son indépendance puis, en septembre, c'est au tour du Soudan qui prend le nom de Mali. Voilà donc pourquoi sur le Poste aérienne du Mali, le Sénégal et l'accès à la mer ont disparu de la carte. Treize timbres au total ont été émis par l'éphémère Fédération du Mali. Inutile de dire que ceux sur lettre sont rares et recherchés." (Gauthier Toulemonde) Programme du 66e Salon d'Automne. En couverture : Principauté d'Andorre, invitée. La Principauté d'Andorre est l'invitée du 66e Salon philatélique d'automne. L'occasion d'un tour d'horizon de la production philatélique andorrane. Histoire postale : les débuts de la philatélie de la Perse. La civilisation Perse remonte à plus de deux mille ans avant notre ère. Le vaste empire Perse s'étendant de l'Inde à l'Egypte a été fondé sous la dynastie des Achéménides par Cyrus le vers 600 av. J.C. Les conquêtes d'Alexandre le Grand vont réduire cet empire qui va céder vers 330 av. J.C., sous Darius III. La Perse subsista jusqu'au début du XXe siècle. Le pays changea de nom par décret du shah, le 21 mars 1935, jour de Noruz (nouvel an), pour devenir l'Iran. Un nom qu'il conserva jusqu'au 1er avril 1979, date à laquelle le pays est devenu la République islamique d'Iran. Etude : les timbres de l'Afrique orientale allemande. Devenue tardivement un empire colonial, l'Allemagne dut se contenter en Afrique des restes des autres grandes puissances coloniales, France, GrandeBretagne, Espagne ou Portugal. Les quatre territoires assez disparates qui passèrent sous sa férule sont dispersés dans la moitié méridionale de l'Afrique: le Togo et le Cameroun, à l'Ouest, mais non adjacents, tout à fait au Sud, le territoire dit du "Sud-Ouest Allemand", aujourd'hui devenu la Namibie, et enfin, à l'est, la colonie d'"Afrique orientale allemande" - en Allemand "Ost-Afrika". Histoire postale : Berlin 1945-1949. Après-guerre et guerre postale.Dans le Berlin d'après-guerre, occupé par les Alliés, géopolitique et poste sont étroitement liées. Les dissensions portant sur les légendes des timbres suivies des restrictions d'utilisation d'une zone à l'autre mènent à une guerre postale, reflet de la guerre froide qui s'installe entre l'Est et l'Ouest. La collection des timbres et lettres de cette période est passionnante parce que riche en documents divers. Etude : quand les Etats-Unis rendent hommage à leurs présidents. Tous les quatre ans, à chaque année bissextile, les Américains se rendent aux urnes afin d'élire leur président. A l'heure où Barack Obama s'apprête remettre son titre en jeu contre Mit Romney, retraçons un peu l'histoire des quarante présidents des Etats-Unis qui ont eu la chance de figurer sur un ou plusieurs timbres. De Washington à Reagan, la philatélie nous permet de marcher sur les traces d'hommes politiques puissants. Les derniers élus devront attendre, cruelle réalité, de mourir pour avoir l'honneur de figurer sur un timbre... Thématique : les volcans des cordillières américaines (2e partie : Amérique du Sud) Suite de l'évocation des timbres représentant les volcans situé sur la cordillère américaine, côté Amérique latine cette fois-ci Artiste : Louis Boursier : un graveur au coeur de l'Histoire.. Avec le bloc entièrement gravé « Les Grandes Heures de l'Histoire de France », Louis Boursier fait une entrée remarquée dans le monde de la philatélie et rejoint ainsi le cercle très fermé des artistes graveurs œuvrant pour La Poste. Artiste précis, méticuleux, il est surtout très expérimenté dans les techniques de la gravure. Classiques : 25c Cérès dentelé au type II. le fabuleux destin de la case 34G4. Nous connaissons tous " Le Fabuleux Destin d'Amélie Poulain " un film du réalisateur Jean-Pierre Jeunet. Voici le récit du destin tout aussi fabuleux de la case 34G4 du 25 centimes Cérès. Pour faciliter la lecture de cet article, il est recommandé de lire ou de relire « Un classique de France oublié des catalogues depuis 140 ans », concernant le n°60B issu de la planche 4 Carte postales : les soldats indigènes en 14-18. "Indigènes". Le terme était appliqué, pendant la Première Guerre mondiale, aux soldats des colonies enrôlés dans l'armée francaise et venus combattre aux côtés des Alliés. Il fut repris, vingt-cinq ans plus tard, à l'intention des combattants de la France libre originaires d'Afrique et des autres territoires de l'Empire qui participèrent à la libération de la France et à la victoire finale. Régionalisme : des parents pauvres qui sont riches. La pièce en question : le 5F Empire lauré seul sur lettre. Décryptage :1943 : les machines Havas ont servi jusqu'en Algérie. Rencontre :1943 : Stéphane Sébile, des timbres dans les étoiles. Passionné par l'aventure humaine dans l'espace, Stéphane Sébile, 42 ans, mène de front deux collections sur 1'aérophilatélie et l'astrophilatélie. Une passion qui l'a conduit à en faire son univers professionnel: en 2009, il a crée sa propre entreprise de conseil d'investisseurs sur le marché de la collection spatiale. Socrate a parlé : Deux lettres reçues sur des questions quant au fonctionnement des compétitions. Le deuxième a arrêté la compétition.
voir le site Cliquez ici pour consulter le site de Timbres Magazine



Timbres Magazine
octobre   2012

cliquez ici pour plus d'informations sur Timbres Magazine

Numéro 138 - Octobre 2012 EDITORIAL : A propos du magazine. Gauthier Toulemonde se propose de faire le point sur les questions les plus fréquemment posées par les lecteurs : Comment recevoir le Point fidélité ? Comment peut-on classer les fiches détachables ? Qu'est-ce que Timbropresse ? Fête de timbre En couverture : timbres d'Indochine, des maquettes inédites. A la suite de l'article paru dans TM n°127, d'octobre 2011, nous revenons sur des timbres de la fédération indochinoise. Une documentation inédite montre que leur création touche tant à l'art qu'à la propagande. Retrospective : les carnets de 2011. Le carnétisme n'a jamais été aussi vivant qu'en 2011, semble-t-il. D'une part, comme depuis quelques années, la multiplication des timbres d'usage courant autocollants a entraîné une augmentation corollaire des carnets dans lesquels ils sont inclus, mode de vente le plus pratique. D'autre part, de nombreuses postes du monde entier se sont rendu compte que mettre en circulation des carnets permettait d'augmenter les recettes, il faut bien le reconnaître, hélas. Etude : la Lettre Verte... un an déjà. Le 1 er octobre 2011, La Poste a modifié sa gamme de courrier rapide en proposant à ses clients, en plus de la lettre prioritaire distribuée à J+1, la Lettre Verte distribuée à J+2. Bilan d'une année d'utilisation. Histoire postale : Berlin 1945-1949. Après-guerre et guerre postale. Berlin, capitale de la Prusse, de l'Empire germanique, de la République de Weimar, du IIIe Reich, n'a pas été épargnée par l'histoire et n'a connu que de courtes périodes de prospérité. A l'issue de la Seconde Guerre mondiale la ville, dont le centre avait été anéanti par les bombardements, a été, comme l'ensemble de l'Allemagne, coupée en zones d'occupation par les Alliés. Occupation qui a rapidement formé deux blocs antagonistes, l'Est et l'Ouest, marquant le début de la Guerre froide, et aboutissant à la construction du « Mur de la honte». Etude : l'utilisation des documents postaux dans une collection. Jean Jacques Rabineau livre son expérience pour réussir une présentation en compétition. Des conseils que le collectionneur peut juger superflus s'il ne fait pas de compétition. Chacun est libre d'organiser sa collection comme bon lui semble: I'essentiel étant de se faire plaisir. Mais si l'amateur désire se mesurer, dans le cadre d'une compétition, à d'autres collectionneurs de sa spécialité, il y a des règles à respecter. Histoire postale : quelques marques de l'action psychologique pendant la guerre d'Algérie. Au sortir de la guerre d'Indochine, la France n'a pas le temps de souffler puisque le 1er novembre 1954, plus de 70 attentats éclatent sur le territoire algérien. C'est ce que l'on appellera la "Toussa;nt rouge "et qui marquera le début de la rébellion. C'est plus la surprise qui marqua les esprits que les conséquences de ces attentats, car sauf dans la région des Aurès, les dégâts furent matériels et assez modestes. Cependant les autorités françaises, tout autant que l'armée, prirent conscience qu'il fallait s'adapter à ce conflit, et notamment contrer le déploiement de l'ALN (Armée de libération nationale), émanation armée du FLN (Front de libération nationale), c'est ainsi que furent imaginées les sections administratives spécialisées ou SAS. Les artistes du timbre : La Suède sous le burin de Slania.Pourtant proche de nous, la Suède est un pays que l'on connaît peu. Cette vaste étendue de terre, coincée entre la Norvège et la Finlande, est pourtant un fleuron de la culture scandinave. Nombre de ses atouts se révèlent dans les sujets choisis pour orner les timbres du pays, et notamment dans les exemplaires gravés par Slania. L'œuvre de cet artiste au talent incomparable permet de voyager à travers plus de quatre cents timbres et de découvrir ainsi ce royaume du Nord. Chronique : De Pezenas à Lisbonne, il peut y avoir 3 300?km. Entre deux pays européens ayant une frontière commune le bon sens voulait que le courrier la franchisse ; mais un expéditeur pouvait souhaiter un parcours maritime : plus cher, plus long, plus compliqué, plus aléatoire et, pourquoi pas, avec une escale à Londres. Carte postales : de Dion Bouton, un grand moment de l'automobile. « il y a quelques semaines, on a vu expérimenter avenue de la Grande Armée à Paris, une voiture à vapeur qui excitait vivement la curiosité des passants ». C'est ainsi que la revue « La Nature » datée du 5 août 1884 relatait le lancement d'un prototype de voiture à vapeur conçue et réalisée par Albert de Dion, Georges Bouton et Charles Trépardoux. Une année plus tard, la petite automobile expérimentale se trouvait transformée en un phaéton utilitaire à vapeur pouvant prendre à son bord six personnes dont un mécanicien, ce dernier se tenant à l'arrière du véhicule et les voyageurs à l'avant. Régionalisme : à propos des indices Pothion, la cotation. La pièce en question : une lettre pour Bade. Décryptage :1943 : la poste aux armées en Algérie. A la suite du débarquement allié au Maroc et en Algérie, le 8 novembre 1942, I'Afrique du Nord française rentre dans la guerre. L'Armée d'Afrique prend part à la campagne de Tunisie Jusqu'en mai 1943. Socrate a parlé. Compétition et philatélie, votre avis m'intéresse. Les collectionneurs qui décrochent une médaille prestigieuse ne l'ont pas obtenue par hasard. Ils ont consacré des heures et des jours à leur passion en se documentant, en se plongeant dans les tarifs postaux, en cherchant les pièces rares avec une infinie patience et une grande détermination. Lorsque cette longue préparation s'achève, arrive le moment aussi redouté qu'attendu, celui de l'épreuve. Si la victoire est au rendez-vous, c'est alors beaucoup d'émotion, la reconnaissance officielle du travail accompli souvent sur plusieurs années. Fatalement, comme en sport, les marches du podium ne peuvent être atteintes par tous les compétiteurs et la déception qui en découle peut être grande. Mais il arrive qu'une bonne défaite soit utile dès lors que le collectionneur comprend ses erreurs et se remet en cause. La pilule est en revanche plus dure à avaler lorsque le juré se trompe, faute de temps pour apprécier la présentation ou tout simplement par méconnaissance du sujet. Des erreurs d'arbitrage en somme comme il y en a dans bien des disciplines mais qui ne sont pas sans conséquences. Elles peuvent conduire des philatélistes à se détourner de leur passion. Il y a quelques années, j'ai entendu des propos particulièrement désabusés à ce sujet et il y avait un mur, que dis-je un panneau, d'incompréhension entre le candidat malheureux et le juré. J‘ignore lequel des deux avait raison mais ce collectionneur a aujourd'hui abandonné toute vie associative, ne tire plus la philatélie vers le haut comme il l'avait fait durant de nombreuses années, entraînant alors dans son sillage tant d'autres qui, certes ne faisaient pas de compétition, mais bénéficiaient de ses conseils avisés. N'hésitez à m'écrire pour me dire pourquoi vous la pratiquez, ce qui vous motive, vos bons et mauvais moments, ce que vous pensez des règlements, de la formation des jurés et bien d'autres choses encore que vous avez à l'esprit.
voir le site Cliquez ici pour consulter le site de Timbres Magazine



Timbres Magazine
septembre   2012

cliquez ici pour plus d'informations sur Timbres Magazine

Numéro 137 - Septembre 2012 EDITORIAL : Bonne rentrée ! Les vacances touchent à leur fin et bientôt nombre de collectionneurs vont reprendre le chemin de leurs albums. Après l'exaspération on ne peut plus justifiée qu'ont suscitée en juin les coffrets Marianne Étoiles d'Or (ils ne seront pas cotés par Yvert et Tellier et c'est une bonne chose), la rentrée devrait être plus intéressante. J'ai eu l'occasion d'avoir un long échange avec Claude Désarménien - le nouveau président de la FFAP. II en ressort une vraie volonté de faire bouger la philatélie, d'innover et communiquer. Le problème de la philatélie ces dernières années est qu'elle est de moins en moins connue du grand public et ne concerne à présent qu'un nombre limité d'initiés. Toutefois, contrairement aux idées reçues, lorsque l'on part à la rencontre des néophytes, l'accueil est généralement excellent. "Quand on a des bénévoles on a des résultats", n'hésite pas à dire Claude Désarménien, ce qui est très encourageant. Sa remarque s'applique tant aux adultes qu'aux jeunes et c'est pour ma part une surprise si la réussite est au rendez-vous, le recrutement de bénévoles n'est en revanche pas une mince affaire d'autant que ceux-ci essuient parfois des critiques (justifiées ou non) qui peuvent les conduire au découragement. Que l'on se rassure, ce n'est pas spécifique à la philatélie et le problème se rencontre dans bien d'autres activités ! C'est aussi la première rentrée philatélique de Christèle Fontaine, la nouvelle directrice de Phil@poste qui vient de renouveler en profondeur son équipe. De nouvelles femmes et hommes vont donc prendre des responsabilités, espérons que les erreurs du passé ne seront pas renouvelées et que ne seront pas écartées - sous prétexte de se distinguer - les bonnes initiatives de leur prédécesseurs. Quelques signaux ont déjà été adressés avec le retour des Points philatélie, la présence des beaux timbres dans les bureaux de poste et la réalisation de tests pour qu'ils soient également diffusés chez les buralistes.
Les marchands de timbres se plaignent périodiquement de manquer de « matériel pour leurs ventes sur offres ou à pnx nets e se demandent où sont passées quelques-unes des belles collections d'autrefois Par le plus grand des hasards durant mes vacances j'en ai découvert une exceptionnelle. C'est une collection mondiale - ce n'est pas fréquent - composée de classiques qui for rêver A la question posée à la personne qui en a hérité il y a déjà longtemps « Qu'en faites-vous ? » la réponse fut tout aussi directe « Rien, personne n'est philatéliste dans la famille mais nous la conservons en souvenir ». Je vais donc tenter de le convaincre de me communiquer des photos de cette collection qui serviront à la rédaction de plusieurs articles. Une occasion de ressortir des pièces remarquables qui figuraient en noir et blanc dans de vieux catalogues... L'anonymat sera bien entendu préservé. Cette expérience me laisse à penser que bien des trésors sommeillent dans de armoires et autres coffres, et les exhumer servirait la recherche en philatélie.
A noter enfin avec ce numéro de rentrée une nouvelle rubrique consacrée aux timbres autocollants qui devrait répondre aux attente de nombreux lecteurs.
Passion : Les carnets se déclinent en rouleaux. Mise en vente anticipée le 31 décembre 1989 pour saluer le bicentenaire de la révolution française - la date était limite la Marianne du bicentenaire créée par Louis Briat n'a cessé de surprendre les philatélistes en s'accordant d'importances innovations, tant dans le domaine de l'impression que de l'utilisation postale L'histoire et la philatélie retiendront comme fait marquant de son règne la création le 5 juillet 1993 du timbre à validité permanente, le TVP (2,80 F à l'époque). Et, autre signe de l'évolution des mœurs postales, les timbres en feuilles cèdent le pas aux enveloppes pré-affranchies et aux carnets dont la vente au guichet est plus rentable que les timbres à l'unité. La véritable évolution-révolution postale, elle, est arrivée avec les carnets Briat : les premiers carnets ouverts de timbres autocollants (ou adhésifs) à 2,30 F. la découpe droite prenant le relais de la dentelure, découpe droite ensuite remplacée par une découpe ondulée, réalisées à mi-chair par un groupe mordant sur un support silicone faisant office de couverture. Puis l'arrivée des carnets en rouleaux, disponibles en libre-service dans les distributeurs automatiques de marque SAGEM, et enfin celle des carnets ouverts de 20 timbres à se procurer dans les distributeurs de billets de banque (DAB). Des nouveautés en cascade pour les usagers, une véritable aubaine pour les philatélistes qui s'étaient lancés dans la collection des Marianne de Briat. Histoire postale : Depuis 1947, I'ONU cherche à amener la paix au Moyen-Orient. Dès sa création en 1945, l'ONU n'a cessé de promouvoir la paix au Moyen-Orient. Mais malgré d'importants et coûteux efforts, une paix durable n'a pas (encore) pu être instaurée dans cette région. Pour le passionné d'histoire postale, les plis expédiés par les membres des commissions, les observateurs et les casques bleus de l'ONU sont très intéressants, car ils sont les témoins de l'histoire tragique du Moyen-Orient. Classiques : Un classique de France oublié des catalogues depuis près de 40 ans ! Incroyable mais vrai ! Cette annonce peut sembler incongrue, or elle ne l'est pas le moins du monde comme nous allons le démontrer. Thématique : Les volcans des cordillères américaines. Il en est de la géologie comme d'autres disciplines, c'est un univers passionnant qui se décline en timbres du monde entier pour décrire la Terre que nous habitons. Leçon de volcanologie illustrée. Histoire postale : L'occupation prussienne de la Marne, une collection à découvrir. Les collections d'histoires postales régionales connaissent un vif succès et ce n'est pas nouveau. Celle que nous vous présentons dans ce numéro de rentrée est absolument remarquable. Elle couvre une face méconnue et passionnante de la guerre de 1870 avec l'Occupation de la Marne. Intitulée l'occupation prussienne dans la Marne 1870/72. Conséquences sur les relations postales, la collection montée par Gilles Fortin est à entrées multiples et comporte de belles raretés à l'instar des plis pour l'étranger. Elle met en scène des timbres que nous avions évoqués dans notre livraison d'avril dernier mais c'était à propos de l'Alsace et de la Lorraine. Retour sur ces étonnants timbres d'occupation qui ont servi bien peu de temps et dans des conditions particulières. Classiques : Le 75 centimes, un Sage sur lequel on tire à boulets rouges. Affublé d'une jolie nuance carmin, le premier 75 centimes Sage égaye les pages de nos albums au milieu d'une palette de couleurs qui apparaît parfois bien terne. Mais lorsque la série est renouvelée, le carmin est abandonné au profit d'un rose beaucoup moins convaincant. Cette teinte donne naissance à un second 75 centimes, exclu des tarifs de l'époque et souvent boudé pour son état général, jugé fragile et laid. Mais autant d'aversion est-elle justifiée contre ce timbre ? Pas sûr au regard de sa rareté et de ses fortes cotes. Etude : Les timbres du Pacifique chinois Kiautschou Nous avions précédemment évoqué les bureaux postaux allemands qui existaient en Chine à l'orée du XXe siècle. Mais on oublie parfois que le rivage du Pacifique chinois était aussi entaillé par une enclave appartenant à l'Empire allemand, la colonie de Kiautschou, qui aurait sans doute pu connaittre la prospérité d'une autre enclave, britannique, celle-là, Hong-Kong, si l'Allemagne ne s'était pas précipitée dans la Première Guerre mondiale Chronique : Le 15 janvier 1873 est emise la première carte postale française. "Par un triste privilège, il ne reste plus que deux pays en Europe où l'on ne voit pas circuler de carte postale : ce sont la Turquie et la France. Tous les autres l'ont adoptée". Ainsi s'exprimait Louis François Wolowski (1810-1876) le 19 décembre 1872, en défendant pour la seconde fois son amendement auprès du parlement français. Dès le lendemain, la carte postale est autorisée dans le service postal français par l'article 22 de la loi de finances du 20 décembre 1872. Allemagne : Le Modernisme du Bauhaus. Tandis que jusqu'au 22 septembre se tient la superbe exposition Gleizes-Metzinger à l'Adresse Musée de la Poste et que le Cubisme est à l'honneur sur nos timbres, prolongeons cette thématique en partant pour l'Allemagne où les timbres permettent une intéressante incursion en architecture moderne: hommage au Bauhaus. Cartes postales : Bonjour les enfants! Combien de bâtiments scolaires et de classes sont-ils représentés sur les cartes postales anciennes ? Ecoles publiques de Jules Ferry et de la Troisième République ? Ecoles confessionnelles et privées ? Ecoles spéciales et professionnelles ? Grandes écoles civiles et militaires ? Sans doute des dizaines de milliers ? L'Annuaire Neudin de l'année 1989 divisait le sujet en dix-huit thèmes répartis dans la thématique « Enseignement ». Je me contenterai, en cette rentrée scolaire de n'évoquer ici que les écoles des premières années. Régionalisme : Le point definitif provisoire sur le point définitif concernant les bureaux de distribution la pièce en question Decryptage : Les bagnards de la Côte ferme. La présence du bagne de Guyane n'est pas sans conséquence pour les lignes postales françaises desservant Colon. Parfois des évadés se cachent à bord ou organisent des trafics d'alcool. D'autres apparaissent plus proches de la compagnie... Rencontre avec Bemard Luezas : De timbres en découvertes. Bernard Luezas, 60 ans, est 3 la retraite depuis sept mois et vit à Gérardmer (Vosges). Plus disponible, cet ancien chef de cuisine en Iycée, compte bien mettre à profit son temps libre pour se consacrer à sa passion des timbres. Multicollectionneur, il prépare un projet philatélique ambitieux qui devrait l'emmener quelque part vers l'Asie. Parce que philatélie peut aussi rimer avec aventure, pittoresque, voyage. La chronique de Socrate : Si on enseignait la philatélie à l'école. Voici un sujet de chronique pour cette rentrée qui ne manquera pas de vous faire rire ou d'accabler les parents d'élèves ou les professeurs. C'est sur les conseils de l'un d'entre eux que j'ai pris connaissance des "Perles du bac" sur différents sites internet. Les auteurs de ces perles gagneraient à lire notre magazine ou à fréquenter un club. Un exemple ? En Histoire : "Une fois mort Kennedy ne pouvait plus y faire grand chose" ou " En effet, dès l'arrivée au pouvoir du Front national en 1936, la France entreprend une démocratie sociale, a l'image des Etats-Unis, ce qui aboutit aux biens de consommation", "En pleine guerre froide McCarthy avait même un plan pour filtrer Internet et débusquer les communistes". Ces perles du bac ne sont pas bien entendu représentatives du niveau de tous les candidats et j'ajouterais que nul n'est à l'abri de sortir des âneries, y compris votre magazine. Toutefois, je suis certain que si l'on enseignait la philatélie au lycée, on relèverait singulièrement le niveau de culture générale. Car à trop regarder la télévision, on confond Staline et Sylvester Stallone et on est un peu fâché avec l'orthographe de Mickey l'Ange et d'Homard de Vinci (sic)!
voir le site Cliquez ici pour consulter le site de Timbres Magazine



Timbres Magazine
juillet   2012

cliquez ici pour plus d'informations sur Timbres Magazine

Numéro 136 Juillet-Août 2012 EDITORIAL [NDLR : reproduit en intégralité compte-tenu de sa richesse et de l'aspect didactique de la philatélie "active", éclairant la géopolitique]: Le dessous des timbres. Des Alaouites à Lattaquié. "Au moment où cet éditorial est rédigé le président syrien est toujours au pouvoir mais nul doute que ce pays sera au cœur de l'actualité cet été. Si les relations entre la France et Bachar el-Assad sont exécrables, celles qui prévalaient entre notre pays et le territoire des Alaouites (dont est issue la famille el-Assad) au début du XXe siècle étaient nettement meilleures. Mieux, elles constituent un des facteurs qui a permis l'accession au pouvoir d'Hafez el-Assad! Retour sur le mandat français en Syrie et les timbres des Alaouites et de Lattaquié. Après la Première Guerre mondiale, la Syrie et le Liban – pays nouvellement créés à la suite du démantèlement de l'Empire ottoman – sont placés sous mandat français par la Société des Nations. Le général Gouraud est nommé haut-commissaire en Syrie. Pour tenter de contrôler cette vaste région de 300 000 km2, il va la diviser et la réduire à 185 000 km2. Comment ? En créant le 30 août 1920 le Grand Liban puis l'Etat d'Alep, celui de Damas et enfin le territoire autonome des Alaouites, placé sous administration française. Après avoir divisé, on réunit en juin 1922 les Etats de Damas, Alep et le territoire des Alaouites dans une Fédération syrienne avec Homs pour capitale. Nouvelles divisions en octobre 1922 et le 5 décembre 1924 le territoire des Alaouites est détaché de la Fédération syrienne avec un statut d'Etat. L'Etat des Alaouites prendra en 1930 le nom de Lattaquié. La première émission de timbres des Alaouites date de 1925, la dernière de 1930. Les timbres de Lattaquié remplacent ceux des Alaouites en 1931. Ce sont des timbres de Syrie surchargés, imprimés par Hélio-Vaugirard. Des timbres spécifiques pour une population qui l'est tout autant.
Durant de nombreux siècles, les Alaouites sont considérés comme les plus pauvres et les plus méprisés de la région. Appelés autrefois les Nusayrîs, ils constituent une étonnante communauté faisant référence à Ali (le gendre de Mahomet) et dont certaines cérémonies religieuses ne sont guère éloignées de celles du christianisme avec le pain et le vin ( ! ), sans compter qu'ils célèbrent de nombreuses fêtes chrétiennes. Des pratiques qui combinent donc des éléments chrétiens et chiites dans une région où les sunnites sont majoritaires. Ce particularisme n'échappe pas à la France qui leur accorde un traitement particulier: une autonomie politique qui met fin au contrôle sunnite, un faible niveau d'imposition et d'importantes subventions, on comprend pourquoi les Alaouites sont du côté français?! C'est pour cela qu'ils vont être très présents dans les troupes du Levant. Ouvertement favorables à la domination française, les Alaouites n'hésiteront pas à briser les manifestations sunnites. Quand il est question d'incorporer leur Etat à la Syrie, les réactions ne se font pas attendre et six notables alaouites vont même écrire à Léon Blum pour lui rappeler que les Alaouites diffèrent historiquement et religieusement des Sunnites et que sans l'appui de la France, ils courent un danger mortel ! Après la perte de son statut autonome en 1936, Lattaquié continuera pour autant à bénéficier d'un régime particulier. Lors de l'accession à l'indépendance de la Syrie, les sunnites prennent le pouvoir et il n'est pas question d'accepter toute forme de séparatisme alaouite, d'autant que la région donne accès à la mer. Les Alaouites comprennent que leur avenir est en Syrie et vont alors être très actifs dans l'armée, une position qu'ils avaient acquise au temps des Français comme on l'a vu. Les sunnites n'y prêteront pas d'importance dans un premier temps, méprisant la carrière militaire et l'Académie de Homs, considérée comme un « endroit pour paresseux ». Pour les Alaouites, l'armée constituait un moyen de promotion sociale avant qu'elle ne devienne un des moyens de prise de pouvoir. Hafez el-Hassad, père de Bachar, accède à la magistrature suprême par un coup d'Etat en 1970. Né près de Lattaquié, il doit beaucoup – comme les autres Alaouites – à la politique française au temps du mandat."
(signé : Gauthier TOULEMONDE). Comme on le voit, on apprend toujours à partir de simples surcharges figurant sur des timbres dont la cote me paraît bien faible. Reportage au salon Planète Timbres. Le salon Planète Timbres a été inauguré vendredi 8 juin en milieu d'après-midi par Jean-Paul Bailly, Président du groupe La Poste, Nicolas Routier, Directeur général du Courrier et Christelle Fontaine, Directrice de Phil@poste après une visite sur de nombreux stands d'animation et de La Poste. La foule des grands jours n'était pas encore là. Elle est arrivée le lendemain samedi 9 juin... En couverture : Londres : les Jeux Olympiques de 1908, 1948 et 2012.La capitale du Royaume-Uni accueille du 27 juillet au 12 aout 2012 les Jeux de la XXXe Olympiade. Cette année, ce sera la troisième fois que Londres organise les Jeux Olympiques, après les éditons de 1908 et de 1948. Avec Athènes, elle sera la seule ville à avoir organisé trois Jeux Olympiques, Les aspects postaux et philatéliques sont nombreux, dont quelques-uns vous sont présentés ici. Thématique : la philatélie des Jeux du Pacifique Sud. Si la France peut se vanter d'avoir été à l'origine du renouveau des Jeux Olympiques, grâce à Pierre de Coubertin, elle n'est évidemment pas vraiment la reine de ces joutes modernes, ni d'ailleurs des grandes compétitions sportives. Nous avons souvent des médailles, grâce à nos grands sportifs, certes, mais il y a beaucoup de concurrence dans le monde. Pourtant, il y a une compétition où nous nous assurons presque toujours d'une (ou même deux!) des meilleures places au palmarès des médailles: les Jeux du Pacifique Sud. Classiques : la philatélie chauffée à Blanc. Au début du XXe siècle, le type Blanc a la tâche délicate de remplacer le type Sage, tout du moins pour les tarifs les plus bas. Longtemps laissé pour compte faute de faciales et de cotes suffisamment élevées, il a néanmoins séduit quelques collectionneurs avisés, qui y ont trouvé parfois d'incroyables pièces. Ce sont les trouvailles de l'un de ces passionnés que la maison Behr nous fait partager. Spécialité : une collection originale, les timbres perforés. Depuis l'apparition des timbres (Angleterre en 1840), et avant qu'ils ne soient perforés, les entreprises apposaient leur marque de propriété au verso et/ou au recto des timbres, non pas dans une politique publicitaire mais dans un souci de protection de leur stock de timbres. Ce stratagème devait lutter contre des vols de plus en plus importants qui causaient un grand préjudice aux entreprises. Très vite abandonné pour son inefficacité, ce procédé a été remplacé par les perforations. Thématique : une poupée Barbie pour les hilatélistes. La célèbre poupée Barbie rencontre toujours un franc succès auprès de petites filles et ce depuis plus d'un demi-siècle. Ces derniers temps, plusieurs postes ont célébré son succès ou son cinquantième anniversaire de diverses façons, donnant ainsi au philatélistes du monde entier une occasion d'initier qui sait, leurs enfants à leur passion. Spécialité : Marianne de Cheffer, beauté sacrifiée. Belle au bois dormant de la philatélie, la Marianne-Cérès-République de Cheffer, qui avait sommeillé pendant treize longues années au fond d'un sombre et poussiéreux tiroir de l'administration, avait été ramenée à sa vie postale grâce à l'émoi d'un prince-ministre charmant et bienveillant. Et, dès ses premières apparitions, elle fit l'unanimité du peuple des usagers et collectionneurs de France autour de sa fraîcheur, remportant même - une première pour un timbre d'usage courant - le Grand prix de l'art philatélique! Mais... Contrairement aux contes pour enfants, les contes pour adultes ont parfois une fin tourmentée. Chronique : pour combattre la monotonie. La collection aboutit souvent à une accumulation de marques de même structure, bien que de bureaux différents, comme les ambulants, convoyeurs, boites mobiles, déboursés etc. Ce qui entraîne une certaine monotonie dans leur présentation, mais que l'on peut combattre en regroupant des pièces aux particularités communes. Ici chaque lettre a été expédiée de l'étranger vers un destinataire en France qui avait changé de résidence sans en avoir tenu informé son correspondant, ce dont nous le remercierons. Evasion : exquises Marquises. Un long article dans le numéro de mars 2011 de notre magazine nous a permis de faire connaissance avec les 118 îles formant les cinq archipels de la Polynésie française et il suffit de se reporter à l'article du né 47 de juin 2004 pour voir que ce petit pays (perdu dans l'immense océan Pacifique) possède une riche timbrologie exploitant des domaines les plus divers et se pretant donc à des thématiques hautes en couleurs. Carte postales : la ligne bleue des Vosges. Le concept de « La ligne bleue des Vosges » n'existe plus que dans les manuels d'histoire. Il nous est aussi rappelé par les cartes postales illustrées qui ont précédé la Première Guerre mondiale. Elles constituent un sujet de collection pour nombre de cartophiles. L'un des plus acharnés et des plus compétents dans ce domaine est incontestablement M. Jean-Claude Fombaron. Ses recherches, depuis de longues années et ses articles dans "Le Cartophile vosgien" ne nous ont rien laissé ignorer de cette frontière mythique tracée par le traité de Francfort a l'issue de la défaite francaise de 1871. Expertise : trois lettres sous la loupe. Classique : superposition interdite ? La pièce en question : le hasard fait bien les choses. Décryptage : accident de mer à bord de la Malle des Indes.La Malle des Indes. Un nom qui fait rêver: aventure et mystère. Pourtant, c'est avant tout une histoire postale. Cette épave d'enveloppe en est un remarquable témoignage. Rencontre : Claude Vallin, « La philatélie est un art à part entière ». Claude Vallin a 82 ans et vit à Sainte-Foy les Lyon (Rhône). Retraité, il a mené tambour battant une carrière de dessinateur technique. Mais il avait plus d'un tour dans sa poche: pour s'amuser, il pratique durant sa jeunesse le métier de dessinateur humoriste... sur enveloppes. Un loisir qui prend la forme d'un jeu où l'artiste en herbe se substitue au philatéliste. Socrate a parlé : La philatélie a besoin de jeunes guides ! Depuis de nombreuses années votre Socrate cherche à faire comprendre aux organisateurs qu'ils doivent se mettre à la place d'un visiteur qui ne connaît strictement rien au timbre. Bien souvent, ce dernier a toutes les chances d'être désorienté, de ne pas savoir comment aborder la collection, se repérer entre les stands et les longues allées de panneaux terriblement austères. Elles renferment pourtant des joyaux de la philatélie dont ils ne soupçonnent pas l'existence. Il est grand temps d'utiliser les moyens de communication d'aujourd'hui comme la vidéo pour mieux la faire comprendre mais aussi avoir recours à des guides comme dans les musées. Je tiens à adresser toutes mes félicitations à la Fédération qui a créé précisément en avril 2009 la Compagnie des guides de la philatélie. Après une période de rodage, j'ai pu apprécier au Parc floral leur accueil et leur qualité de pédagogues. Tout proche de l'entrée, l'un d'eux m'a abordé afin de savoir s'il pouvait me renseigner et m'accompagner. Bien loin de savoir qui j'étais, j'ai joué au néophyte et j'avoue ne pas avoir été déçu. Ce guide dont j'ai oublié le prénom n'avait pas plus de vingt cinq ans. La jeunesse, l'enthousiasme c'est ce qu'il manque parfois en philatélie et il serait grand temps que les nouvelles générations prennent des places importantes dans différentes instances de la philatélie. J'ajouterai que pour faire venir d'autres jeunes à la passion des timbres, il n'y a qu'eux, ils se comprennent et parlent le même langage. Loin de moi de mettre au placard les anciens – dont je fais partie – mais donner du pouvoir aux jeunes serait salutaire. Bien entendu, encore faut-il avoir des garçons et des filles de l'âge de mon guide, ce qui n'est pas le cas dans toutes les associations, j'en suis bien conscient.
Un coup de chapeau enfin à Joëlle Amalfitano, le commissaire du salon Planète Timbres, pour la qualité des animations qui ont satisfait un très large public.
voir le site Cliquez ici pour consulter le site de Timbres Magazine



Timbres Magazine
juin   2012

cliquez ici pour plus d'informations sur Timbres Magazine

Numéro 135 Juin 2012 EDITORIAL : Un salon à ne pas manquer au Parc Floral de Paris pour la 6e édition du salon Planète Timbres. Il est résolument tourné vers le grand public avec les animations réparties autour de la « Rose des Temps ». Celles-ci seront probablement boudées par certains philatélistes mais je vous rassure, il y a tout de même de quoi remplir une journée et passer un bon moment. Ainsi le pavillon de l'imprimerie de Phil@poste proposera des démonstrations : la taille-douce avec des graveurs, la presse à bras, une rotative TD 6 couleurs, le gaufrage et la dorure à chaud avec une machine Heidelberg. Un autre pavillon exposera, avec le concours de l'Adresse Musée de La Poste, des pièces rares dont des timbres et lettres de Monaco. Plus de soixante exposants sont par ailleurs annoncés et trente postes étrangères vous attendent. A la demande de Phil@poste, Gauthier Toulemonde participera à une conférence qui sera donnée au salon le mercredi 13 juin de 15 h 15 à 16 h 00. Elle sera consacrée aux expéditions postales faites à Clipperton, au pôle Nord géographique, sur le fleuve Maroni en Guyane et à bord du Planetsolar. Un film de huit minutes sera présenté à cette occasion lequel comportera notamment de belles images du bateau qui vient d'achever le premier tour du monde à l'énergie solaire. Le document vidéo passera aussi en boucle dans un espace dédié durant toute la durée du salon. Si vous êtes de passage ce mercredi, venez voir Gauthier Toulemonde à l'issue de la conférence, il sera à votre disposition ainsi que d'autres membres de l'équipe du magazine. Ils apporteront les enveloppes qui leur restent de ces expéditions si vous souhaitez vous en procurer. Le Salon du Timbre 2012. Le timbre fait son événement du 9 au 17 juin 2012 au Parc Floral de Paris. Partons à la découverte de la Planète Timbres... En couverture : La Marianne de Cheffer : Une classique admise en lettres modernes. Les philatélistes l'appellent Marianne, mais elle n'est pas une Marianne. Elle ne porte ni bonnet phrygien, symbole de liberté, ni cocarde, symbole du patriotisme. La Marianne de Cheffer est en réalité une Cérès, facilement reconnaissable à sa couronne d'épis et de feuilles de laurier, symbole de moisson et de fécondité. Les puristes se contenteront de la nommer "République de Cheffer", appellation officielle de l'administration.
Elle se présente en tous cas comme une beauté paisible qui reflète la période prospère qui précédait l'explosion de mai 68, une effigie toute classique à laquelle manque toutefois, selon certains chroniqueurs, le burin impétueux de Pierre Gandon ou le trait sensuel de Jean Cocteau. Ce qui ne l'empêchera pas d'etre le premier et seul timbre d'usage courant à obtenir le Grand Prix de l'Art philatélique! Elle cumulera les "premières". Elle sera le premier timbre d'usage courant imprimé sur une presse taille-douce trois couleurs, impression reconnaissable aux guillochés sur les marges des feuilles. Elle sera également le premier timbre à inaugurer le 13 janvier 1969 le service postal à deux vitesses, finalisé ensuite par le tri automatisé, grace aux barres phosphorescentes dont elle sera dotée (après des essais non retenus sur le coq, sur papier entièrement fluorescent) avec une couleur verte pour le courrier lent et rouge pour le courrier urgent, couleurs toujours en usage aujourd'hui. Elle sera enfin le premier timbre imprimé en juin 1970 dans la toute nouvelle usine de Périgueux, lImprimerie des timbres-poste et valeurs fiduciaires (ITVF).
La vie de la Marianne de Cheffer se décline en cinq émissions successives. De quoi composer une belle monographie de cette effigie d'allure classique entrant de plain-pied dans l'ère postale moderne. Thématique : de l'océan à l'île. (2) Les îles océaniques sont très variées. En dehors de l'Islande qui correspond à un segment émergé de la dorsale médioatlantique, la plupart des îles volcaniques résultent soit de la présence d'un point chaud dans le manteau profond, soit de l'enfoncement d'une plaque océanique sous les arcs insulaires. Les îles tropicales submergées, recouvertes de calcaires coralliens, deviennent des atolls. Enfin, plissements et jeux de failles conduisent à la formation d'ires d'origine tectonique, où les séismes sont fréquents. Classiques : la philatélie chauffée à Blanc. Emis en complément des types Merson et Mouchon, le type Blanc a eu du mal à se faire une place sur l'avant-scène philatélique. Souvent considéré comme bouche-trou des pages d'album du début du siècle dernier, il a longtemps été délaissé. La faute revient certainement aux petites valeurs faciales qui l'affublent. Pourtant, si l'on y regarde à deux fois, le type B/anc recèle un bon nombre de pièces intéressantes, témoins d'une conception et d'une fabrication originales. Ce sont certaines de ces pièces que l'on retrouve dans une collection encore jamais dévoilée, que la maison Behr a la gentillesse de proposer aux yeux de nos lecteurs. Chronique : filets ou faux filets ? Il n'est pas question ici de découpe de la viande, mais de distinguer un produit philatélique d'un autre. Le filet d'encadrement, le filet mince et la zone pointillés ont toujours la même couleur que le timbre attenant, ce n'est pas pour autant qu'ils ont la même origine ou méritent le même intérêt et le même prix! Histoire Postale : la ligne de l'Atlantique Nord. De toutes les lignes postales assurée par des paquebots français, le service Le Havre-New York de la Compagnie générale transatlantique (CGT) est le plus prestigieux. Etude : les timbres du Pacifique allemand : les îles Samoa. Qui sait encore aujourd'hui que la Première Guerre mondiale aurait peut-être pu commencer dès le XlXe siècle et initialement voir se battre les uns contre les autres, Britanniques, Américains et Allemands à propos de la possession des quelques millier de kilomètres carrés des îles Samoa, avant qu'un traité ne finisse par les partager entre les Etats-Unis et l'Allemagne? Visite : Le National Postal Museum à Washington. Lorsqu'on séjourne à Washington la capitale fédérale des Etats-Unis et que l'on est collectionneur de timbres-poste et philatéliste, il y a un musée qu'il ne faut absolument pas rater: le National Postal Museum, et son exposition temporaire ayant trait à la catastrophe du Titanic, Petite visite guidée! Carte postales : Colette, femme de lettres et de cartes postales. En 1973, un timbre à 0,50 f. portant une surtaxe de 10 centimes, célébrait le centenaire de la naissance de l'écrivain Colette. Une enveloppe et une carte postale « 1er Jour » étaient éditées le 2 juin à Saint Sauveur en Puisaye, village natal de Sidonie Gabrielle Colette. En même temps, la Bibliothèque Nationale rendait à cette grande dame de la littérature un hommage exceptionnel. Les facettes de sa vie et de sa carrière étaient rappelées par une profusion de documents: manuscrits, photographies, tableaux affiches anciennes, objets divers. Et courrier personnel. La pièce en question : imprimé ou carte postale ? Ventes : côté ventes. Décryptage : Algérie : le service commun des colis postaux. La convention de l'UPU de 1880 crée le service des colis postaux afin d'organiser un échange international de petits paquets, de faible poids, pouvant etre transportés par la poste et arriver à destination dans les mêmes délais que les lettres. Rencontre : Robert Geoffroy, des cachets à ne pas cacher. Robert Ceoffroy, 65 ans, est retraite de l'Éducation Nationale. Grand connaisseur en philatélie fiscale, il collectionne les cachets des généralités. Un domaine quelque peu fastidieux qui demande de concilier la rigueur à la détente. Se prêtant au jeu, ce philatéliste insatiable a accepté d'évoquer pour nous les chemins de sa passion. Socrate a parlé : Sommes-nous différents des autres ?« Vous les philatélistes, vous êtes d'infatigables râleurs ! » ces propos sympathiques que m'a tenus une personne connaissant un peu le timbre m'ont interpellé. Disait-elle vrai, n'y avait-il pas un brin d'exagération ? Sommes-nous tous des râleurs et davantage que le commun des mortels ? J'ai à l'esprit quelques exemples qui pourraient le laisser à penser.
Ainsi, même si je force le trait c'est mon défaut, lorsqu'un philatéliste achète un timbre, la cote ne veut strictement rien dire et il faut toujours d'énormes rabais bien au-delà de 70 % pour enfin parvenir au «juste prix». Le même, lorsqu'il est à la vente, fait religieusement référence à la cote même si elle ne reflète pas parfaitement la grande valeur du timbre !
Que dire de ce qui risque de se passer au prochain salon avec le coffret comportant les Marianne de Beaujard. Vendu uniquement au Salon, il exaspère bon nombre de collectionneurs mais mon petit doigt me dit que certains acheteurs « choqués et râleurs » n'hésiteront pas à le vendre au prix le plus élevé sur Internet ! Peut-être même qu'ils pousseront le raisonnement un peu tordu en se disant – pour se donner bonne conscience – qu'ils revendent les Marianne pour faire plaisir à ceux qui n'en ont pas eu. Une action charitable en somme.
On pourrait aussi parler à loisir des «philatélistes d'en haut» qui regardent parfois avec condescendance ceux «d'en bas» et raillent leurs petits timbres et les traitent d'ignares. Ont-ils oublié qu'ils sont passés par la case nouveautés avant de se spécialiser ?
Admettons donc que nous sommes tous un peu des grognons et que celui qui n'a jamais râlé en philatélie jette la première pierre ou m'écrive. Je constate du reste que mes chroniques les plus acides sont celles qui plaisent le plus. Cela dit, un peu de courtoisie dans un monde qui en manque tant ne peut pas faire de mal. Le manque de politesse, voilà du reste un sujet qui met en rogne !

voir le site Cliquez ici pour consulter le site de Timbres Magazine



Timbres Magazine
mai   2012

cliquez ici pour plus d'informations sur Timbres Magazine

Numéro 134 Mai 2012 Editorial : Quand les Marianne nous sont comptées. Lors du salon Planète Timbres qui se tiendra du 9 au 17 juin prochain, Phil@poste va commercialiser un coffret contenant quinze bloc-feuillets numérotés, chacun comportant quatre Marianne de Beaujard dont une présentant un format hors norme dite « Maxi Marianne ». Les blocs-feuillets seront vendus uniquement au Salon, étant entendu que les abonnés et les réservataires devraient avoir la possibilité de se procurer ces Maxi Marianne dans des pochettes comportant quinze valeurs. Cela rappelle étrangement ce qui s’est produit en 2010 avec les quatre feuilles dédiées aux quarante ans de l’imprimerie de Boulazac, vendues chacune à 4 000 exemplaires. En couverture : quand des nuls s’égarent en histoire postale. Se piquer de faire de l'histoire postale sans s'y connaître en histoire tout court amène certains à se fourvoyer gravement. On suggérera donc aux fautifs de se renseigner avant de prendre certaines vessies pour des lanternes. Démonstration. Usage courants : les vingt carnets du Blason de Paris. La mise en évidence de l'existence de deux «types» de carnets Blason de Paris, les carnets A et les carnets B. détaillés dans notre précédent numéro de Timbres magazine, a considérablement étendu le domaine de la collection de ce dernier représentant d'une lignée de carnets de 20 timbres confectionnés à partir des galvanos des feuilles de 100 timbres. Outre les timbres, les multiples couvertures du Blason de Paris et leurs combinaisons révèlent aussi une richesse insoupçonnée qui ne manquera pas d'accroître l'intérêt des amateurs d'usage courant pour ce carnet presque passé inaperçu dans la littérature philatélique. Classiques : planchage : le renouveau. Alors que la Philatélie semble attirer moins de passionnés, surtout parmi les jeunes, une spécialité philatélique remonte lentement la pente le planchage. Le planchage s'attache à reconstituer les panneaux de timbres, tels qu'ils étaient imprimés avant la séparation des timbres au moment de la vente à la Poste, à partir des timbres isolés ou en bandes que l'on trouve généralement facilement. Spécialité : quand les fiscaux font du cinéma. Comme chaque année, le Festival de Cannes met le cinéma au premier plan, et avec lui, la thématique qui lui est consacrée, une des thématiques modernes les plus populaires. Un de ses aspects les moins connus concerne sa rencontre avec une spécialité de la philatélie qui retrouve petit à petit ses lettres de noblesse: la philatélie fiscale. Chronique : une lettre dans un rond. A l'époque de nos timbres dits classiques, la poste française a utilisé comme marque d'origine des lettres que le facteur trouvait dans les boîtes rurales, de petits cachets circulaires comportant en leur centre une lettre majuscule, parfois accompagnée d'un chiffre. Thématique : de curieux Mammifères. Poursuivons notre évocation timbres à l'appu de ces bestiaux étranges au point que nous ignorons parfois jusqu'à leur nom (daman et dugong ne nous sont pas familiers), dont le point commun est d'appartenir à la classe de Mammifères, la nôtre en somme ! Etude : Gabriel Barlangue graveur de semi-modernes II. Artiste peintre, dessinateur, graveur et illustrateur, Barlangue est, comme nous l'avons vu le mois dernier, un artiste accompli qui, à la fin des années 1930, choisit la gravure des timbres-poste comme domaine de prédilection. Grâce à son ami graveur Antonin Delzers, il devient l'un des quinze graveurs qui, durant les années 1940 et 1950, travaillent de façon « permanente » pour l'administration des Postes. Après l'étude de ses créations philatéliques pour la France, en voici l'examen, qui mérite sans doute d'être davantage approfondi, de ses figurines pour les colonies et pays étrangers. Classiques : le 5 francs Sage : périple d’une valeur mal aimée. Une forte valeur faciale implique une vente modérée et, par conséquent, un tirage parcimonieux. Voilà de quoi assurer une certaine rareté sur la scène philatélique. Pourtant, le 5 francs Sage n'est pas le classique le plus prisé de nos jours, ni le mieux coté. C'est peut-être un tort car son destin est bien singulier au milieu de la très grande famille des Sage. Classiques : les premiers timbres du Vatican au temps des Etats pontificaux. La première émission mise en circulation le 1 er janvier 1852 est restée valide jusqu'au 20 septembre 1867. Les timbres présentent les symboles pontificaux - la tiare et les clefs- entourés de frises diverses en fonction des formats. La durée exceptionnelle de cette émission (du 1 er janvier 1852 au 20 septembre 1867) a généré un grand nombre de tirages avec des modifications de qualité et de teinte du papier, et de multiples variétés qui font les délices des collectionneurs Carte postales : Armand Fallières, un septennat très cartophile. Le 17 janvier 1906, la Chambre des députés et le Sénat, réunis en Congrès à Versailles portaient M. Armand Fallières à la fonction suprême. Il était élu président de la République, battant de 68 voix son concurrent M. Paul Doumer 850 parlementaires avaient pris part au vote. Un mois plus tard, le 18 février, il entrait en fonction. En succédant à Emile Loubet, M. Armand Fallières assurait la victoire des gauches, comme on disait alors. Les cartes postales traitant de ce Président sont légion. Régionalisme : pour l’histoire postale, il faut apprendre à bien lire. Enigme d'un saint ou d'une sainte. La pièce en question : les relations postales de la France avec les Etats-Unis (1857/1874) Ventes : côté ventes Décryptage : les ambulants du Cameroun. Rencontre : Mickael Mary, « Une passion qui ouvre les portes du monde. ». A 40 ans, Michael Mary est à la tête d'une entreprise de négoce en ligne et d'un blog, www.lemondedestimbres.com/blog créé en 2010 avec l'aide de son épouse. Attiré par la philatélie depuis presque toujours, il a mis de côté ses premières ambitions professionnelles pour vivre pleinement sa passion. La Chronique de Socrate : notre sage donne la parole à ses lecteurs. André Baudry qui s'interroge sur « Amabilité, accueil et philatélie ». Ou bien Laurent Giot qui présente un pli endommagé parce que "le véhicule postal a pris feu. Les traces noires ne sont pas un reflet de tâches sur la vitre du photocopieur mais des cendres écrasées sur l’enveloppe !" et pour terminer, une pièce de Guy Jagueneau pour un courrier plusieurs fois réacheminé qui lui fait dire : « Après s’être bien promenée, elle est revenue à son expéditeur ».
voir le site Cliquez ici pour consulter le site de Timbres Magazine



Timbres Magazine
avril   2012

cliquez ici pour plus d'informations sur Timbres Magazine

Numéro 133 Avril 2012 EDITORIAL : Douze ans déjà ! En avril 2000 sortait le numéro 1 de Timbres magazine issu de la fusion de Timbroscopie, Timbroloisirs, Timbrojournal et Le Monde des philatélistes. La philatélie, c'est aussi la vie associative. N'hésitez pas à adhérer à un club plutôt que de passer un temps non négligeable sur Internet. Les clubs et les réseaux sociaux sont complémentaires mais le tout virtuel, c'est un peu dommage.Le 4 mai prochain, le Planetsolar arrivera à Monaco après avoir réalisé le premier tour du monde de l'histoire, en utilisant pour seule énergie le soleil. Pour commémorer cet événement, Monaco va émettre un beau timbre dédié au bateau et gravé par Pierre Albuisson. En Couverture : Gabriel Barlangue graveur de semi-modernes. Une centaine de timbres à son actif, pour la France, ses colonies et quelques pays étrangers, Gabriel Barlangue est un des grands graveurs du début du XXe siecle et mérite d'être mieux connu. Voici une étude pour y remédier. Usage courants : Le golfe d'Aden et la péninsule arabique. Le Planetsolar est arrivé à Djibouti fin février dernier après avoir traversé le golfe d'Aden, une des routes maritimes les plus dangereuses au monde en raison de la piraterie qui y sévit, L'histoire des pays donnant sur le golfe d'Aden et de la péninsule Arabie est assez complexe et peu connue des collectionneurs français à l'exception bien entendu de Djibouti. Les timbres nous aident à la comprendre notamment grâce aux surcharges, aux changements de noms et d'unités monétaires. Cette vaste zone qui a été le théâtre de rivalités et de conflits entre les puissances coloniales offre aujourd'hui la possibilité de réaliser des collections à entrées multiples Le Carnet Blason de Paris : une double personnalité. Dernier carnet de 20 timbres confectionné à partir de feuilles entières d'une longue lignée de timbres imprimés en typographie (1910 à 1965), le blason de Paris n'a été que peu étudié. Avait-il été négligé à l'époque ? En tous cas, ce carnet difficile à trouver, (sa cote ne reflète pas sa rareté réelle), n'a peut-être pas encore révélé toutes ses richesses philatéliques. Voici une approche détaillée émaillée de quelques découvertes... Thématique : Les traces de Saint-Jacques de Compostelle. Né de la découverte des reliques de Saint Jacques, apôtre du Christ, et de sa légende, le pèlerinage de Saint-Jacques de Compostelle (Espagne, Galice) attire au Moyen-Age, époque de grande ferveur chrétienne, des milliers de fidèles Sur leur route, ils se recueillent dans les cathédrales et abbayes dont la plupart sont aujourd'hui inscrites aux Monuments Historiques. Classés au patrimoine mondial de l'humanité de l'UNESCO, les chemins qui mènent à Compostelle et les sites majeurs qui les jalonnent ont été maintes fois représentés par la philatéllie française et espagnole. Classiques : Vous n'aurez pas l'Alsace et la Lorraine... La perte de l'Alsace et de la Lorraine en 1870 a amené la création d'une série de timbres pour le moins étranges: une valeur faciale très grande se dessine sur un fond aux allures bien allemandes mais sous une mention « Postes » à l'aspect bel et bien français. C'est de ce paradoxe que naît tout l'intérêt historique de cette série, témoin d'une page de notre histoire. Insolite : les timbres mort-nés de Moresnet. Voilà le mois d'avril, les beaux jours reviennent. Pour fêter le retour du printemps, il est d'usage de faire des farces le premier avril. Les philatélistes ne dérogent pas à la règle. Et quoi de mieux qu'une bonne blague belge ? En effet, le 1er avril 1861 un passionné de philatélie, Jean-Baptiste Moens publia dans Le timbre-poste un canular sur les premières émissions de timbres d'un petit territoire celui, méconnu, de Moresnet. Etude : Les timbres du Pacifique allemand : la Nouvelle-Guinée Allemande. Enorme île de 2400 km de long sur 700 dans sa plus grande largeur, la Nouvelle-Guinée est de longue date séparée en deux parties! L'Ouest a été colonisé par les Néerlandais et a ensuite été annexé par l'Indonésie. L'Est de l'île, en revanche, est resté relativement inexploré jusqu'au milieu du XIXe siège, époque à laquelle deux compagnies commerciales maritimes de Hambourg, la « Johann Cesar Godeffroy und Sohn » et la « Hernsheim und Robertson », établirent des comptoirs dans cette partie de l'immense territoire, jetant ainsi sans le savoir les bases de ce qui devint ensuite la colonie de « Nouvelle-Guinée Allemande ». Polaire : Roald Admunsen géant de l'exploration polaire. L'explorateur de tous les superlatifs, le premier vainqueur des deux pôles, Roald Amundsen (1872-1928) fait la fierté de son pays et la joie des collectionneurs qui rêvent de le suivre à la trace (postale). Gilles Troispoux est de ceux qui y sont parvenus. Voici quelques belles pièces de sa collection. A bord du Nascopie dans l'Arctique canadien. La Grande-Bretagne transféra au Canada la propriété des îles de l'Arctique le 31 juillet 1880. Afin d'assurer sa souveraineté sur ce vaste territoire de glace, le Canada y fit, à partir de 1884, des expéditions annuelles ; le navire Neptune fit la première expédition, Il fut suivi des navires Alert, Diane et Arctic, À partir de 1922 et ce, jusqu'en l868, la « Eastern Arctic Patrol » (EAP), l'expédition officielle canadienne, marquait la présence officielle du Canada sur ce territoire. De 1933, jusqu'au 5 juillet 1947, date de son naufrage, le navire Nascopie l et 2 exécutait annuellement son périple dans les eaux de l'Arctique canadien. Carte postales : la bande à Bonnot. Il y a un siècle, au mois d'avril 1912, prenait fin l'équipée tragique de « la bande à Bonnot ». A l'occasion de ce centenaire, je me suis rendu au bistro restaurant de « La Bande à Bon'Eau » ainsi dénommé parce que cet établissement des plus honorables du XVIIIe arrondissement de Paris est situé à quelques pas de l'endroit où le 21 décembre 1911, à 9 h du matin, se déroula le premier et très spectaculaire méfait des fameux bandits. La pièce en question : la création du minimum de perception Ventes : côté ventes Décryptage : l'occupation japonaise en Chine du Nord. Rencontre : Paul Chauvin, La relève philatélique. Une fois n'est pas coutume. Ce mois-ci, c'est Paul Chauvin, un jeune homme de bientôt douze ans, élève en classe de sixième en Belgique, qui nous raconte son histoire avec la philatélie, une histoire de famille avant tout. S'il collectionne les animaux exotiques et les blasons de France et d'Algérie, il s'intéresse à tout et voudrait se spécialiser davantage. La relève est assurée... Socrate a parlé : Histoires de hold-up. jJe m'intéresse aux collections insolites et j'ai choisi d'évoquer les griffes figurant sur des enveloppes à la suite d'attaques de véhicules postaux. Elles entrent dans la collection des courriers accidentés et certaines sont rares. Voici deux exemples : des enveloppes qui concernent deux attaques de fourgons postaux à Bastia. Comme on le voit, la Poste a pour l'occasion réalisée une griffe spéciale, en espérant – on la comprend bien et surtout les conducteurs – qu'elle n'aura pas à resservir. Manque de chance, ce sera le cas et on utilisera la même, mais en grattant la date de la griffe initiale !
voir le site Cliquez ici pour consulter le site de Timbres Magazine



Timbres Magazine
mars   2012

cliquez ici pour plus d'informations sur Timbres Magazine

Numéro 132 - Mars 2012 EDITORIAL : Changement à Phil@poste. C'est par un message court que Françoise Eslinger a annoncé son départ de Phil@poste : «Huit ans. Cela fait huit ans que j'ai pris la direction de Phil@poste, après cinq ans à la direction Marketing, succédant dans la confiance à Antoine Di Maggio. Durant ces huit années passées trop vite, beaucoup de chemin a été parcouru. Les innovations dans les émissions philatéliques, le timbre personnalisé et ses déclinaisons, le Carré d'Encre, les Salons du Parc floral, le développement industriel, les boutiques web pour les entreprises et les particuliers, enfin dernièrement le Portail du timbre. Des projets multiples et variés, des perspectives intéressantes pour la philatélie et nos savoir-faire, une politique résolument tournée vers la collection, des actions qui, en définitive, ont fait la promotion de la collection, de la taille-douce, des beaux timbres et de notre patrimoine philatélique."
Pas sûr que tous les philatélistes partageront les propos de Françoise Eslinger.
Pour notre part, nous avons eu l'occasion à maintes reprises de nous exprimer sur la politique suivie par Phil@poste ces dernières années. Le bilan de Françoise Eslinger est contrasté avec de bonnes choses mais aussi des initiatives très discutables qui ont totalement déboussolé les philatélistes avec pour conséquence le départ de nombreux abonnés, faut-il le rappeler. Pour certains, l'exaspération a été telle face à l'avalanche d'émissions, de timbres considérés comme laids et sans intérêt qu'ils ont tout simplement arrêté de collectionner.
Il serait souhaitable que Christèle Fontaine qui remplace Françoise Eslinger à la tête de Phil@poste prenne le temps de nous écouter, de vous écouter. On ne peut que regretter que La Poste ne valorise pas davantage ses nombreux atouts, que les bureaux ne distribuent pas tous les timbres émis, qu'elle ne nous appuie pas pour que la philatélie soit à nouveau présente à la télévision. Certains me diront que c'est impossible, alors pourquoi donc ai-je été reçu par le président d'une chaîne?? Je persiste à être optimiste à ce sujet et j'espère que Christèle Fontaine partagera notre enthousiasme pour ce projet, non avec des mots mais par des actions. En Couverture : les cartes postales, les marques postales, les timbres-poste, les documents, tout est lié. Thématique : Du continent à l'île. les iles, symboles d'isolement, havres de paix ou lieux de relégation,sites touristiques ou foyers de civilisation, excitent l'imagination et ont donné matière a une riche littérature. Au nombre d'environ 180000, elles appartiennent à deux grands types. Les iles continentales dont elles ont été séparées des continents dont elles sont proches par la remontée du niveau des mers, depuis la fin de la dernière glaciation il y a 12 000 ans. Les iles océaniques sont pour la plupart d'origine volcanique, bien que parfois recouvertes ultérieurement par des calcaires coralliens. Histoire postale : ligne d'Océanie : « Les Messageries Maritimes font le tour du monde ». Ce slogan de l'entre-deux guerres traduit la rencontre dans le Pacifique de deux lignes des Messageries: celle de la laine (ou d'Australie, via Suez) et celle du coprah (ou d'Océanie, via Panama). Aucune autre compagnie maritime ne peut en dire autant. Etude : l'emblématique Dr Sun Yat-sen. Honoré dans de nombreux pays du monde dans le cadre du centenaire de la révolution chinoise dont il est la figure emblématique, le Dr Sun Yat-sen est considéré comme le père de la Chine moderne. A ce titre, il a figuré sur de nombreuses séries courantes émises de 1931 à 1949 détaillées dans notre précédent numéro. Nous poursuivons ce tour d'horizon par les émissions des provinces du Nord-Est et de Taiwan, puis par les timbres commémoratifs de Chine et du monde et enfin par les émissions spécifiques au centenaire. Carnets : pub sur carnets des colonies. L'une des expositions les plus fréquentées actuellement à Paris est « Exhibitions », qui, au musée des « Arts Premiers » du Quai Branly, raconte l'histoire un peu terrible des indigènes de tous les continents ramenés au fil des siècles par les navigateurs, et exhibés dans des foires, des cirques, des expositions internationales, et même des musées. C'est l'occasion de rappeler que certaines publicités des carnets mis en circulation entre les deux guerres mondiales qui évoquaient les anciennes colonies participaient également parfois de cette vision nombriliste et si simpliste de nos ancêtres... tout en les incitant à y faire du tourisme. Chronique : les Parisiens avaient faim ! Durant les quatre mois du Siège de Paris, du 19 septembre 1870 au 28 janvier 1871, les Parisiens connaissent, certes progressivement, les affres de la faim. Les textes de ces deux lettres par ballons montés en sont l'illustration. Nous n'avons reproduit que ce qui a trait aux contraintes de la vie et avons mis entre parenthèses, en regard des prix cités par les expéditeurs, les coûts tirés d'un prospectus de l'époque, à prendre avec précaution en dépit de l'aspect officiel que lui confèrent les armes de la ville de Paris et les mots « République française ». Collection: la philatélie internationale et ses grandes institutions. Le collectionneur actif est membre d'une société philatélique locale ou régionale. C'est le cordon ombilical qui le relie aux autres passionnés du timbre de sa région. Sur le plan international, les principaux acteurs (collectionneurs, négociants, éditeurs, experts, rédacteurs, etc.) forment des fédérations internationales spécifiques. Coup d'œil sur cette belle galaxie née avec le premier timbre-poste, un certain 6 mai 1840 ! Classique : Le type Mouchon : condamné à être mal aimé. Les quelques valeurs du type Mouchon ont connu une carrière pour le moins éphémère sur la scène philatélique: trois ans à peine, juste de quoi assurer une transition entre les Sage et la Semeuse. Pourtant, ce timbre est né d'un projet complexe et ambitieux. Mais jamais il n'a séduit les masses: remanié plusieurs fois, il disparait sans jamais vraiment avoir trouvé sa place. Tant de haine se justifie-t-elle pourtant ? Pas si sûr au regard de l'intérêt qu'il suscite auprès des collectionneurs. Australie : des locomotives sur les premiers colis postaux d'Australie. Emis dans les différents états d'Australie (anciennes colonies britanniques), les premiers timbres à sujet ferroviaire sont pratiquement introuvables en Europe. Ces timbres ont été utilisés essentiellement pour l'envoi des colis postaux mais aussi pour l'envoi des journaux. Carte postales : J'suis l'poinçonneur des Lilas. Lorsqu'il faisait des p'tits trous sous son ciel de faïence et clamait sa souffrance par la voix de Serge Gainsbourg, le Poinçonneur du Métropolitain était un personnage incontournable et quasi légendaire pour les millions de Parisiens et de Banlieusards appelés chaque jour à emprunter ce mode de locomotion C'était à la fin des années 50. On n'imaginait pas que l'on pût se passer de lui. Il a disparu depuis longtemps, comme ont disparu les tickets de seconde et de 1 re classe instaurés avec le Métro lui-même. Et, que commencent à s'effacer les conducteurs eux-mêmes, laissant les rames se conduire toutes seules, pareilles à des trains fantômes. Régionalisme : Paris... vaut bien une messe! La pièce en question : L'exemple de la convention France/Grande-Bretagne de 1856. Expertise : L'art de transformer les restes (fin). Certains faussaires ont, ces dernières années, jeté leur dévolu sur les variétés. C'est un domaine que je connais fort bien et dans lequel j'interviens fréquemment en tant qu'expert. Je peux donc m'y pencher en toute connaissance de cause. Un article signé Pascal Marziano. Ventes : côté ventes Décryptage : Des fournitures plus ou moins indispensables. Les oblitérations coloniales de la Seconde Guerre mondiale, souvent médiocres, avec des tampons usés, peu ou mal encrés, navrent les amateurs d'histoire postale, tandis que les cachets de fortune les réjouissent. Les pénuries liées à la rupture des relations entre les colonies et les PTT métropolitains en sont souvent la cause. Rencontre : Georges Ferretti, « Les timbres, c'est la culture ! » Né le 4 janvier 1939 à Mougins (Alpes-Maritimes), Georges Ferretti a effectué toute sa carrière dans la Marine Nationale et la Gendarmerie Nationale jusqu'à la retraite en 1989. De son enfance passée entre les vaches et le jasmin, il a conservé le goût des timbres et s'attache à les promouvoir au travers des associations et clubs. Socrate à parlé : Des raisons de se réjouir... et de continuer de râler ! La lettre d'Albert Brouard est intéressante car, comme beaucoup de philatélistes, il a pris la décision ne plus tout acheter, ce que je peux comprendre et cela ne peut faire que du bien à son porte-monnaie. Nous avons de plus en plus tendance à nous spécialiser et réservons une partie de notre budget pour remonter la collection de France ou attaquer une seconde collection.
Deuxième remarque, si Phil@poste est devenue un partisan inconditionnel de la taille-douce, je m'en réjouis mais cela me fait également sourire. Lorsque votre magazine et votre vieux Socrate ont décidé de soutenir avec vigueur ces timbres et le métier de graveur qui risquait de disparaître, Phil@poste a fait la sourde oreille et s'abstenait d'en parler, pire on nous évitait dans les salons ! Puis les philatélistes se sont mobilisés et le mouvement a pris une grande ampleur. Il était devenu compliqué de faire mine qu'il ne se passait rien. Lorsque Gauthier Toulemonde a écrit au président de la République en juin 2007, ce dernier lui a répondu « je partage votre attachement à la taille-douce ». Dans ce contexte, il était encore plus difficile à Phil@poste d'ignorer le sujet.
En conclusion, je serais tenté de dire que nous avons aujourd'hui des raisons d'être contents de ce revirement et qu'en continuant de râler – ce que nous savons tous fort bien faire – nous obtiendrons d'autres avancées.
voir le site Cliquez ici pour consulter le site de Timbres Magazine



Timbres Magazine
février   2012

cliquez ici pour plus d'informations sur Timbres Magazine

Numéro 131 Février 2012 EDITORIAL : Rencontres avec les postes étrangères. Aventures et mésaventures lors des opérations postales pour vous faire parvenir des plis du bout du monde. Ce qui m'a récemment frappé au Qatar, comme du reste à Singapour, c'est le sérieux des émissions. Le choix des sujets est mûrement réfléchi et il n'est absolument pas question d'émettre une quantité astronomique de timbres chaque année. « Nous ne sommes pas là pour gagner de l'argent mais pour éduquer la population et notamment les jeunes » m'a dit le responsable de la philatélie de la poste au Qatar. Couverture : Sun Yat-sen, l'homme qui a changé la Chine. L'année 2011 a été celle du centenaire de la révolution chinoise qui avait éclaté le 10 octobre dans la ville de Wuchang, avant de s'étendre à de nombreuses provinces. L'occasion de revenir sur celui qui a largement contribué à mettre fin à la longue dynastie Qing représentée par son dernier empereur Pu Yi, le médecin meneur révolutionnaire Sun Yat-sen. Celui-ci devenait le 29 décembre 1911 le premier président de la République de Chine et leader du pays de 1923 à 1925. Sa politique, connue sous le: nom des « Trois principes du Peuple » (nationalisme, démocratie et bien-être) s'inspirait d'une déclaration: d'Abraham Lincoln « Le gouvernement du peuple,par le peuple et pour le peuple ». Le docteur Sun Yat-sen, moins connu en occident que Mao Tsé-Tung, est considéré par les historiens comme le « père de la Chine moderne ». Modernes. Des Chefs-d’œuvre au tarif. Quel philatéliste, petit ou grand, ne s'est pas enthousiasmé un jour ou l'autre devant la qualité de ces séries artistiques qui, depuis 1961 dévoilent et transmettent un patrimoine culturel impressionnant à travers nos petites vignettes favorites ! L'usage postal de ces grands formats, sujet plutôt méconnu, mérite que l'on s'y attarde. 2012 année bissextile. Et, avant elle, 2008, 2004, 2000... nous n'allons pas continuer l'énumération. Quoiqu'il y aurait quelques surprises. Une année bissextile compte 366 jours au lieu de 365 pour les années a normales », l'additif étant constitué par le 29 février. Voilà bien le sujet d'une amusante collecte dont je vous livre quelques perles. Histoire postale : Les lignes postales de la Côte occidentale d'Afrique. Les lignes postales de la côte occidentale d'Afrique (COA) mettent l'AOF en relation avec la France et les pays au-delà, le Maroc ou l'Amérique du Sud. Jusqu'à 1939, malgré les développements de l'aviation, le gros du courrier transite toujours par mer. Thématique : de curieux Mammifères. Quand on parle de Mammifères, on pense au chien ou au chat (ordre des Carnivores), à la vache, au cheval ou au cochon (Ongulés), à la souris ou à l'écureuil (Rongeurs), au lièvre ou au lapin (Lagomorphes), à la taupe ou au hérisson (Insectivores), à la baleine ou au dauphin (Cétacés), au singe ou au maki (Primates), à l'éléphant (Proboscidiens), au koala ou au kangourou (Marsupiaux), à la chauve-souris (Chiroptères), moins souvent à l'échidné ou à l’ornithorynque (Monotrèmes), au galéopithèque (Dermoptères), au pangolin (Pholidotes), au paresseux, au fourmilier ou au tatou (Xénarthres), à l'oryctérope (Tubulidentés), au daman (Hyracoides), au dugong ou au lamantin (Siréniens). il y a pourtant plus de 500 timbres qui sont illustrés par ces curieux Mammifères que nous vous proposons de passer en revue. Classique : les petits Sage verts : faibles faciales mais fortes cotes! Si la valeur faciale des petits Sage peut paraitre ridicule, moins de 5 centimes, leur cote ne connait pas toujours le même sort. La plupart des exemplaires sur le marché permettent de voguer sans se ruiner dans les belles vagues de nos classiques, mais quelques-uns ont de quoi faire rêver les collectionneurs ! Il faut donc regarder ces timbres, utilisés sur une très courte période et pour des emplois très ciblés, avec un œil avisé afin de ne pas passer à côté de la perle rare. Étude : les timbres des ex-colonies allemandes du Pacifique : les Marshall. Les îles Marshall, anciennes colonies espagnoles, furent achetées par l'Empire allemand en 1884 à la suite d'une médiation du pape de l'époque, et une entreprise de commerce allemande s'y installa l'année suivante, le 15 octobre 1885, date du début véritable de cette colonisation. Comme pour toutes les autre îles du Pacifique allemand, la colonie fut occupée peu de temps après le début de la Grande Guerre, et sa disparition consacrée par le Traité de Versailles. Chronique : des papiers d'affaire avec marques pour les imprimés. A l'époque du timbre-poste dit classique, un « imprimé » sous forme de lettre ou expédié sous bande s'identifie par son tarif d'affranchissement; il en est de même s'il s'agit des « papiers d'affaires ». Ni l'un ni l'autre n'étant accompagné de marque spécifique, sauf quand il y en a ! Carte postales : bonjour Monsieur Chaplin. En janvier 2011, le musée de l’Élysée à Lausanne a fait l'acquisition d'une collection impressionnante: dix mille photographies, toutes consacrées à la carrière de Charlie Chaplin. Quelques semaines plus tard, le Palais Lumière d'Evian ouvrait une exposition relative au même légendaire « Charlot ». Cette dernière est visible jusqu'au 20 mai 2012. Trente-cinq ans après sa disparition, l'étonnant personnage à la petite moustache noire continue de nous fasciner. Régionalisme : Paris... vaut bien une messe! La pièce en question : un coup monté, longuement prémédité! Ce n'est que le 4 août 1928, sort seulement quatre jours avant le départ du paquebot « Île de France » pour New York, départ fixé au 8 août qu'une première note officielle fait état du nouveau service postal aérien qui fonctionnera à partir de la prochaine traversée précise qu'il y « aura à bord un avion qui quittera le navire de façon à réaliser dans chaque sens un gain de vingt-quatre heures sur la durée du parcours à effectuer » ... Ventes : côté ventes Décryptage : toujours plus loin, toujours plus vite : 10 septembre 1936, le 1er courrier aérien France-Chine. Rencontre : Fernand Migeot, les joies de la classe ouverte. Fernand Migeot aura 71 ans au mois de mars prochain. Autrefois cadre supérieur dans un groupe financier belge, il consacre sa retraite à ses trois petits-enfants et à son activité de multicollectionneur. Déçu par la philatélie thématique, il s'est tourné vers la Classe ouverte, une discipline qui le satisfait entièrement Portrait d'un homme au caractère bien trempé. Socrate a parlé : Ce que l'on écrivait de L’ile de France Guy Prugnon évoque l'affaire des surchargés du paquebot Ile de France qui a fait couler beaucoup d'encre, une belle polémique à ranger au Panthéon de notre philatélie. Malgré les conditions de leur émission –?souvent contestées?– ils sont en effet de véritables raretés. Une cote chez Yvert de 4 750 € pour le 10 f sur 90 c rouge et la bagatelle de 17 500 € s'agissant du 10 f sur 1,50 f. Par le plus grand des hasards, j'avais sur mon bureau (juste avant de prendre connaissance de l'article) deux lettres jamais publiées de passagers de L’ile de France. Je ne résiste pas au plaisir de vous en dévoiler le contenu. Coup monté ou pas, des passagers savaient ce qui se passait à bord ! « Ces deux mots pour vous offrir la primeur du premier courrier envoyé par avion de l'océan. Conservez précieusement l'enveloppe qui est appelée à avoir une certaine valeur de par son cachet spécial avec l'autographe du pilote de l'avion et de son timbre surchargé spécialement ». Dans l'autre lettre, on peut lire : « Voici un timbre qui deviendra très rare car il fait partie d'une série de 2000 qui ont été imprimés en surcharge car il n'y avait plus de timbres à bord »...
voir le site Cliquez ici pour consulter le site de Timbres Magazine



Timbres Magazine
janvier   2012

cliquez ici pour plus d'informations sur Timbres Magazine

Numéro 130 - Janvier 2012 Editorial :Les « petits timbres », ceux qui ne dépassent pas la cote des 25 centimes dans un catalogue. la loi inexorable qui doit présider à la collection des petits timbres, est la perfection absolue, la beauté sans critique possible de tous les exemplaires quels qu'ils soient. Cette chasse aux petits timbres ultra-parfaits est excessivement amusante. Essayez et vous m'en direz des nouvelles. Tâchez, par exemple, de réunir la collection des timbres français ou coloniaux neufs ou usés (…) les timbres français ou coloniaux bien centrés, vous verrez si c'est commode. Faites-en autant pour les timbres de Grande-Bretagne, ceux des émissions de 1850-85. Faire le choix de la qualité de nos vignettes, s'amuser en innovant dans ses collections, ne pas mépriser le « petit timbre », source infinie de plaisir, que de bons antidotes à la grisaille du monde dans lequel nous vivons. Avant-première à SP et M. Marc Taraskoff, conseiller artistique pour la philatélie saint-pierraise, nous fait découvrir les projets d'émission pour 2012. Timbres français émis en 2011. Couverture : Charles Paul Dufresne (1885-1956), graveur inspiré. Si son nom est moins connu que d'autres parmi les auteurs de nos timbres préférés, ses œuvres bien présentes dans nos albums y figurent en bonne place. Faisons mieux connaissance avec ce grand graveur de semi-modernes. Visite : musée philatélique de Singapour. lles-ville et ville-Etat, Singapour est accolée comme une pièce de puzzle à la Malaisie. Cette métropole d'Asie, réserve bien des surprises au visiteur par la diversité de ses sites. Mais, faisons connaissance avec un lieu plus modeste, témoin de l'héritage culturel et postal de la cité : le musée philatélique de Singapour. Thématique : la philatélie autour du monde ! Alors que le PlanetSolar réalise en ce moment l'exploit d'être le premier navire propulsé par énergie solaire à faire le tour du monde, il convient de rappeler que la philatélie n'en est pas absente, puisque vous pouvez obtenir régulièrement de magnifiques plis oblitérés spécialement lors des principales escales, comme celui réalisé en Nouvelle-Calédonie Outre-mer : Mayotte, 101e département français, 5e D.O.M. Plus que toute autre ex-colonie, Mayotte, rattachée à la France en 1841, aura connu en 170 ans une histoire postale faite de rebondissements. Le dernier épisode en date est marqué par le changement de statut du territoire et ses conséquences postales. Retour sur une histoire mouvementée et une collection passionnante. Chronique : des marques « cursives » écrites en «romaines». Devant le développement du service postal l'administration crée, en 1819 dans certaines petites localités, de nouveaux bureaux dits de « Distribution » limités à l'envoi et à la réception du courrier, au contraire des bureaux de « Direction » qui peuvent effectuer toutes les opérations. Leur marque particulière est connue sous l'appellation de « cursive ». Histoire postale : la Compagnie générale transatlantique sur la ligne des Antilles (suite). La crise des années 1930 oblige à restructurer les lignes maritimes postales afin de sauver la Compagnie générale transatlantique (CGT) de la faillite. Vers les Antilles, un bureau flottant fonctionne sur les lignes n°l Le Havre à Colon (L) et 1 bis Bordeaux à Colon (D) Classique : une vague de trois milliards de timbres déferle sur la période classique : le 5 centimes Sage. Deux teintes, deux types, soit quatre combinaisons. Voilà ce qui explique les quatre numéros dédiés au 5 centimes Sage dans nos catalogues. Et l'histoire pourrait s'arrêter là. Mais alors, comment justifie-t-on qu'un timbre aussi courant, imprimé à plusieurs milliards d'exemplaires, voie parfois ses cotes grimper si haut ? C'est tout le secret du timbre d'usage courant en philatélie: passant pour banal, il est parfois de grande rareté. Le 5 centimes Sage n'échappe pas à la règle. Carnet de Voyage : sur la route 66. Ce pourrait être celui d'une thématique, c'est le titre d'un magnifique ouvrage qui vient de sortir en librairie à offrir ou à se faire offrir pour partir à la conquête de l'Amérique via une route mythique. Voici des morceaux choisis dont la jolie rencontre avec un postier pas comme les autres. Carte postales : les facéties de la tour Eiffel. Expertise : l'art de transformer les restes III. Régionalisme : collectionner les marques postales ? C'est facile ! La pièce en question : la voie de Suez. Ventes : les raretés de SP&M. Décryptage : février 1941 : le 2nd vol du Ville de Saint-Pierre vers l'océan Indien. Rencontre : Paul Vialatte : "La philatélie maintient l'espit en éveil". Paul Vialatte, 69 ans, est un ancien magistrat des juridictions administratives. Sa passion pour la philatélie, pourtant sans lien avec son activité professionnelle est ancrée depuis l'enfance. Collectionneur, il collabore bénévolement depuis quelques années à des revues variées en écrivant des thématiques philatéliques. La chronique de Socrate : Sales bêtes ! J'ai décidé de vous amuser, chers amis, de la débuter dans la bonne humeur avec des annotations à tout le moins insolites. Elles figurent sur du courrier accidenté. Si nous devons être nombreux à aimer les animaux, certains ne font pas toujours bon ménage avec nos collections et le courrier. Certaines bêtes sont particulièrement voraces et notamment en temps de guerre tandis que d'autres ne trouvent pas mieux que de nicher dans nos boîtes aux lettres ! Exemples : une lettre qui a servi de nourriture aux souris ! Une boîte aux lettres servant de nid. Snail signifie escargot et nul doute qu'ils sont particulièrement doués pour endommager les lettres.
voir le site Cliquez ici pour consulter le site de Timbres Magazine





la presse philatélique française



Imprimer cette page  | Recommander cette page à un ami


Toussaint COPPOLANI
Toussaint COPPOLANI

Copyright © 2000 www.philatelistes.net
Credits, Critiques