www.philatelistes.net - La presse philatélique écrite
PHILA-ECHANGE
Ce site à pour but de regrouper le plus possible de philatélistes pour un maximum d'échanges de timbres de tous les pays du mondes (France, Allemagne, Canada, Belgique...)grace à son forum mais aussi de voir les timbres de France classés par année et par type

www.philatelistes.net

Rechercher Membres Contacts Aide
Modération off     Accueil | Actualité | Annonces | Forum | Philamômes | Histoire postale | Merson | Liens

La presse philatélique écrite



L'Année 2018 avec


Timbres Magazine
décembre   2018

cliquez ici pour plus d'informations sur Timbres Magazine

Numéro 206 - Décembre 2018 ÉDITORIAL : Un hors-série à s'offrir
Ce fut un plaisir de vous rencontre durant les quatre jours du Salon d'automne. Un rendez-vous précieux car vous nous donnez des idées d'articles, faites part de vos collections et vos encouragements constituent notre carburant (non taxé celui-là). Vous aimez les voyages, à commencer par ceux que vous avez réalisés sur la terre ferme. Certains d'entre vous arpentent les chemins qui mènent à Saint Jacques de Compostelle, à Rome (quatre mois à pieds tandis que d'autres se rendent à Zanzibar en Thaïlande (durant un an) ou encore à Oman. Chacun des voyages que je viens d'évoquer a débouché sur une collection. Un lecteur quant à lui, chauffeur routier part toujours avec ses albums et échange ses doubles aux quatre coins de l'Europe. Comme dirait Fabrice Luchini, c'est énorme. Toutefois, l'immense majorité des lecteurs ne voyage qu'au travers des albums avec une incroyable curiosité et un enthousiasme qui jamais ne faiblit.
On ne peut pas tout connaître et nous butons périodiquement sur des timbres du monde entier que nous ne parvenons pas à identifier. Les catalogues s'avèrent indispensables mais encore faut-il tous les avoir. Et même en pareil cas ce n'est pas facile de s'y retrouver, voire impossible lorsqu'il s'agit de vignettes. La rubrique "Réponse à tout" en est l'illustration car bien souvent la clé de l'énigme se trouve dans un ouvrage épuisé, édité en 1963. Il s'agit de l'incontournable livre de Georges Chapier Les timbres de fantaisie et non officiels. Pour répondre à ces attentes, questionnements, nous allons réaliser plusieurs hors-séries. Véritables atlas des émissions philatéliques, le premier tome traite uniquement la lettre "A" tant il est vrai que les pays ou territoires sont nombreux. Il débute par les noms suivants qui n'évoquent pas grand-chose à la plupart des philatélistes, spécialistes mis à part : A CHENG (Acheng, Mandchourie), A YUNG CHENG (Arong Qi, Mandchourie), AACHEN
(Aix-La-Chapelle, Allemagne), AALBORG (Danemark), AALESUND (Norvège), AARAU (Suisse), AARHUS (Danemark), ABD AL KURI (Yémen).
Comme vous le constatez, nous abordons non seulement les émissions des pays, les vignettes du Chapier et bien d'autres encore non répertoriées dans cet ouvrage ainsi que les postes locales, les timbres émis par les villes, etc. à l'exception des fiscaux. Idéalement pour chacun des noms listés figure en iconographie un ou plusieurs timbres facilitant l'identification. A l'instar de l'excellent ouvrage de Jacques Delafosse Le dictionnaire des émissions philatéliques que nous avons publié en 2004, on trouve des rappels historiques et géographiques venant en appui des repères philatéliques. Le propos est volontairement succinct, nous allons à l'essentiel. Les illustrations sont nombreuses avec outre des timbres, des photos, des cartes postales mais aussi de nombreuses cartes géographiques et pour la lettre "A", celles situant les grandes frontières de l'Afrique coloniale. Une maquette aérée, plaisante comme pour les précédents hors-séries, apporte un grand confort de lecture. A notre connaissance, aucun ouvrage comparable n'a été publié, en France comme à l'étranger.
Lors du Salon d'automne, vous avez réservé un accueil enthousiaste à ce projet bien avancé. Nous allons donc publier le premier tome courant janvier. Les articles rédigés pour Le dessous des timbres figureront dans le mensuel à l'instar de ce mois-ci avec le stratégique détroit d'Ormuz. Les fêtes approchant, n'hésitez pas à vous offrir le prochain hors-série qui passionnera aussi vos proches, même s'ils ne sont pas philatélistes. L'ouvrage se veut en effet grand public, ouvert à tous les curieux et se dévore comme un bon roman. C'est finalement toute l'histoire du monde et de la philatélie qui vous attend. Bonne lecture et merci pour votre fidélité
Retour sur le salon d'automne
Le 72e Salon Philatélique d'Automne 2018 n'a pas rencontré l'engouement escompté. Le nombre de visiteurs se situe à un peu plus de 8000 contre 12000 l'année dernière et 19000 lors de Paris-Philex 2018. A la différence de nos Marianne, il n'y a donc pas eu de surcharge (de visiteurs) ce qui ne doit pas occulter des éléments très positifs dont une ambiance chaleureuse.
Le congrès de l'Union Postale Universelle de 1947
Lorsque se tient, à Buenos Aires, le onzième congrès de l'Union Postale Universelle, en 1939, le rendez-vous du congrès suivant est déjà pris. Ce sera à Paris en 1944. Mais la Seconde Guerre Mondiale bouleverse ces plans. Il faudra attendre la sortie du conflit et l'instauration d'une certaine stabilité internationale pour que se tienne le douzième congrès. Celui-ci a lieu à la fin du printemps 1947, au Grand Palais. Il permet aux différents états de travailler sur les relations postales internationales, et c'est aussi l'occasion pour la Poste française d'émettre cinq timbres spécifiques, dont la première émission de poste aérienne affichant une faciale vertigineuse de 500 anciens francs.
Petits varia autour des déboursés manuscrits
La collection des marques de déboursé peut s'appuyer sur différents critères comme couleur, département, motif, multiples etc. Deux grandes catégories les réunissent tous, qu'ils soient au tampon ou manuscrits. Ces dernières sont alors bien moins détestables et parfois difficiles à déchiffrer.
Les timbres modernes du continent africain
S'il est le continent sans doute le moins collectionné pour ses pays, le continent africain n'en est pour le moins pas inintéressant : entre émissions fleuves et émissions locales, certains timbres pourtant récents sont (devenus) totalement introuvables, pour la plus grande excitation des collectionneurs avertis qui peuvent passer des mois, voire des années avant de dénicher la pièce convoitée.
En 1948, Paris accueillait l'Assemblée générale des Nations-Unies
Trois ans après avoir été fondée au cours de la Conférence des Nations Unies de San Francisco (Etats-Unis) en 1945, l'ONU tenait son Assemblée générale à Paris, au Palais de Chaillot. C'était en 1948, il y a donc soixante-dix ans. Ce fut un événement politique international important, notamment avec l'acceptation de la « Déclaration universelle des droits de l'homme ». Mais ce fut également un événement philatélique et postal majeur, avec l'émission de deux timbres-poste et l'utilisation de plusieurs cachets d'oblitération par le bureau de poste temporaire.
Carnets de 2017 : Les carnetistes à la fête !
Les carnétistes auront été à la fête en 2017, la présentation des timbres-poste en carnet étant devenue un mode de diffusion de plus en plus important depuis quelques années. En revanche, la multiplication des livrets « de luxe » ou « de prestige » destinés ouvertement aux philatélistes, et, surtout, à alléger leur portefeuille, semble inquiétante, et risque d'en décourager plus d'un. La Grande-Bretagne, initiatrice dès 1969 de ces carnets, vient d'ailleurs d'en inventer une nouvelle catégorie, encore plus dispendieuse, comme nous le verrons.
Ormuz : un détroit sous haute tension
Ce timbre émis par l'Iran en 1988 ne manque pas de surprendre tant il ne laisse aucune ambiguïté sur ce qu'il représente. Il évoque un événement dramatique qui s'est produit au-dessus du très stratégique détroit d'Ormuz. Une zone où se sont déroulés de violents conflits opposant notamment l'Iran et l'Irak entre 1980 et 1988. Aujourd'hui encore, Ormuz demeure une zone de tension, l'Iran menaçant fermer le détroit si les Américains décidaient le blocus de ses exportations pétrolières.
Les carnets modernes : l'ère des carnets ouverts
Dans la famille des carnets modernes, nous vous avons amplement parlé récemment des carnets fermés à couverture rigide pour distributeurs et guichets. Mais la présentation des carnets va encore évoluer et de nouveaux modes de distribution vont voir le jour.
Timbres personnalisés : comment s'y retrouver ?
Parfois vertement critiqués par les puristes, souvent méconnus d'une grande majorité des collectionneurs, les timbres personnalisés renvoient à une question lancinante: faut-il les collectionner ? Petit tour d'horizon de ces timbres sortant du programme philatélique mais que l'on retrouve tant dans le catalogue Yvert que Spink Maury.
Thématique : New York, New York !
Entraînés par nos timbres, partons pour New York, depuis la fondation de New Amsterdam jusqu'à nos jours en passant par les grandes étapes de l'histoire américaine
La perception de l'impôt sur le revenu par voie de timbres
C'est par une loi du 31 juillet 1917 que furent soumis à l'impôt sur le Revenu les intérêts et arrérages des créances, dépôts et cautionnements. La retenue à opérer sur les sommes soumises à cet impôt, par les organismes d'investissements (banques, notaires, etc.) fut initialement de 5 %. Cette retenue fut perçue, en vertu du décret du 20 décembre 1917, par le recours à des timbres spéciaux créés pour être apposés et annulés sur les créances portant intérêt.
Cartes postales : Une si jolie Marianne
Chers lecteurs de Timbres magazine, votre revue vous a tout dit sur les timbres-poste de la République à l'effigie de Marianne depuis sa première apparition jusqu'à la dernière création de cette figure emblématique. Voici un autre chapitre de cette histoire. Il concerne les cartes postales illustrées parues sur le même sujet
La chronique de Socrate : Soyons tous des colibris !
Dans ma chronique d'octobre dernier je titrais « Soyons optimistes! » alors que je débutais par un constat peu réjouissant de la situation actuelle. Pour faire court et par provocation, je laissais entendre qu'à continuer ainsi les philatélistes devenaient une espèce en voie de disparition et que dans quelques années on les réunirait tous dans une cabine téléphonique, si tant est qu'il en existât encore. Même la Chine semble être touchée par cette désaffection bien qu'il faille relativiser, la seule ville de Shanghai compte tout de même 2 à 3 millions de collectionneurs. J'achevais mon propos en disant que ce qui me rendait optimiste, c'était que notre discipline était d'une incroyable richesse et que par ailleurs les efforts déployés par les clubs, l'Adphile, ses partenaires ainsi que des collectionneurs à titre individuel débouchaient sur des résultats encourageants. Si notre passion était de collectionner des boîtes de conserve ou des paquets de cigarettes usagés (il en existe un en Chine), je serais un peu plus circonspect.
Lors du dernier Salon d'automne, trois jeunes sont venus au stand de Timbres magazine pour repartir avec un large sourire. Comme l'on s'en doute, nous ne leur avons pas donné un cours sur les Classiques de France ou sur les oblitérations Petits et Gros chiffres mais tout simplement offert une pochette de timbres bien garnie. Ils avaient entre les mains de vrais objets qui les changeaient des jeux vidéo, lesquels à l'usage peuvent lasser. Contrairement à ce que j'entends parfois, peu d'enfants souhaitent être complets, acheter tout ce qui est émis par Phil@poste. Ils raisonnent en fonction de leurs coups de coeur, du visuel du timbre. Ceux dédiés et sport sont très prisés.
Autre idée que nous leur avons suggérée: collectionner quelques timbres de leur année de naissance une bonne façon de débuter avec un budget limité. Timbres magazine s'est rendu dans des écoles à l'occasion du Concours presse junior organisé par l'Adphile et ici encore l'accueil a été excellent. L'intérêt pour le timbre est bien réel, encore faut-il qu'ils le connaissent, apprennent à le collectionner. Notre passion souffre indéniablement d'un déficit de communication. Un constat que l'on peut aussi dresser pour les adultes. Toujours Porte de Champerret, une personne d'une bonne quarantaine d'années nous a demandé comment se remettre à la collection qu'il avait abandonnée à l'adolescence. Sa démarche était authentique, volontaire, mais nous nous sommes vite rendu compte qu'il lui fallait réactualiser ses connaissances lorsqu'il nous a demandé où l'on pouvait acheter le catalogue Thiaude!
C'est un peu comme si vous vous rendiez aujourd'hui dans une grande surface « high tech » pour vous procurer un Minitel. Le stand Yvert n'étant pas bien loin du nôtre, nous l'avons l'aiguillé chez cet éditeur. Un autre visiteur est passé nous voir, il avait hérité de la collection de son père et ne savait pas comment la reprendre. Visiblement elle comportait des pièces rares de France comme des colonies, notre interlocuteur nous apprenant qu'il disposait de certificats et des prix d'achat, lesquels semblaient conséquents. Perdu, découragé devant le nombre de timbres à classer, nous lui avons prodigué quelques conseils de bon sens. Je ne vous surprendrai pas en vous disant que nous lui avons également suggéré de lire le magazine et les différents ouvrages édités par Timbropresse.
A ce propos, l'idée de la nouvelle collection de hors-série évoquée dans l'éditorial me semble excellente. Orientés vers le grand public, bien que le contenu demeure très philatélique, je suis prêt à parier que ces magazines connaîtront un vrai succès. Ils permettront à Gauthier Toulemonde de reprendre le chemin des rédactions comme ce fut le cas pour le no l. Des interviews avaient été données dans la presse écrite, à la radio et à la télévision à des heures de grande écoute.br / Communiquer s'avère aujourd'hui indispensable pour aller à la rencontre d'un nouveau et large public. C'est la raison pour laquelle l'Adphile a prévu pour 2019 les services d'un attaché de presse pour la FFAP et la CNEP. La communication doit se porter tant vers les jeunes que les adultes d'une quarantaine d'années. Nous le savons tous, la plupart des enfants que nous intéresserons au timbre arrêteront à l'adolescence pour ne reprendre que dans une trentaine d'années. Ils n'assureront donc pas eux seuls le renouvellement qui est nécessaire aujourd'hui. Il faut donc prioritairement compter sur les « jeunes adultes ».
Au-delà de la communication institutionnelle, c'est à chacun à son niveau d'oeuvrer comme dans la légende amérindienne si chère à Pierre Rabhi: « Un jour, il y eut un immense incendie de forêt Tous les animaux terrifiés, atterrés, observaient impuissants le désastre. Seul le petit colibri s'activait, allant chercher quelques gouttes avec son bec pour les jeter sur le feu. Après un moment, le tatou, agacé par cette agitation dérisoire, lui dit: « Colibri! Tu n'es pas fou ? Ce n'est pas avec ces gouttes d'eau que tu vas éteindre le feu !» Et le colibri lui répondit: « Je le sais, mais je fais ma part.» ». Devenons tous des colibris communicants!

voir le site Cliquez ici pour consulter le site de Timbres Magazine



Timbres Magazine
novembre   2018

cliquez ici pour plus d'informations sur Timbres Magazine

Numéro 205 - Novembre 2018 ÉDITORIAL : Le dessous des timbres
L'Asie se montre particulièrement active ces dernières années pour la réalisation de timbres de propagande. Pour ne citer que quelques exemples, on se souvient des émissions de Corée du Nord vantant en 2017 les missiles longue portée avant que l'été dernier Singapour sorte un bloc célébrant la rencontre historique entre Kim Jong-un et Donald Trump. Comme nous l'évoquions dans le hors-série IV, le Bangladesh de son côté a émis soixante et onze timbres pour décrire l'horreur du génocide oublié de 1971. Pays mis en cause : le Pakistan, lequel dispose alors du soutien américain. L'Inde - ennemi juré d'Islamabad - se porte à l'époque au secours du Bangladesh. Une victoire en seulement deux semaines qui humilie le Pakistan.
L'émission bengali de 2017 n'a pas échappé au Pakistan dont la Poste a sorti le 20 septembre dernier vingt timbres dénonçant la responsabilité de l'Inde dans le conflit au Cachemire. Elle s'est clairement inspirée des timbres de son homologue du Bangladesh avec la volonté de marquer les esprits. Des images spectaculaires et des légendes qui ne souffrent d'aucune ambiguïté. Tous les timbres comportent la mention "Atrocities in India occupied Kashmir" et attribuent à l'Inde des faits dramatiques comme l'usage d'armes chimiques, le harcèlement des femmes, des enfants, les boucliers humains mais aussi la mort du commandant rebelle Burhan Wani, icône de la liberté. Considéré comme un héros au Pakistan, il est bien entendu un terroriste en Inde. Ce pays a demandé le retrait des timbres et a annulé une rare rencontre de haut niveau prévue entre sa ministre des Affaires étrangères et son homologue pakistanais, en marge de l'assemblée générale de l'ONU à New York. Ce n'est pas la première fois que le Pakistan émet un timbre dédié au conflit l'opposant à l'Inde pour le partage du Cachemire. En 1960 une carte figurant sur un timbre mentionnait que le statut final de la région n'était pas encore déterminé. C'est toujours le cas en 2018 et la situation, loin de s'arranger, se complique avec les prétentions chinoises.
Au Cachemire on utilise aujourd'hui - suivant le lieu - des timbres du Pakistan ou d'Inde mais l'histoire postale est là pour nous rappeler que ce ne fut pas toujours le cas. L'Etat princier du Jammu et Cachemire a disposé en effet d'un service postal organisé dès 1820 pour ensuite émettre ses propres timbres en 1864, soit seulement 15 ans après la France. Il en compte au total 219 dont 18 de service et 33 pour le télégraphe. La région est "récupérée" par les Britanniques en 1845 avant de connaître une partition comme nous le mentionnions dans le dernier hors-série.
Le prochain est en préparation, couvrant comme d'habitude la France et l'ensemble des grandes régions du monde. S'il y sera question de géopolitique, bon nombre d'articles vous raconteront aussi des histoires insolites de timbres dont certaines fort amusantes.
Comme vous le verrez, ce numéro ne comporte pas les pages idées de collection dont s'occupaient notamment Jocelyne Leonard et Michel Melot. Jocelyne partant à la retraite à la fin de l'année, nous avons pris la décision de ne pas la remplacer et de concentrer notre énergie à la rédaction du magazine. Pour les lecteurs habitués à commander des timbres chez nous, nous ferons ponctuellement des promotions dans le magazine. Enfin, n'oubliez pas que notre site de vente de timbres timbro.fr comporte de nombreuses références et qu'il y en a pour toutes les bourses.
Nous vous donnons rendez-vous au Salon d'automne où nous serons heureux de vous accueillir au stand B9 et d'ici là, je vous souhaite une bonne lecture.
72ème salon philatélique d'automne
Le traditionnel rendez-vous annuel des collectionneurs se tiendra à la porte Champerret, a Paris du jeudi 8 au dimanche 11 novembre 2018. Parallèlement aux stands de La Poste où l'on pourra se procurer les émissions proposées par Phil@poste, les philatélistes sont attendus sur les stands des artistes et concepteurs de timbres-poste, des négociants et des administrations postales. Le salon clôturera les commémorations philatéliques consacrées au centenaire de la Grande Guerre débutées en 2014.
Louis-Napoléon Bonaparte, l'homme qui voulait devenir empereur
Le 10 décembre 1848, il y a bientôt 170 ans, les électeurs français étaient appelés aux urnes pour élire, pour la première fois, un homme qui porterait le titre de Président de la République. Une sélection de documents, pour certains exceptionnels, retrace entre 1840 et 1852 le parcours de cet homme et nous rappelle les liens étroits qui unissent souvent histoire postale et histoire politique.
Quand l'armée et la politique s'affichent sur le courrier. Vignettes de propagande de la Maison Delandre
A partir de 1915, et jusqu'à l'orée des années 1920, il est fréquent de trouver sur le courrier, ou dans les albums, des vignettes plus ou moins chamarrées, cohabitant avec les timbres. On y peut y lire des références à tel ou tel régiment militaire, mais aussi des slogans de propagande exaltant la patrie, fustigeant l'ennemi ou glorifiant les grands hommes de la nation. Bien que dénuées de valeur faciale, et donc de pouvoir d'affranchissement, ces étiquettes ont bel et bien été en concurrence avec les timbres ou, tout du moins, ont tenté de l'être. Elles avaient pour but, dès l'origine, d'être collectionnées, et l'usage a perduré chez certains passionnés. Pour tout un chacun, elles restent des témoins de première ligne de l'importance des idées véhiculées durant la Première Guerre mondiale, le tout avec des motifs et des couleurs parfois très travaillés, par des artistes de renom.
Boulazac : dans les coluisses de l'imprimerie
Après la création de Phil@poste en 2007, de nombreux services ont été décentralisés à Boulazac en Dordogne, une ville située à quelques kilomètres de Périgueux. Pas toujours facile pour les collectionneurs de se repérer parmi les différentes entités de l'opérateur. Petit tour d'horizon pour mieux s'y retrouver et comprendre toute la logistique qui se cache derrière l'émission d'un timbre. (Dans cet article, une interview de Gilles Livchitz, Directeur de Phil@poste)
Le faussaire n'avait pas le B.M.
Regardons deux billets d'avertissement en conciliation émanant de juges de paix différents. Il s'agit d'imprimés que le greffier du tribunal complète à la main avant de les adresser aux personnes concernées. Dans le cas présent, et pour deux envois de même type, les affranchissements diffèrent étrangement.
La Croatie en gestation
Au XlXe siècle, les revendications magyares pour obtenir l'indépendance s'accompagnent de l'oppression des autres nations, comme la Croatie et la Slovaquie! Lorsque la Hongrie commence à exiger à partir de 1830 une plus grande autonomie par rapport à Vienne, elle réprime ainsi de plus en plus les velléités d'autonomie de la Croatie, en y rendant la langue hongroise obligatoire dans l'administration et l'instruction. Retour sur l'histoire de ce pays invité du Salon d'automne
Marie-Laure Drillet en couleurs
Née à Saint-Pierre en 1970, Marie-Laure Drillet a signé plusieurs timbres pour la poste de son archipel natal, dont un très beau bloc Jules Verne qui est sorti cet été. L'occasion de donner la parole à une artiste originale et talentueuse.
65 ans après la fin de la guerre de Corée : enfin la paix entre les deux Corées ?
Cette année, une phase inattendue de détente et de rapprochement diplomatique a eu lieu entre la Corée du Nord et la Corée du Sud. Les trois rencontres entre le Leader nord-coréen Kim Jong-un et le président sud-coréen Moon Jae-in, ainsi que celle avec le président des USA Donald Trump à Singapour le 12 juin 2018, ont permis d'apaiser les tensions. Malgré cela, la Corée du Nord reste encore isolée sur le plan international. Et cette année, 65 ans après la fin de la guerre de Corée (1950-1953) en juillet 1953, on rappellera qu'aucun accord de paix formel n'a encore été signé.
"Hermione" : une impressionnante collection de semi-modernes.
En novembre prochain, Spink dispersera la collection "Hermione". Principalement composée de semi-modernes, elle fournit l'occasion de revisiter dans ce numéro quelques timbres mythiques de France. La vente « Hermione » constituera un excellent test pour juger de l'attractivité de nos timbres.
Le timbre, condition du visa
La création de timbres fiscaux pour le recouvrement de taxes consulaires remonte à l'entre-deux-guerres. Histoire et usage de timbres fiscaux très diplomatiques.
Cartes postales : La guerre est finie !
La guerre est finie. Le titre de cet article est un emprunt au film d'Alain Resnais tourné en 1969. "La Guerre est finie" n'évoque pas la fin du premier conflit mondial, mais la guerre civile espagnole et ses prolongements tragiques en terre franquiste. Vingt ans auparavant, sur toute la surface du globe et dans toutes les langues du monde, des foules innombrables criaient "La guerre est finie".
La chronique de Socrate : Timbres et espionnage
Je reprendrai la suite de ma chronique abordée dans le numéro du mois dernier en décembre. Non que le sujet ne m'intéresse plus mais je souhaitais partager avec vous une histoire qui ne manquera pas de vous surprendre, livrée récemment par un ami, lecteur du magazine. Colonel à la retraite, c'est toujours avec plaisir que nous discutons de sa vie professionnelle qui fut bien remplie. Récemment, nous parlions des affaires d'espionnage dans lesquelles la Russie s'est illustrée dont celle d'avril dernier aux Pays-Bas. Les autorités de ce pays ont révélé avoir déjoué une tentative de piratage russe visant l'Organisation pour l'interdiction des Armes Chimiques (OIAC), le siège étant situé à La Haye. Quatre agents russes présumés viennent d'être expulsés après avoir été surpris à bord d'un véhicule truffé d'équipements électroniques sur le parking d'un hôtel proche du siège de l'OIAC. Leur but était de pirater à distance son système informatique. Bien entendu le Kremlin a affirmé que La Haye ne disposait d'aucune preuve et que ces basses accusations étaient sans fondement. "Vois-tu, cher Socrate, ces histoires de cyberattaques rappellent à mon souvenir le temps de la Guerre froide où tous les coups étaient permis, surtout s'ils n'étaient pas permis" dit mon colonel en décrochant un sourire en coin. Je sens confusément qu'il va me conter une histoire de timbres car nous sommes dans son bureau où se trouve un amoncellement d'albums et de documents postaux les plus divers. Passé 11 heures du soir, c'est le moment où il se montre le plus bavard. Il me sert un verre de Cognac, nous sommes en Charente-Maritime. «Je vais t'en raconter une bien bonne qui se déroule à Baden-Baden, cette ville allemande située dans le Land de Bade-Wurtemberg. Nos compatriotes la connaissent bien depuis le 29 mai 1968 lorsque Massu, alors commandant en chef des Forces françaises en Allemagne (FFA), accueille le général de Gaulle dans sa résidence de fonction. La contestation est vive en France et Massu assure au grand Charles de la fidélité de l'armée mais remontons un peu le temps. Comme tu le sais en 1945 après 1'effondrement du Troisième Reich, la ville qui n'a pas subi les bombardements alliés devient le siège du commandement en chef des FFA. On y construit une petite ville française au coeur de la Forêt-Noire. Quelque 5 000 Français y vivent (principalement des militaires du contingent) bénéficiant de nombreuses facilités dont des écoles. Des Sov [comprendre des Soviétiques] y résident aussi à l'époque et officiellement, ils ne font pas grand-chose dans ce job lieu de villégiature. A dire vrai leurs rapports avec nos compatriotes sont alors plaisants. A Baden-Baden existe à l'époque un club philatélique faisant partie du Club Artistique des FFA. je sens que nous entrons dans le vif du sujet alors que mon colonel ferme la fenêtre du bureau bien qu'il fasse encore chaud en ce début octobre. Il se rassoit, parle bas, le ton est celui de la confidence. « C'est ici qu'intervient un sous-officier français, collectionneur de timbres, en poste à l'état-major du 2° CA - ComFFA. Membre du club philatélique de Baden, notre homme est sociable et se lie avec les autres membres. Il fait aussi connaissance avec ses pairs des armées étrangères ayant un bureau de liaison auprès du ComFFA. Il a le plaisir de voir des nombreux timbres étrangers qui attisent sa curiosité légitime de collectionneur.
Un jour il est avec l'Américain, un autre avec un British et un jour c'est le Soviétique qui vient discuter avec lui. Les rencontres se succèdent et un soir, le Sov passe prendre un pot chez notre sous-officier. Entre philatélistes, il n'y a pas de frontières, on partage une passion et l'on met de côté la politique. Les hommes s'apprécient, se revoient. Un soir le Sov vient avec des albums. Le Français voit de magnifiques timbres dont certains semblent bénéficier d'une fort belle cote. On les sort pour les examiner tout comme les verres de vin pour alimenter les glandes lacrymales de joie et plaisir. Le temps passe, les bouteilles et les yeux sont secs, il est l'heure de se quitter.
Le lendemain, avant de partir au bureau, le sous-officier français range les verres et les albums. Il réalise à ce moment-là que le Sov a oublié de nombreux timbres et pas des moindres ! Arrivé au bureau il appelle son visiteur de la veille et le prévient de sa négligence, lui demande quand ils peuvent se revoir pour qu'il les lui restitue. Quelle n'est pas sa surprise d'entendre « Mon cher Marc, ton accueil a été si agréable dans ton coquet appartement, si bien tenu par ta chère épouse, je te remercie et te félicite de ton honnêteté en me téléphonant. Je ne m'en serais jamais rendu compte par moi-même, brouillon que je suis. Considère que tu peux appliquer votre principe français « Détention vaut propriété ». Merci encore pour ton appel et soit assuré que c'est avec plaisir que je te les laisse. Bonne journée ». Le Sov raccroche ! Notre sous-officier, intrigué, se dit qu'il y a quelque chose de louche! Il file voir son camarade de la cellule Renseignement de l'EM et lui raconte tout.
Dans la journée un Officier accompagné d'un civil vient voir Marc, lui fait raconter son histoire et demande qu'il montre au civil les timbres en question. Les trois se retrouvent autour de la table avec les albums « malencontreusement oubliés ». Par bonheur, le civil s'avère un philatéliste chevronné. Son jugement tombe: « Cet ensemble est parfaitement authentique, à la vente il mettrait les vieux jours de monsieur à l'abri de tout besoin ! Si votre correspondant vous les laisse, c'est qu'il vous demandera quelque chose un jour ! Méfiez-vous. » Le civil parti, on emmène Marc expliquer l'histoire au général. Tous tombent d'accord sur le fait que les Sov sont en train de ferrer le sous-officier collectionneur et qu'un jour il lui sera demandé des informations de moins en moins anodines ! Marc continua de recevoir des cadeaux philatéliques et le Sov reçut en retour des informations de moins en moins réelles ! Tu vois Socrate, comme l'on peut nous tenir lorsque l'on joue sur notre corde sensible de collectionneur. Marc a eu un bon réflexe, celui de tout raconter à ses supérieurs mais d'autres se sont peut-être fait piéger ». Il se fait tard, je demande au colonel si je peux raconter tout cela dans ma chronique. Après réflexion, il accepte: « Affirmatif, il y a prescription, mais j'ai d'autres souvenirs qui t'intéresseraient. Pour en savoir plus, tu n'as d'autre choix que de revenir en Charente-Maritime ».

voir le site Cliquez ici pour consulter le site de Timbres Magazine



Timbres Magazine
octobre   2018

cliquez ici pour plus d'informations sur Timbres Magazine

Numéro 204 - Octobre 2018 ÉDITORIAL : Une belle rareté en vente sur PhilaStamp
Vous êtes à présent plusieurs milliers à vous rendre sur notre site de ventes aux enchères et à prix fixes PhilaStamp. Bonne nouvelle, il est gratuit jusqu'à la fin de l'année, aucune commission n'étant perçue sur les transactions. Nous souhaitons vous laisser le temps de le tester et d'en apprécier toutes les particularités. Si on observe les transactions réalisées, elles sont diverses : de quelques euros à nettement plus. On s'aperçoit qu'un prix bas demeure un élément déterminant pour vendre des timbres dont la cote est faible.
En revanche, les timbres ou plis peu courants (sans que leur valeur atteigne pour autant des sommets), s'échangent rapidement au prit demandé par le vendeur. Il en va de même pour les timbres rares, de bonne qualité, le cas échéant accompagnés du certificat d'un expert reconnu. Cela confirme ce que nous disons depuis longtemps. Si l'on désire céder une partie de sa collection, il est souhaitable de faire préalablement un tri en privilégiant la qualité.
La description des timbres mis en vente s'avère également importante. Des légendes comme "Lot de vieux timbres classiques" sans plus de précision, n'ont guère de chance d'attirer les acheteurs.
Depuis sa création le 25 mai dernier PhilaStamp a bien évolué. Nous avons amélioré ses fonctionnalités, corrigé quelques petits bugs techniques et tenu compte de vos remarques. Au fil des semaines, l'offre s'est diversifiée avec la mise en ligne de jolies pièces : variétés sur timbres modernes, coins datés, Merson, Poste aérienne, timbres de la Libération, timbres d'Alsace-Lorraine, bureaux français à l'étranger, histoire postale avec notamment l'Armée d'Orient (Crimée), la campagne d'Italie, la Commune de Paris, des pigeongrammes. La maison Behr propose plusieurs boules de Moulins ainsi que de remarquables ballons montés. Celui figurant en illustration de cet éditorial a été acheminé par le Neptune. Le ballon parti de Paris le 23 septembre 1870 à 8h de la place Saint-Pierre arrive le jour même dans le parc du château de Cracouville. Situé à 5 kilomètres d'Evreux, il appartient à l'amiral de La Roncière qui n'est autre que le commandant des forts du Siège de Paris. Le Neptune piloté par l'aéronaute Jules Duruof est le premier ballon du Siège de Paris, transportant les premiers courriers de poste aérienne. Nous sommes en présence d'une immense rareté avec un prix de départ de 32000 euros.
Les marcophiles apprécieront enfin les pièces périodiquement mises en vente par Jean-François Baudot. Le site va s'étoffer au fil des mois à venir, j'espère qu'il satisfera les acheteurs comme les vendeurs, sachant qu'il y en a pour toutes les bourses. Bonne lecture et merci pour votre fidélité.
(Gauthier Toulemonde)

Le contrôle postal et télégraphique au service du blocus pendant la Première Guerre Mondiale
Lors de la Grande Guerre, la Grande-Bretagne et la France mettent en place un blocus face à l'Allemagne, l'Autriche-Hongrie et l'Empire ottoman. Ce blocus, loin de ressembler à ses prédécesseurs du XIXe siècle, inaugure la guerre économique moderne. On cherche à bloquer les importations nécessaires aux Empires centraux pour alimenter leur effort de guerre mais on tente également d'interdire les exportations et les mouvements financiers nécessaires aux achats. Le contrôle postal (et télégraphique), dont la vocation initiale vise à surveiller les courriers de l'intérieur, est fortement mis à contribution alors que courriers et télégrammes sont alors les seuls moyens de communication commerciaux internationaux. Les plis des pays neutres sont visés au même titre que ceux de l'ennemi. Le contrôle postal sert à obtenir de l'information; il aboutit parfois à la saisie. Il est matérialisé sur les courriers vérifiés par une marque postale: une « République assise » comportant le nom de la commission de contrôle postale (CCP) ou un cachet ovale portant un numéro indiquant la CCP intervenante.
Des carnets au féminin
A thématiques très variées, de factures très différentes, les carnets commémoratifs ont aujourd'hui un grand succès auprès des usagers. Le nombre d'émissions de ce produit a considérablement augmenté depuis quelques années et s'élève en moyenne à une douzaine de carnets fabriqués par an. Imprimés en héliogravure, ils sont signés d'illustrateurs, graphistes dont les créations ont été repérées dans des galeries d'art, musées ou ouvrages. Parmi ces artistes les femmes sont nombreuses et nous avons fait le choix de dresser les portraits et de présenter les créations originales de certaines d'entre elles.
1515 La bataille de Marignan, 1615 Les premières enveloppes
Les marques postales sont sur lettre ou sur enveloppe, puisque ces dernières n'apparaissent officiellement que par le règlement royal du 9 avril 1644. Les timbres sont considérés neufs, oblitérés ou sur lettre ; c'est-à-dire le plus souvent sur les enveloppes qui les ont contenues. Mais aucun catalogue ne se lance dans le subtil distinguo entre lettre et enveloppe.
L'emploi des fiscaux d'Algérie en Corse libérée
L'on sait comment de 1943 à 1945 le courrier de Corse libérée a été affranchi de timbres-poste d'Algérie mais l'on sait moins que cette disposition s'est appliquée également aux fiscaux de cette colonie au moyen de surcharges.
Les carnets modernes : période des carnets fermés
Après avoir narré les débuts difficiles des carnets modernes dans un précédent article, arrêtons-nous maintenant sur les conditions de leur fabrication et la manière dont ils ont évolué.
Le millésime 2017 des TAAF
Le service philatélique des TAAF a proposé en 2017 un jeu d'émissions variées qui relatent les aspects historiques mais aussi les activités actuelles avec notamment le travail effectué sur ces terres « réserve naturelle » ainsi que sur les navires assurant le lien avec les bases australes Crozet, Kerguelen, St Paul et Amsterdam, la base antarctique de Terre Adélie et les Îles Eparses.
Les timbres des territoires du Nord occupés
Quatre séries de timbres émises en territoires occupés, bien que voisines en apparence, méritent un développement particulier.
Luc-Olivier Merson
Le type Merson est bien connu des philatélistes mais l'artiste qui lui a donné son nom l'est moins. Voici l'occasion de découvrir son œuvre à travers quelques documents variés.
Les oblitérations mécaniques des jours fériés
Depuis de nombreuses années, on a tendance à penser que les jours fériés, le courrier n'est plus ni pris en charge ni traité Pourtant, en triant une masse de plis très importante, il arrive encore, certes très rarement et de moins en moins souvent, de trouver des lettres oblitérées d'un jour férié.
Vauban : une oeuvre philatélique monumentale ?
N'en déplaise à Léo Ferré, qui ne connaissait sans doute pas Vauban et son oeuvre dans toute sa richesse et sa complexité l'imagerie postale elle, et d'une manière constante, lui a réservé un accueil plutot favorable.
La république soviétique française de Jules Grandjouan
Il y a cinquante ans, le 12 novembre 1968, disparaissait à Nantes le dessinateur Jules Grandjouan. Il était né dans cette même ville en 1875. Ce fut un personnage talentueux et singulier. « L'un des plus violents et des plus talentueux de son époque » écrit à son sujet François Solo. On connait son oeuvre qui fut présentée à l'occasion de maintes expositions, notamment dans sa ville natale. Mais principalement par ses affiches et les innombrables
Avis aux marcophiles
Lorsque mon ami informaticien, Monsieur Frédéric Mas assisté de son épouse Carole, voudra bien s'y mettre, épuisés qu'ils sont par le catalogue des marques du XIXe paru il y a deux ans... vous verrez des marques postales du XVIIIe siècle, avec des ajouts bien normaux (première édition en 1965 !), quelques corrections, surtout des évaluations et des commentaires.
La chronique de Socrate : Soyons optimistes !
Le moins que l'on puisse dire c'est qu'en cette rentrée il n'y a pas d'avis de tempête...d'optimisme. Certains philatélistes à la retraite font valoir un budget en diminution, des négociants peinent à boucler leurs fins de mois et la question lancinante du non-renouvellement des collectionneurs demeure à l'ordre du jour. Il est vrai que le panorama n'est pas très réjouissant et que les jeunes ne sont pas légion dans les salons, parfois aussi rares que l'herbe dans le désert du Sahara.
Ce phénomène est-il un mal français ? Que nenni, même la Chine jusqu'à présent dynamique enregistre la désaffection des collectionneurs et des jeunes pousses. Voici ce que l'on pouvait lire en substance dans le Laodong Daily un journal publié à Shanghai : « En dépit des températures élevées du mois d'août, le vaste marché d'échange de timbres, pièces et cartes Shanghai Lugong était plutôt « froid » avec seulement quelques clients (...) Situé au 600 Jumen Road dans le district de Huangpu, le marché s'étend sur plus de 4 000 mètres carrés. À l'origine, ce n'était qu'un marché local et informel de timbres, mais les autorités l'ont transformé en un site officiel de bourse aux timbres il y a 22 ans. Depuis lors, Lugong a joué un rôle central dans le développement de l'industrie du timbre de Shanghai et de la Chine. Avec la diminution de la popularité de la philatélie ces dernières années, le marché n'est plus aussi fréquenté qu'avant (...) Beaucoup de stands échangent des pièces ou des cartes ; seul un petit nombre vend encore des timbres. Un propriétaire de boutique - un homme âgé - dormait lors du reportage. Zhang Wenqing, un autre propriétaire a déclaré au Laodong Daily que le marché de timbres s'était considérablement réduit ces dernières années, les bénéfices ayant chuté de manière significative (...) Selon lui, en 1990 et 1993, une quantité excessive de timbres a été mise sur le marché et les prix étaient donc relativement bas. « A la grande époque, presque tous les habitants de Shanghai s'adonnaient à la philatélie mais aujourd'hui, seulement 2 à 3 millions d'habitants environ pratiquent encore le loisir », a ajouté Zhang ».
Un brin pessimiste notre Zhang car avec de pareils chiffres en France on sortirait le champagne. En revanche il pointe quelque chose que nous connaissons bien : la difficulté à faire des jeunes des collectionneurs durables et non ponctuels.
« Mais ces dernières années, Zhao [un autre marchand] et de nombreux autres collectionneurs de timbres ont rencontré un problème particulier : leurs enfants n'aiment pas collectionner les timbres et n'apprécient pas à leur juste valeur (...) la nouvelle génération vend les anciennes collections de timbres de ses proches et réinvestit l'argent dans l'immobilier (...) Mais l'avenir des timbres pourrait ne pas être aussi sombre. Au Palais des enfants du district de Yangpu, un cours à destination des collectionneurs de timbres et des activités connexes ont été lancés il y a 10 ans. De nombreux enfants de la génération "Y" participent à ces cours et activités. Zhou Lili, instructeur du cours consacré aux timbres, a déclaré à Laodong Daily que, bien que l'enseignement de la philatélie compte le moins de participants (comparativement aux autres cours dédiés aux loisirs) peu d'étudiants ont abandonné. »
La philatélie est une discipline passionnante, d'une incroyable richesse et c'est ce qui me rend optimiste. Par ailleurs les efforts déployés par les clubs, l'Adphile et ses partenaires, ainsi que des collectionneurs à titre personnel débouchent sur des résultats encourageants. Toutefois il y urgence à communiquer sur notre belle passion et pas seulement à destination des jeunes. J'y reviendrai dans ma prochaine chronique.
voir le site Cliquez ici pour consulter le site de Timbres Magazine



Timbres Magazine
septembre   2018

cliquez ici pour plus d'informations sur Timbres Magazine

Numéro 203 - Septembre 2018 ÉDITORIAL : Histoires de prince et de président
Le 19 juillet restera une date marquante dans l'histoire de la philatélie. Les Cérémonies de dévoilement de la nouvelle Marianne organisées par Gilles Livchitz et sec équipes de Phil@poste ont été un succès. Obtenir l'implication durant une demi-jour née du chef de l'État pour évoquer le timbre relevait pourtant de la gageure. En tant que provincial, j'ai particulièrement apprécié que cet événement se déroule à Périgueux et la commune toute proche de Boulazac. Nous étions loin des salons parisiens mais dans la rue où la nouvelle effigie s'expose de façon durable puis à l'imprimerie des timbres-poste en milieu industriel, là où l'on entend le bruit des rotatives, on sent les odeurs d'encre. La Marianne est le timbre que connaissent tous les Français et lorsqu'il raconte une belle histoire, il y a toutes les chances que nos concitoyens se l'approprient. Une Marianne issue de l'Art urbain ou "Street art" s'avère une excellente idée et la volonté du président de la République de s'adresser aux jeunes n'a échappé à personne.
Est-ce une idée neuve pour autant? Aussi étonnant que cela puisse paraître, la réponse est non. L'idée de consacrer un timbre à cet art - et pourquoi pas une Marianne - vient d'une personne dont la famille a marqué la philatélie classique! Le prince Charles Napoléon - que je connais de longue date et qui m'a toujours surpris par son avantgardisme - l'a évoqué dans une interview donnée à Timbroscopie en 1996. « Je ne suis pas philatéliste moi-même, je ne transmettrai donc pas ce virus à mon fils, qui a neuf ans...et j'aimerais tout de même qu 'il l'attrape, pour la quantité d'informations que peuvent véhiculer les timbres, notamment au niveau de l'histoire contemporaine. Mais il y a autre chose encore, une réflexion que je me suis faite lorsque je travaillais à l'Aménagement du Territoire où je me suis intéressé aux problèmes des grands ensembles des banlieues. On y voit aussi des jeunes qui expriment des valeurs et des aspirations qui bousculent nos certitudes, mais qui portent une partie de notre avenir commun. Pourquoi ne leur proposerait-on pas le timbre comme moyen d'expression ? Pourquoi ne leur demanderait-on pas de choisir et de dessiner eux-mêmes des timbres? Ils mettraient des "tags" et des graffitis qui fleuriraient le coin de certaines enveloppes à moindre frais que sur les murs de nos villes ! Mais je sais qu'ils seraient heureux de coller ces timbres-là sur leurs enveloppes. Et l'on ne peut pas nier qu'il s'agit là d'une forme d'expression de notre culture contemporaine, qu'on l'aime ou ne l'aime pas. »
Ce descendant de Jérôme, roi de Westphalie frère cadet de Napoléon 1er me lâcha en aparté: « Tu sais Gauthier, le timbre doit être le reflet de son époque. Cet art deviendra incontournable dans quelques années et je fais le pari avec toi qu'il aura un timbre on ne peut plus officiel ». Il pensait déjà à une Marianne. Il fallait être visionnaire pour tenir de tels propos il y a 22 ans. Sans être l'âge de la pierre, rappelons-nous tout de même qu'en 1996 l'Internet grand public n'existait pas, pas davantage les téléphones portables, que le franc avait encore cours et j'en passe. Tout s'est ensuite accéléré à une vitesse hallucinante et l'Art urbain a obtenu au fil des années une reconnaissance. Il s'expose au Grand Palais dès 2009 à Paris mais aussi à la Fondation Cartier pour l'art contemporain, plus tard au Musée de La Poste sans être limitatif. On relira aussi avec intérêt l'interview passionnante de C215 réalisée par Pierre Jullien dans notre livraison de juin dernier.
Entre le prince et le président, il y a donc convergence de vues. Une histoire finalement de prince-président qui nous renvoie aux riches heures de la philatélie classique! Il ne me reste plus qu'à vous souhaiter une excellente rentrée.
(Gauthier Toulemonde)

Concours Presse junior
Organisé par l'Adphile, le Clemi Paris et Timbres magazine, la remise des prix s'est tenue le 14 juin dernier à l'Auditorium du journal Le Monde. Retour en images sur cet événement qui a réuni 120 enfants et une quarantaine d'adultes.
Le timbre au coeur de l'actualité
Entretien avec Gille Livchitz, Directeur de Phil@poste.
Une Marianne résolument féminine
Le jeudi 19 juillet dernier, à Périgueux, Emmanuel Macron a dévoilé sa Marianne engagée. Retour sur cette journée exceptionnelle, riche en émotions où le timbre était à l'honneur.
Les timbres de Poste Aérienne de 1954 : le destin d'une série mal aimée
Les timbres et documents liés à l'Aéropostale font l'objet d'une collection dédiée, prisée par de nombreux philatélistes, friands des rebondissements de l'histoire du transport du courrier par voie aérienne. Et collectionner les timbres de Poste aérienne, surtout après la guerre, est très accessible car les cotes sont presque toujours abordables. Mais quelques émissions échappent à cette règle, notamment la série de quatre timbres sortie en 1954. Mal aimée, boudée, boycottée même par certains, cette série n'a pas eu le succès escompté, ce qui explique sa rareté et sa cote élevée aujourd'hui, tant en neuf qu'en oblitéré. Retour sur les raisons de cette infortuné.
Du Kamerun au Cameroun
Depuis 2016, le Cameroun fait face à un mouvement séparatiste anglophone qui revendique la création de la république d'Ambazonie. Des faits méconnus liés à la constitution mouvementée du Cameroun. Elle est retracée au travers de la collection de timbres classiques, semi-modernes émis par les puissances coloniales de l'époque : l'Allemagne, la Grande-Bretagne et la France. Une histoire postale riche, de grosses valeurs, de nombreuses surcharges, le Cameroun mérite toute votre attention.
Depuis 70 ans, les casques bleus oeuvrent pour la paix
Le ler juin 2018, l'Organisation des Nations Unies (ONU) a célébré, lors d'une cérémonie spéciale à Genève, le 70e anniversaire des activités de maintien de la paix par ses « casques bleus ». Depuis 1948, les observateurs et les casques bleus des Nations Unies ont été envoyés dans un grand nombre de pays, dans le but d'instaurer ou de maintenir la paix. Le courrier envoyé par ces « soldats de la paix » constitue évidemment une thématique d'histoire postale très intéressante.
Canada : quand les saisons dictaient les routes postales maritimes...
Si l'essentiel du courrier qui traverse l'Atlantique-nord au milieu du XIXe siècle, à l'image des flux d'émigrants européens, est dirigé vers les Etats-Unis, le Canada constitue une destination qu'il ne faut pas pour autant négliger. La décision de desservir directement ce territoire encore sous tutelle britannique lance, en 1851, une ambitieuse entreprise qui allait devoir s'affranchir de la contrainte des distances à parcourir mais aussi, et surtout, des conditions climatiques et météorologiques.
Quand les marges font date
Dans la famille des entiers postaux, la carte postale a le privilège d'être la plus ancienne dont le premier modèle a été émis le 1er juin 1878. Au cours de sa longue durée de vie, elle a subi de multiples changements que ce soit dans la présentation ou la fabrication. Après la généralisation de la taille-douce pour la fabrication des timbres à usage courant dans le début des années 60, on en vint à utiliser cet outillage plus tardivement pour l'impression des cartes postales. La première imprimée sur une rotative TD 6 fut la carte postale JUVAROUEN 1976 émise le 27 avril 1976.
Le raid aérien France-Madagascar du lieutenant Person (11 au 26 juillet 1942)
En 1942 la question des liaisons aériennes entre la France de Vichy et Madagascar est sensible : courriers et ravitaillements en dépendent. Dans ce contexte, plusieurs tentatives ont lieu avec plus ou moins de succès.
La révolution de Lénine
Il y a un siècle la Russie en proie à sa révolution bolchevique signe une paix séparée avec l'Allemagne et connait sous l'impulsion de Lénine de profonds changements. Au plan international, les cartes sont rebattues qui aboutissent en 1922 à la création de l'URSS.
En regardant d'un peu plus près nos petits bleus sur lettres
Ces lettres, ornées de timbres bleus, retiennent peu l'attention. Elles présentent pourtant un certain intérêt. On les trouve encore dans des boîtes de « tout venant ». Dans quelques années il s'agira probablement des mêmes anomalies, mais appliquées aux timbres actuels. Alors profitons encore de nos anciens petits timbres.
Bonjour Monsieur Mucha
L'oeuvre graphique d'Alphonse Mucha exerce sur les amateurs d'art et les collectionneurs une fascination qui ne s'est jamais émoussée. Elle va se manifester prochainement à l'occasion d'une exposition à Paris, au Musée du Luxembourg. Les amateurs de cartes postales artistiques ont depuis toujours été associés à cet engouement pour le créateur tchèque que Paris a vu naître à la célébrité en 1894 grâce à la représentation de la pièce « Gismonda » de Victorien Sardou. Sarah Bernhardt en était la vedette au théâtre de la Renaissance. C'est elle qui lança Mucha en lui confiant le 24 décembre 1894 la réalisation de son affiche. Un contrat les associe pour une collaboration de six années. La célébrité et la fortune de Mucha sont assurées.
La chronique de Socrate : Comment j'ai conservé mon enthousiasme
Dernièrement j'ai reçu à dîner un ami collectionneur, profitant de la fraîcheur toute relative de la soirée. Ancien cardiologue, à présent retraité, il aime la précision. Une qualité qu'il a mise au service de ses patients et comme l'on s'en doute également de sa collection. Notre homme n'est pas un grand farceur, d'un naturel plutôt austère et très observateur. Bien qu'il n'exerce plus, il me scrute toujours du regard, non il m'ausculte, m'interrogeant également sur mon hygiène de vie. Pour être tout à fait sincère, il est parfois assommant avec ses reproches à répétition et autres recommandations. Quand comprendra-t-il que je ne l'invite pas pour cela! Le bon vin aidant, notre taiseux est devenu bavard en évoquant sa collection. Il faut dire que son ampleur lui permet en effet d'en parler des heures, voire des jours entiers. Grand spécialiste des colonies françaises, il possède des pièces exceptionnelles et des connaissances impressionnantes. Il ne fait partie d'aucun club, il est du genre « loup solitaire ». J'ai eu le droit à une consultation, non médicale mais philatélique car il avait apporté quelques-uns de ses albums d'lndochine. Il est particulièrement avancé, possédant quelques lettres exceptionnelles. Certaines pièces doivent valoir une petite fortune mais ancien cardiologue je ne m'inquiète pas pour lui, d'autant que les seules dépenses qu'il s'accorde sont réservées à la philatélie. Il paraît que les prix ont considérablement baissé ces dix dernières années, ce qui ne me convainc qu'à moitié lorsque je regarde les résultats des ventes sur offres. Au bout d'une heure et demie, après avoir commenté avec bonne humeur quelques plis, il s'arrête brutalement. « Pour tout t'avouer mon cher Socrate, j'ai tellement de pièces, je me suis tellement spécialisé à l'extrême que je trouve pratiquement plus rien. » Je lui réponds aussitôt : « Mais alors que fais-tu, tu as démarré une autre collection ? ». Son visage s'assombrit, je lui sers un généreux verre de mon délicieux rosé de Provence pour que notre homme bien pudique poursuive. « Si je suis venu te voir, c'est parce que je m'ennuie. Non que le timbre ne m'intéresse plus mais j'ai tout. Quant à m'aventurer sur d'autres chemins, vu mon âge il est trop tard [il n'a que 79 ans]. Pour tout t'avouer, c'est le grand vide, plus envie de rien. » ajoute-t-il la gorge serrée.
Une chose me fait tout de même plaisir, il vient en consultation ; cette fois c'est moi qui joue au docteur, au psy. « Tu me connais depuis longtemps tout comme ma collection qui n'a pas de secret pour toi. Comme tu le sais, j'ai toujours privilégié l'éclectisme, les coups de cœur, je ne suis complet dans pratiquement aucune de mes collections. Comme tu le sais aussi, je ne roule pas sur l'or ce qui limite mes achats mais n'altère en rien mon enthousiasme. Ma collection de France par exemple s'illustre par quelques très belles pièces de la période classique même si je suis nettement plus fourni en semi-modernes avec qui plus est de superbes variétés. Quant aux modernes, je ne suis plus réservataire depuis 2001, j'achète ponctuellement ce qui me plaît et notamment des timbres gravés. Les trous dans ma collection ne me démoralisent aucunement Comme toi, les anciennes colonies françaises me passionnent et tout particulièrement l'Afrique. C'est compliqué, je lis énormément à ce sujet et je m'amuse beaucoup. Tout ce que j'achète est de qualité parfaite et donc ma progéniture vendra facilement. Dès que je ressens le début d'une forme de lassitude, j'attaque quelque chose de nouveau. N'imagine pas que tu es le seul à te poser ce genre de questions, à te dire que tu vas tout arrêter. Beaucoup de philatélistes s'interrogent régulièrement et surtout les gens comme toi qui n'ont pratiquement aucun contact avec d'autres collectionneurs. Tiens mon fils est muté à Singapour, je me suis dit que j'allais mettre le nez dans cette ancienne colonie britannique. Elle n'est pas bien loin de tes centres d'intérêt, ça te dirait de t'y intéresser avec moi ? »
L'ancien cardiologue décroche un sourire, ce qui signifie qu'il acquiesce. Le pari est gagné, j'ai soigné le toubib de sa lente torpeur. Je lui demande de stoper, ce qu'il fait. « Je comprends à présent mon cher Socrate pourquoi tu es toujours de bonne humeur, enthousiaste. Je devenais un vieux c...grâce à toi je me sens rajeunir. Combien te dois-je pour la consultation? ». Je lui réponds tout de go un beau classique des « Straits Settlements », ces fameux Etablissements des Détroits, protectorat de Malacca. Au départ de cet ami collectionneur, mon esprit vagabonde déjà, un nouveau voyage va commencer comme seule la platélie peut nous en offrir.

voir le site Cliquez ici pour consulter le site de Timbres Magazine



Timbres Magazine
juillet   2018

cliquez ici pour plus d'informations sur Timbres Magazine

Numéro 202 - Juillet-Août 2018 ÉDITORIAL : Philastamp
En l'espace de seulement une semaine le site Philastamp, lancé le 25 mai dernier, comptait déjà plus d'un millier du visiteurs uniques et 1500 objets mis en vente Selon les statistiques à notre disposition, le visites durent 12 minutes en moyenne, bief davantage pour certains d'entre vous. Le site est consulté à 80 % via un ordinateur les tablettes et les téléphones se partageas à parité les 20 % restants. Les visiteurs sont majoritairement basés en France, les principales régions représentées étant pa ordre décroissant: I'lle de France, Provence Alpes-Côte d'Azur, Grand Est, Auvergne Rhône-Alpes, Occitanie, Nouvelle Aquitaine et Hauts-de-France. Philastamp est également consulté à l'étranger, viennent en premier nos amis belges, suivis étonnamment des Américains, lesquels devancent les Suisses. Ne me demandez pas d'explication je n'en ai aucune à vous fournir! Traduit en anglais, nous ferons connaître le site er septembre prochain aux États-Unis et er Grande-Bretagne.
Sans surprise les pages les plus regardées sont celles des ventes et des achats. Voué appréciez également de consulter les infos pratiques, tout particulièrement les ficher techniques consacrées aux timbres d'usage courant, du 20 c noir à la Marianne de Briat. Le site propose à présent en ventes aux enchères ou à prix net des timbres de toutes les périodes, la rubrique consacrée aux cartes postales étant pour le moment peu étoffée. Trois marchands nous ont fait confiance dès le démarrage, qu'ils en soient ici remerciés.
Il s'agit de Cérès, Jamet-Baudot-Pothion et Champion, d'autres nous rejoindront au cours des prochaines semaines. Nous assurons une veille quotidienne des objets mis en ligne et jusqu'à présent nous n'avons pas relevé d'annonce mensongère ou de timbres faux. C'est notre principale préoccupation et je vous fais également confiance pour nous alerter. Interdire le site à un vendeur dont la malhonnêteté a pu être prouvée ne nous pose aucun d'état d'âme.
Vos premières réactions sont positives, Philastamp étant jugé facile d'usage, clair et bien conçu. Le fait qu'il soit français, géré par le magazine contribue à vous rassurer. Nous répondons à toutes vos questions par mail ou téléphone et comme me l'a dit un lecteur au salon Paris-Philex: "On sait qui est derrière le site, on vous connait depuis tant d'années. Quand je suis devant mon ordinateur, je n'ai pas l'impression de m'adresser à une machine mais une équipe dont je connais le sérieux et la fiabilité. Cela fait toute la différence ".
Un bon démarrage certes mais il faut bien entendu davantage de membres pour que Philastamp soit efficient et s'installe durablement dans le paysage philatélique. Si ce n'est pas encore fait, inscrivez-vous afin que nous augmentions rapidement le nombre d'utilisateurs dans l'intérêt des collectionneurs.
Je vous souhaite d'excellentes vacances. Le prochain magazine sera en librairie le 24 août. Nous évoquerons la nouvelle Marianne qui devrait être émise en juillet, un événement que nous attendons tous avec impatience.
Paris Philex 2018 : un grand cru !
Avec plus de 19000 visiteurs, cette seconde édition du salon Paris-Philex qui s'est tenue du 7 au 10 juin est incontestablement une réussite. Les visiteurs étaient particulièrement nombreux lors des journées de vendredi et samedi.
Les premiers visages de Marianne sur le timbre français
Alors que nous nous apprêtons à découvrir le nouveau visage de Marianne sur nos timbres, associé à la présidence d'Emmanuel Macron, nous ne sommes absolument pas surpris par cette volonté. En effet, le timbre d'usage courant français est immédiatement lié à Marianne, et il semblerait délicat d'abandonner ce motif au profit d'un autre. Et pourtant, ce symbole de la République est arrivé dans notre philatélie sur le tard, bien après les premiers bustes qui ont garni nos mairies. Ce n'est qu'à la fin de la Seconde Guerre mondiale que la figure de Marianne fait son entrée sur le devant de la scène philatélique, et quelle arrivée: en treize mois à peine, les usagers découvrent pas moins de trois visages différents de l'allégorie, chacun d'entre eux décliné dans une série aux faciales multiples. Et le tout est étroitement lié à l'histoire de la Libération de notre pays.
Collectionner les plis de grève !
Il n'a échappé à personne que l'on célèbre en ce moment le cinquantenaire des « événements de mai 1968 ». Voici pour le collectionneur curieux une belle occasion pour une initiation à la collection des plis de grève de mai-juin 1968.
Transnitrie... Vous avez dit Transnitrie ?
Transnistrie, capitale Tiraspol, 500000 habitants environ. Ce petit pays, coincé entre la Moldavie d'un côté et l'Ukraine de l'autre, est en fait le "résultat" de l'éclatement de l'ex-URSS et des mouvements indépendantistes qui ont vu le jour, dans les années 2000, dans la plupart des pays du pacte de Varsovie. Connaissez-vous les timbres qu'il émet?
La dramatique tentative New York-Paris de René Fonck
Il n'y eut pas que des réussites, loin s'en faut, dans les tentatives des pionniers de l'aviation. Or l'histoire - et la philatélie - gardent la mémoire des échecs et des drames qui en ont émaillé l'histoire.
Les dernières émissions de Fiume, "Ville libre"
Après la brève résistance de d'Annunzio au mois de décembre 1920, et les troupes italiennes reprirent le contrôle de Fiume... et le poète se retira dans sa maison du Lac de Garde sans que le royaume d'Italie ne lui tienne grief de ce qui s'était passé - au nom de sa célébrité, sans doute.
Pas grand-chose
La documentation, parfois envahissante et volumineuse, présente deux avantages puisqu'elle : résume les connaissances acquises et en fixe l'intérêt ; incite aux recherches des pièces non mentionnées. Mais pour ce faire, encore faut-il disposer dans sa bibliothèque d'un peu de documentation, savoir la retrouver et surtout l'avoir lue! Alors personne ne regrette son achat. En voici un tout petit exemple.
Il y a 25 ans, la Tchécoslovaquie se séparait en deux pays
Cette année, deux pays d'Europe centrale célèbrent le 25e anniversaire de leur indépendance : la République tchèque et la Slovaquie. En effet, c'est le ler janvier 1993 que le pays qui s'appelait « Tchécoslovaquie » depuis 1918 se séparait en deux parties pour donner naissance à ces deux nouveaux États européens. Les timbres sont, une fois de plus, les témoins d'une histoire toujours en mouvement.
Entiers de l'Isère : les précurseurs des P.A.P.
Comme chacun le sait, les entiers postaux sont de création ancienne. De formats divers au départ, plusieurs présentations se sont éteintes progressivement et après la Seconde Guerre mondiale, il ne subsistait que des cartes postales et des enveloppes privées timbrées sur commande. Mais une volonté de modernisation de la Poste va faire renaître quelques présentations oubliées et surtout apporter des changements importants dans l'usage et la commercialisation de ces produits. Retour sur l'épisode qui marque le début d'une nouvelle ère pour cette forme de collection.
Cartophilie : Besnardeau : mystères et légende
Au cours de l'année 1902, parvient aux oreilles d'un rédacteur du "Petit Journal", quotidien de grande diffusion, une information selon laquelle un libraire de Sillé le Guillaume, chef-lieu de canton de la Sarthe, aurait été le créateur, pendant la guerre de 1870, de la première carte postale illustrée française...
Le Venezuela entre dictature et démocratie
Depuis qu'il s'est libéré de la domination espagnole qui s'exerçait depuis le XVIe siècle par la guerre d'indépendance (1810-1830), le Venezuela indépendant connaît crises politiques et coups d'État.
PhilaStamp en pratique
PhilaStamp a pour objectif de mettre en relation des collectionneurs de timbres, cartes postales et tout ce qui est en rapport avec l'histoire postale. Que vous soyez ou non familier d'internet, ce site vous étonnera par la simplicité de son utilisation. Testez-le, laissez-vous tenter et rejoignez notre communauté.
Un nouveau venu dans le négoce : En personne
Gabriel Rheinert, jeune Lyonnais de 24 ans, possède la double nationalité franco-allemande. Diplômé en master 2 commerce et management international, il a fondé Présidence Philatélie qu'il nous présente avec passion.
La chronique de Socrate : Je vous souhaite de belles vacances
Avec l'arrivée des beaux jours et comme chaque année, je fais presque une pause dans mes activités philatéliques. Certes je reste en veille au cas une pièce intéressante viendrait à être vendue mais sans plus. Je consacre une partie de l'été à des loisirs de plein air, à commencer par le jardinage. Ne souriez pas, cela demande autant d'attention et de connaissances techniques que la philatélie. Maniaques nous le sommes pour nos timbres, je le suis également pour la pelouse que j'aime parfaitement bien tondue ce qui est fort plaisant à contempler une fois l'effort fourni. Elle valorise toutes vos plantes, arbres, embellit votre environnement quelle que soit sa taille. J'aime l'ordre, la propreté autant dans un jardin que dans mes collections de timbres. Jusqu'à fin juillet je range toute ma documentation, classe les timbres et enveloppes reçues durant la saison philatélique avec la satisfaction du devoir accompli. Partant invariablement en vacances en août, je laisse toujours avec un brin de tristesse mes albums, je suis un grand sentimental.
La philatélie est mon univers, mon jardin secret dans lequel j'aime me trouver. Cela tombe bien, mes enfants ne sont guère intéressés par ces activités à propos desquelles je suis moins bavard avec eux qu'avec vous dans le magazine. Si je ne suis pas parvenu à éduquer mes enfants, je ne désespère pas de convaincre les leurs.
Durant les quelques jours d'été que je partage avec eux, je ne leur montre pas mes collections restées à la maison mais je leur raconte des histoires de timbres après le dîner. Contrairement à ce que vous pouvez imaginer, ces soirées passées à évoquer des anecdotes philatéliques sont bien agréables, ayant une écoute attentive. L'année dernière je leur ai raconté quelques histoires de pays qui n'existent plus. Pour eux, le monde tel qu'ils l'appréhendent en classe, est figé depuis la nuit des temps. Leur préoccupation - quand ce n'est pas leur fierté - est de savoir placer sur une carte les pays d'aujourd'hui. Un exercice que nous faisons régulièrement et un soir, pour les faire réagir, je leur ai demandé de me dire où était situé le Bechuanaland, devenu le Botswana. Mes petits-enfants restèrent muets tout comme ils ne furent guère plus diserts lorsque je leur ai demandé ce qu'il en était de la Sénégambie et Niger, la Côte des Somalis ou encore Bengasi.
C'est ainsi que nous avons revisité ces pays avant d'en venir à la philatélie. Je leur ai expliqué que l'immense avantage était qu'ils pouvaient immédiatement savoir quelle somme ils devraient débourser, l'ensemble des timbres étant connu.
Ainsi ils éviteraient les pays ayant la fâcheuse tendance à émettre toujours plus de timbres et de sans cesse mettre la main à la poche. « Vous ne serez pas comparables à ces malheureuses Danaides condamnées à remplir sans cesse des vases sans fond. Si vous collectionnez un pays disparu, un jour le vôtre sera rempli à ras bord ». Nicolas qui s'intéresse aux timbres me fit cette réflexion de bon sens: « Mais grand-père, tu sais bien que certains timbres de ces pays sont rares. Comment ferai-je pour me procurer les trois ou quatre valeurs dont la cote atteint des sommets ? Il faudra te montrer plus généreux à Noël! ». Je m'en suis sorti par cette réponse: « Tu as raison mais un jour tu gagneras ta vie et mettras de l'argent de côté pour te les acheter. Tu peux en pareille situation rechercher les oblitérés détachés si tu as tous les neufs, ou vice-versa, puis les blocs de quatre, les oblitérations de diverses localités, les Quilles et que sais-je encore. Tu te spécialiseras et trouveras une vraie source de plaisir. Et si tu en as fait le tour ou presque, alors un nouveau pays qui n'existe plus, s'offrira à toi, une nouvelle aventure débutera. Les philatélistes sont tous des Indiana Jones à leur manière.

voir le site Cliquez ici pour consulter le site de Timbres Magazine



Timbres Magazine
juin   2018

cliquez ici pour plus d'informations sur Timbres Magazine

Numéro 201 - Juin 2018 ÉDITORIAL : PhilaStamp, un site fait pour vous
Ces dernières années, le développement d'internet a modifié durablement les habitudes des philatélistes. Un nombre grandissant d'entre nous échange leurs timbres par ce canal comme le magazine l'évoquait l'année dernière dans une enquête. Si nous vous recommandons vivement de passer par un négociant pour la vente de collections importantes, le Net - au même titre que les petites annonces - a son utilité. Demeure la qualité des lots et singulièrement le problème des faux timbres, vendus à des prix défiant toute concurrence pour attirer le chaland.
Afin de répondre à vos besoins, nous lançons PhilaStamp.com, un site grâce auquel vous pouvez échanger vos timbres et cartes postales en toute sécurité. Nous avons fait le choix de le spécialiser dans ce que nous connaissons : la philatélie et tout ce qui a trait à l'écrit. Il comporte de nombreux outils à la disposition des vendeurs et acheteurs afin d'optimiser les échanges. Notation des utilisateurs, options pour favoriser les enchères de dernière minute et de nombreuses autres fonctionnalités qui vous sont offertes comme celles de dire aux visiteurs que vous êtes en vacances et même leur annoncer la date de votre retour. Son architecture a été conçue pour être très lisible sur les téléphones portables, de sorte de pouvoir enchérir où que vous soyez, comme de votre jardin ou sur la plage!
PhilaStamp délivre également des informations pratiques : conseils pour mieux vendre et acheter, repérer les faux timbres, comment collectionner et de nombreuses fiches. Celles-ci couvrent tous les timbres d'usage courant de France de 1849 à la Marianne de Briat, reprennent un certain nombre de fiches paraissant dans le magazine, dédiées aux premiers timbres émis dans le monde. Une newsletter vous informe enfin des résultats des grandes ventes en France et à l'étranger, vous fait part des opportunités à saisir sur le marché. Des informations complémentaires à Timbres magazine.
Vous avez à votre disposition dès à présent un bel outil qui est totalement gratuit. Notre objectif est de développer rapidement la fréquentation du site. Afin de faciliter les transactions PhilaStamp est très simple d'utilisation. Le site sera payant à partir du 1er octobre mais nos commissions seront inférieures à celles perçues par les grands intervenants du marché. Afin de bénéficier d'un vaste choix d'objets, il est d'ores et déjà traduit en anglais, notre ambition étant internationale. Le site ayant démarré fin mai, le nombre d'utilisateurs demeure limité mais il ne tient qu'à vous, chers lecteurs, de l'enrichir en vous inscrivant sans tarder et de profiter de sa gratuité durant les quatre prochains mois.
Vous nous avez exprimé le souhait que nous limitions la rubrique des nouveautés du monde. En accord avec notre partenaire - la Maison Champion - nous présentons à compter de ce numéro les pays les plus collectionnés et sélectionnerons périodiquement des timbres entrant dans des thématiques populaires.
Nous vous donnons rendez-vous au salon Paris-Philex, stand F11, proche de celui de Phil@poste. D'ici là, excellente lecture et n'hésitez pas à rejoindre la communauté de PhilaStamp.
PhilaStamp en pratique
PhilaStamp a pour objectif de mettre en relation des collectionneurs de timbres, cartes postales et tout ce qui est en rapport avec l'histoire postale. Que vous soyez ou non familier d'internet, ce site vous étonnera par la simplicité de son utilisation. Testez-le, laissez-vous tenter et rejoignez notre communauté.
Rendez-vous à Philex 2018
Le salon Paris-Philex 2018 se tiendra à Paris du 7 au 10 juin prochain. Après le succès de l'édition 2016, 20000 visiteurs sont attendus cette année dans le hall 2 de Paris expo porte de Versailles. Parallèlement aux stands de La Poste où seront vendues les émissions proposées par Phil@poste (cf. pages Actualités France), les philatélistes sont invités à se rendre sur les stands des artistes concepteurs de timbres, des négociants et des administrations postales. Programme des réjouissances.
La Marianne à la Nef : à la charnière entre l'ancien et le nouveau franc
Le 1 er janvier 1960 est instauré le nouveau franc, sous l'impulsion d'Antoine Pinay. Et cette révolution monétaire aura forcément des répercussions sur la philatélie, les timbres portant une valeur faciale libellée en francs. A la charnière entre ces deux époques se trouvent plusieurs timbres d'usage courant: plusieurs blasons, la Moissonneuse et la Marianne à la Ne£ Celle-ci va connaître plusieurs émissions, témoignant d'un changement d'époque, avec une durée de vie finalement très courte, rendant sa présence éphémère sur la scène philatélique.
Costes et Bellonte à l'assaut de l'Atlantique. La suite du voyage.
Suite à leur héroïque traversée de l'Atlantique, Costes et Bellonte se retrouvent le 2 septembre 1930 à New York prêts à partir pour la suite de leur voyage: New York-Dallas puis le Tour de l'Amitié, salués par de nombreux courriers souvenirs.
C215 : "Quand je réalise un timbre, c'est une façon de rappeler au public qu'il y a un art de communiquer"
Un grand atelier lumineux dans la banlieue parisienne, à Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne), encombré d'oeuvres - toiles, panneaux -, les siennes ou celles d'amis, comme son voisin Ernest-Pignon-Ernest, qu'il admire, de Ben, un fatras de boîtes aux lettres postales jaunes, des bombes de peintures stockées par centaines : Christian Guémy, alias C215, artiste né en octobre 1973, a notamment créé un timbre pour les Terres australes et antarctiques françaises paru en janvier. Il nous a ouvert ses portes.
Introduction aux anciens États allemands (fin)
Après avoir dressé un panorama du puzzle allemand avant l'unification dans notre livraison d'avril dernier, venons-en à quelques caractéristiques de cette collection passionnante qui intéresse également les amateurs de la thématique « Un timbre, un pays ». En Allemagne peut-être plus qu'en France, la qualité a un prix mais facilite grandement la revente. Si vous n'avez pas d'objectif de revente, si vos moyens sont limités, n'hésitez pas à vous procurer des exemplaires défectueux dont la cote est sans commune mesure avec les neufs. Ils vous procureront néanmoins beaucoup de joie et permettront de vous familiariser avec ces timbres.
Fin des dentelures verticales et des distributeurs
Retour aux factices de roulettes qui nous emmènent maintenant dans le milieu des années 70 avec un motif plus spartiate et une modification au niveau de la dentelure.
Îles Caïmans, une histoire postale méconnue
Peu nombreux sont les Français qui s'intéressent à l'histoire postale de ces îles de la mer des Caraïbes, éloignées des Antilles françaises. Si les timbres la période jamaïcaine bénéficient de cotes élevées, les semi-modernes et modernes sont abordables et constituent un excellent territoire de "chasse" pour les thématistes. Partons pour ces îles (également appelées Caïmanes) situées au sud de Cuba et au nordo-uest de la Jamaïque.
Des villes redeviennent des ports
Certaines créations révolutionnaires ont survécu et sont admirables (Polytechnique, système décimal, archives nationales, etc.). Des suppressions furent compensées (académies, oeuvre d'art, ordre des avocats...) mais il en est aussi de surprenantes comme celles visant à permettre aux agglomérations portant certains noms de reprendre leur ancien nom.
Le Groenland, la deuxième plus grande île du monde
Le Groenland, la deuxième plus grande Le du monde, est situé entre le nord canadien à l'ouest et l'Islande à l'est, et entre les océans Arctique au nord et Atlantique au sud. C'est un territoire autonome faisant partie du royaume de Danemark. Ses timbres nous racontent son histoire...
Cartes postales : Voyage à Saint-Petersbourg
Saint-Pétersbourg, 17 mai 1903. Il y a foule sur la Perspective Nevski, la grande artère de la capitale impériale, décorée de drapeaux russes et français. Nicolas II accueille Emile Loubet président de la République française. Les relations entre les deux pays sont au beau fixe. Une aubaine pour les éditeurs de cartes postales illustrées qui ont fait irruption en Russie dès la fin du XlX^e siècle. Il existe au no 20 de la Perspective Nevski, à proximité d'un pont dénommé « Pont de la Police », une librairie française: Mellier et Compagnie, spécialisée en cartes postales illustrées. La Maison Richard, pour sa part (le propriétaire est également d'origine française), n'aurait pour rien au monde manqué cet événement. Saint-Pétersbourg ne fête-t-il par son deuxième centenaire, un anniversaire auquel la France a l'honneur d'être conviée!
Le coup de coeur de la CNEP
Dans cette rubrique, dédiée aux négociants membres de la C.N.E.P., ceux-ci nous présentent les pièces philatéliques hors-normes qu'ils ont la chance de voir passer entre leurs mains. Ce mois-ci, Eric Olivier (de la maison Phila 2000) nous présente une rareté méconnu e: le 1,90 euro brun autoadhésif personnalisé au type Marianne de Luquet (YT autoadhésif n°48D ou personnalisé n°3729CA)... un timbre connu à seulement 390 exemplaires.
La chronique de Socrate : Comment je me suis laissé convaincre
Vous vous en doutez, il est fortement question chez Timbres magazine de notre nouveau site PhilaStamp sur lequel vous pouvez échanger vos timbres, documents postaux les plus divers et cartes postales. Je ne vous surprendrai pas en avouant que j'émettais de fortes réticences à l'égard de ce projet. Internet n'est pas dans ma culture, je préfère le rapport humain au virtuel.
Je ne vous cache pas que lorsque j'observe tous les faux timbres qui se vendent sur la Toile, je suis abasourdi par ces pratiques plus que douteuses de margoulins. Qu'en sera-t-il nous concernant, comment allons-nous faire afin de ne pas en être submergés ? Le nom enfin ne m'enchantait guère avec sa forte consonance anglosaxonne, moi le fidèle défenseur de la langue française. Votre Socrate s'est donc montré dubitatif. Mes chers collègues ne m'ont pas pour autant demandé de prendre ma retraite.
J'ai alors fait un peu de maïeutiques en les interrogeant. A bien les écouter, les philatélistes ont besoin de cet outil pour échanger. Autrefois le réseau de correspondants se constituait puis s'entretenait par divers canaux dont les clubs (spécialisés ou non) et la presse. Les effectifs ont fondu tout comme le nombre de revues en France et à l'étranger. Nous ne sommes plus dans les années 1950-60 et il faut vivre avec son temps. Trouver des correspondants sur la Toile est assez facile comme me l'a confié un ami qui souhaitait se procurer des timbres canadiens. Mais comment savoir avec qui on correspond, si la personne est fiable ? Si j'ai bien compris, sur PhilaStamp les utilisateurs comme les vendeurs sont notés, ce qui est une bonne chose. Mieux encore, l'équipe de Timbre magazine surveillera régulièrement les offres tout comme les utilisateurs peuvent signaler un abus. Si un vendeur est indélicat, nous le supprimerons sans lui demander son avis. Pour élargir l'offre d'objets, se donner des chances supplémentaires de trouver le timbre qui nous manque il était nécessaire que PhilaStamp soit immédiatement international. C'est la raison pour laquelle on a choisi ce nom compréhensible tant par les francophones que par les anglophones. Le site est donc rédigé en français et en anglais.
J'ai assisté aux tests avant le lancement du site et me suis amusé à proposer à mes collègues un timbre de ma collection de France pour voir s'ils mordaient. Il a donc fallu que je m'inscrive et fasse mes premiers pas sur ce « machin » qu'est PhilaStamp. A dire vrai, c'est assez simple même pour un béotien comme moi. Mieux il y a de nombreux outils pour améliorer les chances de bien vendre que j'ai utilisés. Mes amis ont bien entendu enchéri, ce que j'ai trouvé somme toute assez existant. Je me suis pris au jeu, bien conscient qu'ils le faisaient aussi pour me vendre « leur » site! Résultat un timbre proposé à 59 euros a été adjugé 140. Lorsque j'ai demandé à l'acheteur-collègue de me régler, il m'a juste offert l'apéro en me disant que c'était un test. Maintenant que le site est en ligne, il réfléchira à deux fois.
Comme je me suis déjà exprimé à ce sujet, je suis un ardent défenseur de la presse papier et je n'ar rive pas de toute façon à lire ur article sur Internet. Cela me donne mal aux yeux et pour tout vous dire, cela m'agace terriblement. Quelle ne fut pas ma surprise lorsque j'ai appris qu'il y avait sur PhilaStamp de nombreuses informations gratuites. Mes collègues m'ont expliqué leur « modèle économique » comme on dit aujourd'hui. La presse papier ne peut pas se passer du Net, être présente sur la Toile est une obligation. Tout comme un organe d'information présent uniquement sur Internet ne rêve que d'une chose : avoir son magazine imprimé. Pour faire simple, il faut être présent sur les deux supports. Enfin, PhilaStamp n'est gratuit que pour son lancement. Vu le travail représenté par sa construction, il faudra bien ensuite couvrir les charges. Elles le seront ensuite, le site prélevant à compter du ler octobre une commission, sans commune mesure avec les grands opérateurs du secteur. De vous à moi, si vous avez des timbres à vendre d'ici là, profitez-en mais ne partez pas ensuite en courant!
Les informations sur le site de PhilaStamp sont pratiques. A Timbres magazine les beaux articles bien écrits et magnifiquement illustrés, au site de nous donner des conseils pratiques pour mieux acheter et vendre. J'ai notamment découvert que les fiches de Timbroloisirs relatives aux timbres d'usage courant étaient toutes en ligne. Ne vous privez pas de cette information technique tout comme de la newsletter qui fera le point au moins une fois par mois sur les ventes (V.O. et ventes aux enchères).
Voici mes premières impressions sur ce site, chers amis, j'espère qu'il répondra à vos attentes. Personnellement, cela me fait plaisir de voir que notre petite société se lance avec courage et détermination dans cette aventure. Soutenez-nous en vous inscrivant dès la fin de la lecture de cette chronique!


voir le site Cliquez ici pour consulter le site de Timbres Magazine



Timbres Magazine
mai   2018

cliquez ici pour plus d'informations sur Timbres Magazine

Numéro 200 - Mai 2018 ÉDITORIAL : Déjà le numéro 200 !
Déjà le numéro 200 et avouons-le, le temps passe vite. Plus de 25 000 pages publiées en l'espace de seulement dix-huit ans et pourtant nous n'avons jamais éprouvé la moindre lassitude. Du stress sans aucun doute, de la fatigue parfois car disons les choses, nous ne sommes que sept personnes à faire tourner la société (administration comprise) alors que nous étions seize en avril 2000, à la sortie du premier numéro. Malgré les difficultés que rencontrent la presse en général et la philatélie en particulier, nous sommes toujours présents et conservons intacte la passion pour notre métier ainsi qu'un goût prononcé pour l'innovation.
Depuis la création de Timbres magazine, les événements n'ont pas manqué : le passage à l'euro, nos différentes prises de position pour défendre les collectionneurs comme celles pour empêcher la démonétisation des timbres libellés en franc, limiter le nombre d'émissions (et la réponse du chef de l’État), défendre les timbres gravés et préserver les artistes qui les réalisent. Afin de promouvoir notre passion auprès des jeunes nous organisons avec l'Adphile et l'éducation nationale un concours pour la réalisation d'un magazine fait par les 7/11 ans. Il sera publié en juin prochain sous le nom de Timbres magazine junior. La remise des prix se déroulera au journal Le Monde en compagnie de notre ami et ancien rédacteur en chef : Pierre Jullien. Nous avons également publié de nombreux ouvrages avec L'État du monde par les timbres et les drapeaux, le Dictionnaire des émissions philatéliques, quatre tomes de La France d'outre-mer par ses timbres La Philatélie en 366 questions, 10 ans de Liberté (de Gandon), trois ouvrages de Guy Prugnon, 160 ans de timbres-poste, Chroniques insulaires et quatre tomes du hors-série Le dessous des timbres. Tous sont encore disponibles sur timbro.fr à l'exception du tome I de La France d'outre-mer. Deux sites Internet ont été créés TimbresMag.com et Timbro.fr, ainsi que la Web TV TV TIMBRES que vous pouvez consulter à présent sur YouTube.
Trois DVD sont sortis : deux sur mes expéditions au Pôle Nord et en Guyane, et un consacré à Jacqueline Caurat. Votre magazine a accompagné de grands aventuriers : Jean-Louis Étienne (île de Clipperton, dirigeable et ballon au pôle Nord) et Raphaël Domjan lors du premier tour du monde avec pour seule énergie le soleil. Nous participons à présent à son nouveau projet d'avion solaire auquel s'est joint récemment Bertrand Piccard.
A chaque fois nous vous avons adressé de Belles enveloppes en souvenir, ce qui n'a pas toujours été simple. J'ai enfin réalisé deux expéditions en solitaire : sur une Île déserte en Indonésie puis dans le désert d'Oman ce qui nous a valu de nombreux passages dans les médias (télévision, radio, presse écrite), donnant l'occasion d'évoquer la philatélie auprès d'un large public. Ma prochaine expédition (seul mais accompagné d'un chien) se déroulera au pôle Nord en mars-avril 2019. Elle sera certainement la plus dangereuse.
Je vous rassure, cette rapide rétrospective ne cherche pas à verser dans l'autosatisfaction (tout n'a pas été une réussite) mais à mesurer le chemin parcouru. Nous ne comptons pas nous reposer sur nos lauriers et en juin prochain, Timbres magazine lancera un outil bien utile pour les collectionneurs de timbres et de cartes postales. Une innovation sur laquelle nous travaillons depuis plusieurs mois et qui ne manquera pas de vous surprendre.
Merci à vous, chers lecteurs, pour votre fidélité ainsi qu'à tous ceux qui ont contribué à la réalisation de ces 200 numéros : rédacteurs, annonceurs et bien entendu l'équipe de votre magazine basée à Bagnolet et à Lille.
Ces Marianne qui n'ont pas vu le jour
L'histoire du timbre-poste français est ponctuée de décisions et de choix administratifs qui s'avèrent parfois être décisifs pour les décennies à venir.. La période des années 1952 à 1954 fait partie de ces moments forts de l'histoire de la philatélie française. Elle est marquée par ne volonté de changement d'effigie sur les timbres d'usage courant restée la même depuis la sortie de la guerre. Cependant, l'instabilité politique du moment qui se manifeste notamment par la succession de trois différents ministres des PTT, les élections présidentielles de 1953, font que la Marianne de la Libération émise pour la première fois en février 1945 reste difficile à détrôner...
1er au 2 septembre 1930 Paris-New-York, Costes et Bellonte traversent l'Atlantique d'est en ouest
Le 21 mai 1927 à 22 h 22, Charles Lindbergh, qui vient de traverser l'Atlantique nord d'ouest en est devenu l'homme le plus célèbre de la terre, alors que trois jours auparavant il n'était pour le grand public qu'un parfait inconnu. Mais le trajet en sens inverse, beaucoup plus difficile en raison des vents contraires, reste à accomplir. Dieudonné Costes et Maurice Bellonte vont réussir trois ans après la tragique tentative de Charles Nungesser et François Coli dont l'avion ne sera jamais retrouvé.
Quelques lettres de l'Armée de Portugal
Sous le 1er Empire, et hors de nos frontières les postes militaires françaises sont armées par du personnel détaché de notre Administration centrale et placé sous la surveillance directe et totale des intendants généraux et de leurs subalternes que sont les commissaires ordonnateurs et les commissaires des guerres (Règlement sur le service des postes militaires du 31 août 1809). Les civils attachés aux bureaux bénéficient d'avantages financiers et d'autres comme l'autorisation de se remonter en chevaux militaires, mais « parmi les chevaux de la plus petite taille » Arrêté du Comité de Salut public du 8 thermidor an II (26 juillet 1794). Faibles compensations à l'éloignement familial et aux conditions de travail plus spartiates qu'en métropoles.
L'Académie de philatélie a 90 ans
Il y a 90 ans est née l'Académie avec pour objectif de « contribuer au développement de la philatélie par fous les moyens possibles ». Pour célébrer cet anniversaire, revenons sur l'histoire de cette noble institution et profitons de l'occasion pour découvrir quelques belles pièces que l'on pourra admirer à Paris-Philex.
Vignettes méconnues de 'Pataphysique
Plongeons aujourd'hui en « Erinnopathie », une maladie incurable où chacun croira ce que bon lui semble, prendra ce qui le séduira... La dérision d'un Jean-Christophe Averty, agé et affaibli, ne lui faisait-elle pas dire qu'il était atteint d'une « maladie l'Alka-Seltzer »? La 'Pataphysique et ses superbes vignettes sont un microcosme passionnant, très peu connu, qu'il faut défricher ensemble... pour comprendre que l'absurde y règne en maître plus que tout élitisme.
1825, à bord du Real Ferdinando la plus ancienne lettre (connue à ce jour) transportée par vapeur postal en Méditerranée
Née à la fin du XVIIIe siècle et symbole de la « révolution industrielle », la technologie du moteur à vapeur fut progressivement appliquée aux transports dans le premier tiers du XIXe siècle. Avant même que ne soit inaugurée la première ligne ferroviaire de voyageurs en septembre 1825, les transports maritimes s'emparaient de cette innovation et l'acheminement du courrier allait bientôt en bénéficier.
L'Egypte des Pharaons
L'histoire de l'ancienne Égypte est caractérisée par sa continuité : doute la vie était organisée par une administration centralisée très compétente de scribes et de fonctionnaires, qui n'avaient de comptes à rendre qu'à une seule personne, le pharaon. Celui-ci, considéré comme le descendant et serviteur des dieux, n'a qu'une seule tâche à remplir : assurer la paix, la stabilité et l'unité du pays. Grâce aux nombreux vestiges les timbres qui les représentent permettent de parcourir les siècles glorieux de l'antiquité égyptienne, règne après règne. En voici une petite sélection.
La Régence de Fiume : l'arrivée au pouvoir de d'Annunzio
Devant la valse-hésitation de l'Italie qui n'osait pas revendiquer ouvertement Fiume, un acteur inattendu entra dans l'histoire de Fiume, le grand poète italien, ami de la France, qui avait été l'un des promoteurs de l'entrée en guerre de l'Italie, à ses côtés, décida de prendre l'initiative. A la tête d'une colonne composite de soldats, de déserteurs et autres troupes interlopes, il décide d'offrir Fiume à l'Italie et entre dans la ville sans aucun combat le 12 septembre 1919.
Quelques histoires de roulettes : Changement de format.
Dans la famille des roulettes, la roulette de Ronchamp est atypique par son format. Mais avec le temps qui passe elle ne conserve pas beaucoup d'attrait pour les collectionneurs. Pourtant il peut être utile de s'y intéresser car, à plusieurs titres, certains détails peu ou superficiellement connus peuvent présenter un intérêt pour la collections.
Images et slogans de mai 68
Des slogans mis en images, telles furent les affiches de Mai 68, reprises en cartes postales pour beaucoup d'entre elles. Cinquante ans plus tard, elles se retrouvent exposées et commentées un peu partout et notamment dans les vénérables bâtiments de l'école des Beaux-Arts à Paris, à l'endroit où elles furent élaborées et réalisées par les Ateliers populaires. Ces créations, présentées sous le titre « images en lutte », témoignent d'événements majeurs dont nous restons imprégnés.
La taxe de traitement
Cette rubrique a pour objet d'éclaircir les mystères tenaces attachés à certaines de nos pièces: taxées, raturées, à l'affranchissement problématique ou dépendant de tarifs particuliers, ces correspondances qui posent questions sont soumises ici à un examen attentif et livrent leurs secrets.
Saint-Pierre et Miquelon : Le cachet "Langlade" rarissime au XIXe
Le cachet de la petite commune de Langlade, mis en place à la fin des années 1870, est une mine d'or pour les collectionneurs.
Des rubans du XVIIe aux étiquettes du XIXe
Il n'y a pas que les marques postales, leur cotes et leurs numéros de catalogue. Les correspondances anciennes recèlent des trésors de beauté et de rareté.
La chronique de Socrate : Poisson d'avril
Voici de nombreuses années que je songeais à quelques facéties, c'est dans ma nature. Le mois dernier alors que j'avais commence à rédiger la chronique sur les nouveautés du monde, je me suis ravisé. L'envie était trop forte de vous faire un beau poisson d'avril, pas une petite sardine mais une dorade de bonne taille susceptible de boucher le port de Marseille et même de créer un petit séisme dans le Landerneau de la philatélie. Restait à trouver l'idée autant qu'à choisir la forme. J'ai pris le parti de la dérision, de l'absurde même, car me faire interdire de bureau de poste comme d'autres de casino tient de la gageure. Imaginez-vous un seul instant de la réaction de Phil@poste si pareille demande était formulée ? Je pense que les postiers me conseilleraient une maison de repos et un suivi psychologique poussé. Que l'on se rassure : les jeux vidéo m'énervent, je regarde avec beaucoup de modération la télévision et au grand jamais l'idée m'est venue de brûler ma collection! Certains d'entre vous n'ont pas mordu à l'hameçon, il est vrai que j'avais laissé quelques indices dans la chronique, susceptibles de semer le doute dans vos esprits. Quant à la couverture, l'accroche interrogative: « Socrate, La dernière chronique » y laissait entendre que je reviendrai. Je ne suis nullement dispose à prendre ma retraite, pas davantage à jouer les divas en annonçant tous les ans ma dernière chronique... avant de remettre le couvert. Je travaillerai jusqu'à mon dernier souffle pour ce magazine qui est toute ma vie et ne cesserai jamais de défendre les collectionneurs : du simple débutant au plus titré dans les concours, sous réserve qu'il ne soit pas prétentieux. Pour ne rien vous cacher, il a été plaisant de rédiger cette chronique d'avril bien qu'il ait fallu s'y reprendre à trois reprises! Un peu d'humour ne peut faire de mal et qui ne tolère pas la plaisanterie supporte mal la réflexion, pour reprendre Sacha Guitry. Car derrière ce poisson d'avril se cachent comme vous me l'avez parfois signalé - quelques vérités. La fulgurance des progrès de la technologie menace la philatélie, celle des nouveautés tout au moins, appauvrit les rapports entre les hommes. L'écrivain Jean-Pierre Guéno a raison lorsqu'il dit : « Sans la curiosité, le monde semblerait toujours plus étroit et virtuel. Nous avons le sentiment de l'avoir domestiqué, d'avoir apprivoisé l'espace et le temps, raccourci les distances, comprimé les heures et les messages, dilaté le temps de vivre, enregistré dans notre mémoire, la vision globalisante des satellites, la vitesse des ombres et celle de la lumière. Mais en ce début de troisième millénaire, un regard lucide pourrait nous faire penser que nous vivons dans un contretemps provisoire : celui de l’éphémère et de l'instantanéité, du tumulte et du vacarme, de la profusion et du télescopage ; celui des mémoires saturées, du brouillage, de la confusion, de l'oubli et de la grande amnésie, de la mousse et des messages qui s'effacent d'un clic, de ces pixels et de ces sons numérisés qui hypertrophient dans les royaumes virtuels notre vue, notre ouïe, et nous laissent vides de sensations, de caresses de goûts et de senteurs. Nous devons rendre sa juste place au temps ; réincarner la vie, redéployer l'éventail de toutes nos sensations, retrouver l'odeur des fruits de saison (...) le parfum des choses, de l'encre et du papier. Et nous redécouvrons émerveillés cet antidote à tous les poisons du grand vide : la lettre papier qui symbolise à elle seule toutes les correspondances célébrées par Charles Baudelaire ». Chers amis, vos nombreuses lettres m'ont beaucoup touché tant elles sont sincères, empreintes de sollicitude pour votre vieux compagnon de route. Continuons d'arpenter ensemble et pour longtemps encore les chemins de la philatélie.

voir le site Cliquez ici pour consulter le site de Timbres Magazine



Timbres Magazine
avril   2018

cliquez ici pour plus d'informations sur Timbres Magazine

Numéro 199 - Avril 2018 ÉDITORIAL : Le dessous des timbres : le Burkina Faso
La double attaque terroriste le 3 mars dernier à Ouagadougou au Burkina Faso visait l'ambassade de France mais également un autre Immeuble de la capitale où se tenait une réunion des forces du G5-Sahel. Le G5-Sahel (G5S) est un cadre institutionnel de coordination et de suivi de la coopération régionale en matière de politique de développement et de sécurité, créé par la Mauritanie, le Mali, le Burkina Faso, le Niger et le Tchad en 2014 pour faire face à la menace des organisations djihadistes de la région (Aqmi, Mujao, Al Mourabitoune, Boko Haram). Tchad mis à part, tous ces pays relevaient autrefois de l'AOF (Afrique Occidentale Française). L'actualité tragique nous donne l'occasion d'évoquer l'histoire chaotique du Burkina retracée par les timbres ou leur absence selon les périodes.
Ce timbre réalisé par le talentueux Achille Ouvré représente la mosquée de Bobo Dioulasso située étonnamment en Côte d'ivoire. Cela ne manque pas de surprendre alors que la ville est aujourd'hui la seconde du Burkina Faso au regard de sa population ainsi que la capitale économique. Comme l'on s'en doute il ne s'agit nullement d'une erreur et pour comprendre, remontons aux émissions du siècle dernier.
Le territoire de l'actuel Burkina Faso fait d'abord partie du Soudan français dont les premiers timbres spécifiques en 1894 sont des Alphée Dubois surchargés puis des types Groupe. On utilise ensuite dans cette vaste région aux frontières changeantes des timbres Sénégambie et Niger (type Groupe émissions de 1903) puis du Haut-Sénegal et Niger (avec pour première émission la belle série Faidherbe-Palmiers de 1906). Durant les années 1919-22, le Haut-Sénégal et Niger est à nouveau rebaptisé Soudan. Des timbres de l'AOF surchargés "Soudan Français" sont émis. Le futur Burkina Faso devient ensuite un territoire distinct des autres colonies qui prend le nom de Haute Volta. On utilise des timbres d'AOF surchargés "Haute Volta" lors de la premiers émission de 1920. Il faut attendre l'année 1928 pour que le nom du pays figure dans le cartouche. En 1932 la Haute Volta est purement et simplement rayée de la carte à la suite d'un découpage administratif. Le territoire est réparti entre la Côte d'ivoire, le Niger et le Soudan. C'est la raison pour laquelle notre timbre représentant la mosquée de Bobo Dioulasso comporte en légende "Côte d'Ivoire", ce qui ne pouvait que créer des tensions. La Haute Volta est finalement reconstituée le 4 septembre 1947 sous la vive pression de la population. Jusqu'en 1959, seuls les timbres d'AOF ont cours.
Avec l'autonomie en 1959 (indépendance en 1960), les émissions spécifiques de Haute Volta reprennent avec une première vignette dédiée à la proclamation de la république. Et comme rien n'est simple dans cette région du monde, la Haute Volta prend le nom de Burkina Faso (Pays des hommes intègres) en 1984 à la suite du coup d'État. Le nouveau président - Thomas Sankara - figure sur le premier timbre où apparaît la nouvelle dénomination du pays. D'une superficie de 274400 km2, il compte plus de vingt millions d'habitants et dispose de frontières avec le Niger, le Bénin, le Togo, le Ghana, la Côte d'ivoire et l'incontournable Mali qui composait autrefois une bonne partie du Soudan français. Il est toujours étonnant de dérouler, à partir d'un timbre en apparence anodin, l'histoire d'un pays, d'une région. Dans cette Afrique de l'Ouest, elle se révèle d'une grande complexité mais en fait probablement son intérêt philatélique.
Nous aurons l'occasion d'y revenir plus en détail dans le hors-série V que nous espérons publier en juin à l'occasion du salon Paris-Philex. Un grand merci pour vos nombreux messages de félicitations pour celui qui est toujours disponible en librairie ou par correspondance.
Je vous donne rendez-vous le mois prochain, nous fêterons notre 200e numéro!
Le Coq de Decaris : un symbole gaulois sur un timbre français.
Notre timbre d'usage courant est, depuis plusieurs décennies maintenant, associé exclusivement à Marianne. Mais il n'en a pas toujours été ainsi. Après la guerre, la Poste a choisi différents symboles pour orner les usages courants. Ainsi, à la charnière de l'ancien et du nouveau franc, on retrouve sur nos timbres le dessin de la Semeuse ou encore un grand nombre de blasons de villes. En 1962 apparaît un symbole inédit : le coq gaulois. Décliné en deux couleurs, avec deux faciales différentes, ce type extrêmement fréquent dans nos albums mérite qu'on s'y arrête un instant : sous un aspect très banal et anodin se nichent quelques bonnes valeurs, notamment parce que le Coq a servi de cobaye pour tester plusieurs nouveautés techniques.
Introduction aux anciens États allemands
Avant l'unification de janvier 1871, douze États allemands sur vingt-huit émettaient leurs propres timbres. Une très belle collection de Classiques à réaliser qui est plus facile à réaliser qu'on ne l'imagine. Voici quelques clés pour l'appréhender à moindres frais.
La tour Eiffel, symbole de Paris
Les collectionneurs de thématiques choisissent souvent un thème qui leur est familier : soit leur passe-temps, soit leur métier. J'ai choisi la tour Eiffel car je suis né à Paris et j'y ai vécu vingt ans. De plus, je peux choisir des documents philatéliques allant du XIXe au XXIe siècle! J'admire aussi l'incroyable technologie adoptée à cette époque. La Tour à l'origine comportait 18000 pièces, plus de 2 500 000 rivets. Combien de grandes villes du monde peuvent choisir un seul monument pour en être le symbole...
Une histoire belge qui fait datte
Avril oblige, rien de plus tentant que d'évoquer le plus beau poisson de l'histoire de la philatélie. Un canular que l'on doit à nos amis belges et plus précisément à la fine équipe du Cercle de Namur dont l'imagination débordante dépasse largement les frontières d'outrequiévrain. Retour sur les mystérieuses émissions du Haggar annoncées le 1 er avril 1931.
175 ans de timbres suisses
La Suisse est le second pays à émettre des timbres-poste après l'Angleterre, avec son « Penny Black » mis en vente le 6 mai 1840. Les premiers timbres-poste cantonaux sont mis en vente à Zurich le 1 er mars 1843 et à Genève le 30 septembre 1843. A ce titre, ils font partie des timbres-poste classiques les plus collectionnés en Suisse, et dans le monde.
Quelques histoires de roulettes. Les factices
Les timbres conditionnés en roulettes pour distributeurs sont l'une des présentations que l'on peut retenir pour les incorporer dans nos collections. Cette idée de placer des timbres dans des appareils est apparue très tôt. Le public n'a pas rejeté le principe, mais c'est plus probablement le manque de fiabilité des machines qui a fait que ce mode de commercialisation est progressivement tombé en désuétude, bien qu'il ait eu une utilisation privée. Après une disparition totale de la fabrication à partir de la fin de la Seconde Guerre mondiale, les roulettes font finalement leur réapparition en 1954. Revenons sur quelques pages de leur histoire.
Armée de Sambre et Meuse
Cette armée est constituée le 29 juin 1794, par la réunion de l'aile droite de l'Armée du Nord, par la gauche de l'Armée de la Moselle et l'ensemble de l'Armée des Ardennes. Le Général Hoche en assurera par deux fois le commandement et, par deux fois, le Général Lefebvre lui succédera par intérim : brièvement du 31 juillet au 3 août 1797 puis, à la mort de Hoche le 15 septembre, du 19 septembre au 20 octobre de la même année.
Il était une fois... l'Islande
Voyons comment ces terres glacées ont été peuplées par quelques moines puis par les Vikings. Puis quel fut le chemin qui a conduit l'Islande sous l'autorité danoise depuis la fin du XIVe siècle, à devenir un pays indépendant en 1918.
Cartophilie : Sur les pas de Jules Renard
« On connait mieux « Poil de Carotte » que vous » disait à Jules Renard le maître d'école de Chitry les Mines. Il y avait dans cette réflexion une part de vérité. Mais une part seulement. Car si le succès littéraire et théâtral de « Poil de Carotte » a quelque peu effacé la personnalité de son créateur, celui-ci n'en a pas moins connu de son vivant une incontestable célébrité. Les journaux et revues de son époque en témoignent, les cartes postales illustrées beaucoup moins.
Les blocs de la CNEP : une collection qui a la cote !
Depuis leur création en 1 980, les blocs édités par la C.N.E.P. sur les salons philatéliques qu'elle organise connaissent un succès qui ne se dément pas. Redécouvrez, à l'occasion de l'édition du 77e bloc C.N.E.P. le 6 avril prochain, l'histoire de cette collection recherchée.
La chronique de Socrate : Je vous tire ma révérence
Un mois complet sans le moindre courrier de vous, mes chers ex-amis. Chaque matin j'ai guetté la boîte aux lettres avec impatience, caressant le secret espoir d'avoir de vos nouvelles, mais rien. Le facteur s'en est même inquiété avant que je ne lui inspire que de la pitié. Il m'a dit que finalement c'était normal, que maintenant on reçoit principalement du courrier électronique. Je lui ai répondu que mon Minitel était aussi désespérément muet depuis plusieurs années. Il m'a dit qu'il savait pourquoi, sans me donner plus de détails techniques que je ne comprendrais pas. Cela n'a fait que m'accabler un peu plus. Les lecteurs du magazine sont des ingrats, que dire d'autre ? Voilà pourtant plus de trente ans que je rédige cette chronique, certes avec plus ou moins de bonheur, mais tout de même ! Pas facile pourtant de se renouveler, de raconter des histoires tous les mois.
Je pensais être lu, apprécié, il n'en est rien ! Le pire, c'est que vous avez peut-être raison, ce que je dis ne présente plus aucun intérêt à notre époque. Parler du timbre alors que l'on va envoyer des gens sur Mars, c'est incongru.
Je vais donc prendre ma retraite, arrêter la collection. Quel intérêt finalement d'accumuler ces petits bouts de papier fabriqués avec des arbres que l'on abat sauvagement ? Avec l'argent que je vais économiser, il me sera enfin possible d'acheter des jeux vidéo dont je rêvais en cachette depuis longtemps, de m'abonner à un bouquet numérique pour regarder la télévision toute la sainte journée. Fini les salons, manifestations philatéliques en tous genres, Fête du timbre et autres. Je fréquenterai les « évents » high-tech, me rendrai au Salon de la start-up, de l'innovation, du SUV, du SAV, de la VAD et vomirai les antiquaires et les négociants en timbres avec leurs machins d'un autre âge.
Avec l'homme augmenté, les progrès fulgurants de la médecine, je sais que je vais être éternel et perpétuellement moderne. Je me passionne à présent pour la thérapie génique, les manipulations de l'ADN, la reprogrammation de cellules-souches, le clonage, la fabrication de mes futurs organes avec une imprimante 3D. Je mangerai avec plaisir tout ce qui est transgénique, je bannirai de mon alimentation tout ce qui est naturel. Au lieu d'avoir une identité, j'aurai un identifiant et je vais devenir hyperconnecté. Dans quelques jours, j'ouvrirai une page Facebook, posterai des vidéos destroy sur YouTube montrant comment je brûle avec une simple allumette une partie de ma collection, les regommés principalement que je ne serai pas parvenu à refourguer, même sur un site de vente aux enchères peu regardant. Buzz assuré, j'aurai des tonnes de « like », j'existerai socialement, ferai des selfies avec n'importe quel abruti qui voudra de moi.
Terminée la rédaction des chroniques que personne ne lit, je n'adresserai plus que des SMS truffés de fautes d'orthographe et d'anglicismes à mes nouveaux amis virtuels. Je « kifferai grave » en surfant avec jubilation sur tous les sites anti-collections, conspirationnistes affirmant que le timbre n'a jamais existé, par pure vengeance. Je me rendrai dans des centres de philatélistes anonymes pour me désintoxiquer définitivement de cette maladie qui me ronge depuis l'enfance. Nous scanderons tous en choeur: « Le timbre c'est tabou, on en viendra tous à bout ».
Je n'irai dans les bureaux de poste que pour la Banque postale, les produits d'assurance et mon abonnement téléphonique. Et si par extraordinaire je tombe malencontreusement sur un guichet philatélique, je dirai pudiquement au postier « Sans façon, j'ai déjà donné, c'est une addiction ». Acheter ne serait-ce qu'un seul timbre, c'est prendre le risque de replonger. Peut-être faudrait-il par précaution m'interdire de bureau de poste comme d'autres de casino.
J'appellerai tout le temps avec mon smartphone pour dire que je n'ai rien à dire. Je partirai en guerre contre tous les imposteurs qui oseraient affirmer que « C'était mieux avant, quand il y avait la lettre »).
Vous l'avez compris, c'est ma dernière chronique. Je vous laisse à vos vignettes. Je suis désormais plus timbré que vous mais il m'a fallu du temps pour atteindre ce niveau d'excellence. Je me prépare enfin à une belle vie sans la lecture de cette presse papier, totalement archaïque. J'irai sur des webzines où l'on parle de Nabilla, pas de Jacqueline Caurat. Il ne me reste plus qu'à vous dire Adieu en ce mois d'avril historique. C'était la dernière séance et le rideau est tombé. Bye bye, la chronique que j'aimais, l'entracte est terminé. Bye bye, rendez-vous à jamais.

voir le site Cliquez ici pour consulter le site de Timbres Magazine



Timbres Magazine
mars   2018

cliquez ici pour plus d'informations sur Timbres Magazine

Numéro 198 - Mars 2018 ÉDITORIAL : J. O. coréens
Comme vous pourrez le lire dans le dernier hors-série, les timbres revêtent une importance toute particulière pour les dirigeants de la Corée du Nord. Les émissions sont régulièrement centrées sur la propagande antiaméricaine avec des images et des slogans éloquents. C'est ainsi que les Américains sont traités de « bâtards », que l'on voit Richard Nixon transpercé par les stylos rageurs de journalistes ou récemment encore un timbre montrait un poing vigoureux écrasant un avion yankee.
Cet éditorial est rédigé juste après la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques de Pyeongchang en Corée du Sud. Grâce à une habile propagande, ils s'annoncent être plutôt ceux de son imprévisible voisin du nord. La venue de la soeur cadette du dirigeant nord-coréen, une équipe commune de hockey sur glace et un défilé sous un même drapeau ne sont pas passés inaperçus. Des symboles forts qui n'ont pas été du goût du Japon et des Etats-Unis, partisans d'une ligne dure à l'égard de la Corée du Nord. Peu de temps avant l'ouverture des J.O., le pays émettait plusieurs timbres célébrant le 70e anniversaire de la fondation de ses forces armées révolutionnaires régulières. Ils succédaient à ceux sortis en décembre 2017 dédiés au lancement du dernier missile balistique intercontinental. Espérons qu'en cette année olympique, les prochains évoqueront moins l'armée et son leader suprême que la paix. Il y a fort à parier que les Jeux actuels donneront lieu à de nouvelles vignettes, surtout si un athlète nord-coréen décroche une médaille. La première participation à des épreuves olympiques date de 1964 avec les Jeux d'hiver d'Innsbruck. La Corée remporte une médaille d'argent en patinage de vitesse, trois timbres sont alors émis. Toujours dans cette discipline, le pays obtient le bronze à Albertville en 1992 sans toutefois donner lieu à une émission, la Corée se réservant pour les J.O. de Barcelone. De nombreux timbres et blocs sont ensuite sortis tant pour les jeux d'hiver que ceux d'été.
En Corée du Nord, le timbre est une affaire sérieuse et officielle. Il dispose comme chez nous de son propre musée créé en mars 1946, rénové en avril 2012. Le discours en revanche n'a pas fait l'objet d'un « lifting ». Ainsi on rappelle que les timbres sont: « consacrés à la vie de nos grands Leaders et à leurs exploits impérissables (...) auxquels s'ajoutent les timbres représentant les différents aspects de la vie du peuple coréen qui fait cas des traditions et coutumes nationaux et reflétant la tendance mondiale du développement des timbres et les goûts des philatélistes. La RPD de Corée est pays membre de la Fédération internationale de Philatélie (FIP) » A propos d'une manifestation en octobre dernier, ce commentaire « On voyait dans les salles d'exposition des photos montrant des timbres-poste représentant les portraits rayonnants des grands Leaders Kim il Sung et Kim Jong il et les exploits mémorables du maréchal Kim Jong un, continuant les idées et l'oeuvre du Dirigeant Kim Jong il en matière d'édification du Parti (...) Y sont présentés également des timbres montrant la réalité de notre pays qui avance impétueusement vers la victoire finale du socialisme (...)» Pas sûr qu'avec ce genre de propos notre Musée du timbre (dont la rénovation avance fort bien) ferait recette et recueillerait l'adhésion du public.
Bonne fête du timbre à vous et à la FFAP avec ses champions olympiques du bénévolat.
Grand format, petit conditionnement : les carnets Croix-Rouge
Les carnets de timbres ont une vocation pratique : pliés en deux, protégeant les timbres par une couverture plus ou moins rigide, ils sont destinés à être gardés sur soi ou dans un tiroir, pour avoir des timbres à disposition en permanence. Tout naturellement, ce format d'émission est associé aux timbres d'usage courant. Mais les grands formats ont aussi leur lot de carnets et, parmi eux, les timbres pour la Croix-Rouge tiennent une place particulièrement importante: coexistant avec les timbres de feuilles, les carnets Croix-Rouge vont finir par devenir leur seul format d'émission. De nombreux carnets vont ainsi voir le jour et, bien que la plupart d'entre eux soient courants et abordables, il s'y niche quelques pépites très intéressantes.
Le délicat démarrage de la desserte postale régulière du Japon
31 aout 1859, la compagnie maritime britannique P&O inaugure sur sa ligne d'Extrême-Orient une nouvelle liaison au départ de la Chine vers le Japon, reliant ainsi Shanghai à Nagasaki. S'il est une destination politiquement sensible dans les années 1850, c'est bien celle-ci: l'acheminement du courrier entre l'Europe et le pays du Soleil Levant est en effet à l'image des relations ambiguës qu'entretiennent alors ces deux mondes.
Immigrations clandestines
C'est par le timbre-poste, la marque ou le timbre à date de départ, que le collectionneur identifie le pays d'origine d'une lettre. Mais, comme dans beaucoup de domaines, il y a des exceptions, amusantes, à rechercher et pas si aisées à découvrir.
La Norvège au temps du roi Haakon VII
En 1905 est dissoute pacifiquement l'union qui associait la Suède et la Norvège depuis 1814 mais il reste à régler la question du régime: monarchie ou république. Finalement l'on choisit la monarchie, et le prince Charles de Danemark, le fils du roi Frédéric VIII de Danemark, est déclaré roi le 18 novembre sous le nom d'Haakon VII après que, le 13 novembre, le peuple norvégien approuve à près de 79 % la monarchie. Durant son règne de plus de 50 ans (de 1905 à 1957), Haakon sera un souverain très aimé de son peuple, et sa popularité va atteindre son apogée grâce à son attitude pendant la Deuxième Guerre mondiale.
Bornéo, terre d'aventures philatéliques
Bornéo, un nom qui fait rêver mais que sait-on de cette île lointaine, la plus grande au monde par sa superficie après l'Australie, le Groenland et la Nouvelle-Guinée ? Cette vaste région demeure peu collectionnée par les philatélistes français et pourtant elle recèle de grandes richesses allant de pair avec une inévitable complexité. Certaines séries n'affichent pas une cote très élevée et si vous pouvez vous en procurer à bon prix, n'hésitez pas. Les timbres des anciennes colonies se revendent fort bien.
La Régence de Fiume
Chercher aujourd'hui sur une carte la ville de Fiume, et, a fortiori, un Etat émettant des timbres légendés ainsi serait vain. Et pour cause : la ville de Fiume (le fleuve en Italien) ne se situe plus en Italie, mais en Croatie, son nom est maintenant Rijeka (le fleuve en croate !), et n'émet évidemment pas de timbres puisqu'elle fait partie de ce pays sans aucune velléité d'autonomie.
L'organisation des cours pour les surnuméraires
Nous avons tous entendu parler des cours et centres d'instruction avec leurs timbres spécifiques. De nombreux ouvrages et articles leur sont consacrés. Mais l'approche se fait généralement sous l'angle des vignettes qui sont d'ailleurs étudiées comme des timbres normaux avec coins datés, variétés et affranchissements les plus divers. Tout ceci est intéressant, néanmoins il faut constater que l'histoire des cours et l'aspect organisationnel sont rarement abordés. Alors nous vous proposons de combler cette lacune.
On l'appelait « Casque d'or »
Depuis quand vous appelle-t-on Casque d'Or? La question vient d'être posée à Amélie Elie par le président des Assises de la Seine. Extraite de la prison Saint-Lazare où elle est détenue pour racolage sur la voie publique, la jeune femme témoigne au procès de l'un de ses amants, le dénommé Pleigneur, prénom Joseph, alias Manda. A 22 ans, il est le chef de la bande de la rue des Orteaux, dans l'Est parisien. Ils sont ensemble depuis plusieurs années. Ou, du moins, ils l'étaient. Amélie répond : « Mes amis ne m'ont jamais appelée Casque d'Or. C'est les journalistes qui m'ont donné ce nom ». Ce surnom, Amélie le doit à sa chevelure flamboyante. Nous sommes le 2 mai 1902.
La chronique de Socrate : Faut-il collectionner les timbres de pays réputés pour leurs émissions abusives ?
Un fidèle lecteur du magazine Pierre Michel - m'a adressé un courrier intéressant que voici « Lors de recherches de timbres édités à l'occasion des 500 ans de la Réforme de Martin Luther, j'ai vu qu'un certain nombre de timbres proviennent de divers pays d'Afrique (Guinée-Bissau, Gabon, Sierra Léone...) probablement des émissions non reconnues par l'UPU. Votre revue a-t-elle un jour publié un article à ce sujet : timbres officiels et non officiels ? Allez-vous publier une information à ce sujet ? Non pour dévaloriser mais pour informer ? Existe-t-il des catalogues parallèles qui font l'inventaire de ces éditions ?» Merci, cher Pierre, pour votre courrier qui nous donne l'occasion d'ouvrir un vaste débat auquel tous les lecteurs sont invités à participer.
Dans cette affaire de nouveautés, il faut distinguer les faux timbres (que l'on trouve en abondance sur Internet) des émissions abusives qui sont parfaitement légales dès lors qu'elles sont avalisées par la poste locale. Ces dernières se caractérisent souvent par des sujets sans aucun rapport avec les pays émetteurs (ainsi les timbres des Maldives avec en effigie Marilyn Monroe dans des tenues légères alors que cet Etat applique la charia et accepte la lapidation des femmes) et l'abondance de timbres émis. Pour tenter de s'y repérer dans ce fatras d'émissions en tout genre, il existe le site du WNS www.wnsstamps.post/fr proposé par l'UPU. Selon ses promoteurs, « il est le seul système permettant aux opérateurs désignés de faire certifier la légalité de leurs timbres auprès de la communauté philatélique. En l'absence d'instrument juridique international pour lutter contre les émissions illicites et abusives, le système WNS est de fait le seul outil en place disponible à cette fin. »

L'intention est louable mais encore faut-il que toutes les nations y adhèrent. J'ai consulté le site pour les trois pays que vous avez mentionnés. La Guinée figure aux abonnés absents, les dernières émissions enregistrées pour le Gabon datent de 2014, 2005 pour la Sierra Leone. Il reste pour identifier vos timbres les catalogues et leurs sites. Vu la pléthore d'émissions, on ne les retrouve pas forcément toutes, certaines figurant dans le Michel mais pas dans l'Yvert, etc. Timbres magazine a participé il y a quelques années à un séminaire dont l'objet - pour faire court - était de mettre en garde des pays d'émettre des timbres en quantité industrielle au risque de dégoûter les collectionneurs. Quelques-uns ont écouté nos recommandations, d'autres ont continué leurs mauvaises pratiques malgré leurs promesses. Il faut savoir qu'un bon nombre de ces timbres ne vont jamais aux guichets du pays émetteur et sont destinés au marché international, principalement occidental. Demandez aujourd'hui à la poste centrale de Malé (la capitale des Maldives) un timbre à l'effigie de Marilyn. Vous serez prié d'aller vous rhabiller, comme du reste l'actrice américaine de porter le voile si elle était encore de ce monde.
Un certain nombre d'émissions abusives ont entretenu dans le passé des réseaux mafieux et le trafic d'armes. C'est ce que dénonçait en 1999 Gauthier Toulemonde dans son roman fort bien documenté Stamp connexion publié aux Editions Timbropresse.
Qu'en est-il aujourd'hui ? Je n'ai pas les éléments de réponse mais ce que je peux en revanche vous dire, c'est que la pléthore d'émissions tue la philatélie. Dès lors faut-il réserver seize pages dans le magazine dédiées aux nouveautés du monde, je m'interroge. Ne vaudrait-il pas mieux se limiter à des pays sérieux et à quelques thématiques, venant le cas échéant de pays friands des pratiques que nous venons d'évoquer ? La question mérite d'être posée et votre avis nous intéresse.
Chacun est libre de collectionner ce qu'il veut, y compris des timbres de pays réputés pour leurs émissions abusives. Je reconnais qu'il est tentant de s'en procurer, certains entrant dans des diverses thématiques. Le seul conseil que je serai tenté de vous donner, c'est de les « consommer avec modération ».
voir le site Cliquez ici pour consulter le site de Timbres Magazine



Timbres Magazine
février   2018

cliquez ici pour plus d'informations sur Timbres Magazine

Numéro 197 - Février 2018 ÉDITORIAL : En bref
Le hors-serie Le dessous des timbres IV sortira en librairie le 9 février. Comme pour les éditions précédentes, toutes les régions du monde sont visitées et pour ~l France nous abordons la République de Montmartre, la série de 1945 dédiée aux villes martyres ainsi que les ballons Gravilliers du Siège de Paris. Concernant l'Europe, une large partie est consacrée à la Russie. A l'instar des Balkans évoqués dans le numero III, notre souhait est de vous apporter des repères sur les nombreuses émissions de ce pays dont l'histoire s'avère complexe. Sont également traités le no 1 ainsi que les postes locales (Zemstvos). Même objectif poursuivi avec l'article consacré aux républiques issues de la dislocation de l'URSS qui propose une bonne synthèse. Autres sujets européens : l'Islande et Rockall, un nom qui ne vous dira probablement rien mais dont l'histoire étonnante méritait d'être racontée. La Syrie, l'Irak et la Libye sont traités pour la zone Afrique-Proche-Orient. S'agissant des Amériques la guerre des timbres à Hispaniola et un excellent article de Michel Melot sur un classique méconnu du Pérou composent cette partie. Le chapitre Asie-Océanie est varie avec l’Inde, la Corée du Nord, les Maldives, le Cachemire, Guam, le Bangladesh ainsi qu'un panorama des émissions de timbres de l'Océanie. Il n'est en effet pas facile de s'y repérer à l'exception bien entendu des îles de la France d'Outre-mer. Le numéro s'achève avec une rétrospective du navire L'Astrolabe pour les régions polaires. Voici donc le sommaire quasi définitif, nous devons faire encore quelques arbitrages avant son impression. (...)
Le numéro daté mai sera donc le 200e et nous sommes déjà en train de préparer un numéro spécial. Il sera résolument différent du hors-série et une opportunité de revenir sur les grandes émissions, tout particulièrement de France et des anciennes colonies. Le sommaire n'étant pas définitivement arrêté, n'hésitez pas à me faire part rapidement de vos suggestions ou le cas échéant à nous adresser un article.
Dans une époque où bon nombre d'observateurs célèbrent le progrès, les nouvelles technologies et regardent le timbre comme un objet du passé, Le Monde rappelle opportunément que la société souffre de ces changements. L'auteur de l'article - Philippe Escande - cite qu'en revanche les promoteurs de ces grands bouleversements étaient ou sont conservateurs. Ainsi Steeve Jobs de répondre a un journaliste qui suppose que ses enfants doivent adorer l'iPad : "i1s ne l'ont jamais utilisé. A la maison, nous limitons l’usage de la technologie par nos enfants". Même discours chez Bill Gates (le fondateur de Microsoft) qui autrefois restreignait l'usage des écrans à sa fille et d'interdire le téléphone portable à ses enfants avant 14 ans. "Au coeur de la fabrique du progrès, dans la Silicon Valley, on s'inquiète désormais de ses ravages [l'addiction aux écrans et réseaux sociaux]. L'une des écoles les plus en vogue et les plus chères de San Francisco apprend aux enfants à construire des cabanes en bois et à écrire sur des notes repositionnables. Ces pionniers du secteur nous adressent ainsi un message : la société change trop vite". Dans quelques années, ils en reviendront aux vertus de la collection de timbres !
Michel Granger : "Toute idée surgit d'un croquis"
A l'occasion de la sortie du livre de Pierre Jullien consacré à l'oeuvre dessinée de Michel Granger, Dessiner la planète, dans la collection "La leçon de dessin " (Lemieux Editeur), l'artiste - graphiste, dessinateur, peintre et sculpteur explique, de son atelier de l'Est parisien qu'il occupe depuis 1985, les ressorts de son oeuvre.
Qui donc inventa l'émission conjointe ?
Avec plus d'une cinquantaine d'émissions conjointes paraissant chaque année, tous pays confondus, cette thématique intéresse de plus en plus les collectionneurs. De nouvelles questions émergent dans le même temps. Comme les règles de base qui permettent de définir une émission conjointe ont évolué au cours de ces dernières années et ont été adaptées aux nouveaux produits, les collectionneurs continuent à explorer les catalogues pour remonter le temps et essayer d'identifier des émissions qui à ce jour avaient été passées sous silence. Une chasse au trésor philatélique. Des découvertes récentes ont permis d'accorder un nouveau statut conjoint à d'anciennes séries de timbres, prouvant que le concept d'émission conjointe n'est pas vraiment récent. Les passionnés s'intéressent maintenant à confirmer l'identité de la toute première émission conjointe.
Claude Andréotto, l'amoureux de l'image
Pour conclure l'hommage rendu dans le numéro de décembre 2017 au graveur Claude Andréotto (1949-2017), voici l'inventaire exhaustif des créations philatéliques qu'il a signées pour l'étranger. C'est aussi l'occasion de présenter des documents inédits: des projets de timbres-poste qui n'ont jamais vu le jour.
Des épreuves déjà mises à l'épreuve
Un nouvel article sur les épreuves et les essais modernes des Territoires et anciennes colonies françaises est une suite logique à notre première étude sur les épreuves d'artistes du XXIe siècle afin de présenter des épreuves et les essais parus avant 1999, d'exposer leur beauté, d'expliquer la raison de leur réalisation et de clarifier la terminologie.
De Saint-Domingue à Haïti
Voyons comment notre colonie prospère Saint Domingue, dont l'économie est basée sur l'esclavage, devient en un siècle, le XVIIIe, l'Etat indépendant d'Haïti.
Les expositions philatéliques internationales en France avant la Seconde Guerre mondiale
Dans notre précédent numéro, nous évoquions les marques postales et les documents spécifiques aux Expositions Universelles de Paris. Ces créations originales, qui ravissent les collectionneurs au moment où la philatélie est en pleine expansion, sont suivies par d'autres, tout aussi prisées, voire plus. Les Expositions Universelles ont pris fin avec l'édition de 1900. Mais à l'orée de ce nouveau siècle vont être organisées des Expositions Philatéliques Internationales, qui auront l'avantage de se focaliser sur le timbre uniquement, contrairement aux Expositions Universelles, pour lesquelles la philatélie est finalement anecdotique. Et ces manifestations seront l'occasion d'éditer des pièces spécifiques, dont certaines sont aujourd'hui rares et très recherchées.
La génèse des RGR
Dans un précédent numéro nous avions vu que les essais pouvaient révéler bien des surprises et que les nouvelles machines RGR avaient rencontré des difficultés à leurs débuts. Nous retrouvons ici de nouveau les RGR avec l'histoire de leur conception et des choix qui ont été effectués à l'origine.
La découverte et l'exploration de l'Australie
Partons au fil des timbres dans les pas des premiers explorateurs qui ont longé les cotes de l'Australie et cartographié ces rivages : notamment le Hollandais Abel Tasman et l'Anglais James Cook...
Du bon emploi de l'O.R.
Il n'est pas question ici de celui de l'or des réserves de la banque de France, mais de l'un des plus petits cachets postaux que notre pays ait employés officiellement sur le courrier : la marque d'origine Rurale: O.R. dans un cercle
Vive les J.O. !
Paris, ville olympique en 2024! Cent ans après les Jeux de 1924, la décision nous est enfin favorable. Elle avait été maintes fois espérée, comme le rappelle cette question que Le Monde des philatélistes se posait en octobre 1986 en tête d'un article consacré au 2e Salon cartophile de la CNEP : Paris, ville olympique en 1992 ? Il n'en fut rien. Mais cette manifestation fut l'occasion d'une belle exposition cartophile sur l'Olympisme.
La chronique de Socrate : De petites îles méconnues
Je passe toujours du temps chaque semaine à jeter un oeil aux enveloppes que nous recevons. Un réflexe on ne peut plus naturel chez les philatélistes et ce n'est pas vous chers amis, qui me démentirez, que vous collectionniez ou non les timbres modernes. En janvier, nous avons reçu une lettre des Turks et Caïques. Je dois avouer que c'est la première fois que j'en ai une entre les mains. Peu de Français connaissent ces îles qui n'ont strictement rien à voir avec la Turquie comme le nom pourrait le laisser supposer. Une occasion d'évoquer rapidement ce territoire britannique d'outre-mer qui compte quelque 21 000 habitants.
Les Turks et Caïques sont deux archipels situés dans l'Atlantique, au nord de Saint-Domingue. Certains historiens pensent que Christophe Colomb les aurait abordés lors de son voyage historique en 1492. Une chose est certaine l'Espagnol Ponce de Leon y débarque en 1512. Bien que les Espagnols, les Anglais, et les Français aient visité ces îles le siècle suivant, il faut attendre la fin des années 1600 pour que des Bermudiens d'origine britannique développent la production de sel de mer. Autre activité alors en plein essor, la piraterie dans laquelle des Français s'illustrent. Avec la fin de la guerre d'indépendance américaine, des loyalistes britanniques s'installent aux Turks et Caïques et se lancent dans le coton, faisant venir à cette occasion des esclaves. Ils sont les ancêtres de la plupart des insulaires d'aujourd'hui.
Revendiquées tant par les Bermudes que les Bahamas, c'est finalement de la Jamaïque (relevant aussi de la Grande-Bretagne) qu'elles seront administrées de 1873 jusqu'à l'indépendance de ce pays en 1962. Les Bahamas prennent ensuite le relais jusqu'en 1973, ce qui est somme toute logique puisque les Turks et Caïques en faisaient partie avant 1848. Depuis, nos îles sont placées sous l'autorité d'un gouverneur britannique mais elles disposent d'une large autonomie interne avec la Constitution de 1976 puis celles de 2006 et 2012.
Avant 1867, les timbres de Jamaïque étaient utilisés puis apparaissent les timbres spécifiques aux Turks. Les trois premières valeurs bénéficient au total d'une cote de 280 euros en neuf, ce qui n'est pas excessif pour des classiques. S'agissant des émissions de 1873 et 1881, il faut en revanche disposer d'un portefeuille bien garni. La mention « Turks and Caicos islands » figure avec la série courante de 1900. La cote des neuf valeurs atteint 160 euros et 170 en oblitéré. Devenues une colonie en 1962, une émission « omnibus » comme disent nos amis britanniques voit le jour en 1963. Entre 1981 et 1985 des timbres des Turks et Caïques surchargés « CAICOS ISLANDS » apparaissent mais ces émissions sont sujettes à caution bien que référencées par les catalogues.
En 1985, une série célébrant le 30e anniversaire de Disneyland et Pirates des Caraïbes ne passe pas inaperçue. Sur un des timbres l'on voit trois pirates en prison, ce qui n'est guère étonnant vu le thème de l'émission. Malencontreusement celui-ci est mis en vente au moment même où trois membres du gouvernement viennent d'être arrêtés pour trafic de drogue. Autant dire que sur place, cela fit beaucoup rire l'opposition. Le hasard fait parfois bien les choses.
Dernière anecdote, ne soyez pas étonné en consultant un album des Turks et Caïques de voir à plusieurs reprises plusieurs timbres à l'effigie de John Glenn. Premier Américain à effectuer un vol orbital autour de la terre en 1962 (près de dix mois suivant celui du soviétique Youri Gagarine), l'astronaute amerrit au large de nos Îles.
C'est fou ce que l'on peut raconter à partir d'une simple enveloppe, à moins que je ne sois un incorrigible bavard.

voir le site Cliquez ici pour consulter le site de Timbres Magazine



Timbres Magazine
janvier   2018

cliquez ici pour plus d'informations sur Timbres Magazine

Numéro 196 - Janvier 2018 ÉDITORIAL : Concours Presse Junior
Il est toujours plaisant de débuter un numéro daté janvier par une bonne nouvelle. Votre magazine vient en effet de conclure un partenariat avec l'Adphile et l’Éducation national en vue de promouvoir le timbre dans les collèges. Et pour sensibiliser les élèves, est lancé le Concours Presse Junior 2018. Les enfants des cycles 2 et 3 vont durant un trimestre devenir des journalistes et réaliser un "Timbres magazine junior". Pour cela, ils seront assistés de leurs professeurs mais également du site de l'Adphile qui leur donnera de nombreux conseils, en collaboration avec la rédaction de Timbres magazine.
Le timbre constituera le principal support pour l'iconographie. Beaucoup d'enfants disposent de quelques timbres, tout comme les parents, grands-parents et les professeurs. Ces petites collections serviront de base. Les recherches pourront aussi s'effectuer à partir des catalogues. Chercher des timbres en puisant dans les collections familiales, en s'en procurant à La Poste, chez les négociants ; les manipuler, rien de tel pour devenir un philatéliste.
Le fil directeur du magazine sera "Le monde vu par les timbres" : une vraie revue avec des "Actus", des brèves ainsi que des articles de fond. Ils s'articuleront autour des thèmes suivants :
- Histoire : le timbre illustre toutes les grandes périodes, y compris l'histoire récente,
- Géographie ;
- Développement durable : il existe de nombreux timbres dans le monde évoquant le réchauffement climatique, la montée des eaux, la pollution ou les solutions pour la protection de la planète, qui serviront à la rédaction des articles dédiés aux problématiques environnementales.
- Faune & Flore: ici encore tous les pays
émetteurs ont imprimé de nombreuses figurines sur ces sujets très populaires auprès des enfants; - Art et Culture : le domaine est vaste, de nombreux artistes et oeuvres ayant été timbrifiés ;
- Sports : toutes les disciplines pourront être abordées ainsi que les grands rendez-vous sportifs comme les J.O ou les compétitions nationales et mondiales.
Les sujets pourront s'appuyer sur les programmes scolaires ce qui facilitera et fédérera les professeurs au projet.
Afin de développer leur créativité, les enfants, auront enfin la possibilité de réaliser une bande dessinée, en lien avec le timbre.
Les articles devront être remis avant le 22 avril 2018 et adressés par les élèves ou les professeurs à l'Adphile à l'adresse mail suivante : philcom.adphile@laposte.net.
Notre équipe mettra en forme et maquettera les articles retenus qui seront réunis dans un magazine de 68 pages au format A5, inspiré de Timbroloisirs. Un gros travail en perspective de notre coté, d'autant que j'irai à la rencontre des élèves dans plusieurs écoles. J'ai donc décidé de reporter d'un an mon expédition au pôle Nord.
Le jury sera composé de membres de La Poste, de l'Adphile, du Clemi (Centre pour l'éducation aux medias et à l'information relevant de l'induction nationales, de Timbres magazine et de diverses personnalités issues de l'univers de la philatélie. La remise des prix aura lieu le 14 juin prochain dans les locaux du quotidien Le Monde. Nous serons reçus par notre ami Pierre Jullien, journaliste au Monde et ancien rédacteur en chef de ce magazine.
Toute l'équipe de Timbres magazine vous souhaite d'excellentes et heureuses fêtes de fin d'année.
A Monacophil 2017
Du 30 novembre au 2 décembre 2017, la Principauté de Monaco a accueilli la 11e édition de MonacoPhil, considérée comme l'un des événements internationaux majeurs de la philatélie. Organisée par le Club de Monte-Carlo en partenariat avec l'Office des Émissions de Timbres-poste de Monaco (OETP), l'exposition bénéficie du haut patronage de S.A.S. le Prince Albert II de Monaco qui s'est impliqué, comme les années passées, de manière active dans cette manifestation.
Timbres français émis en 2017
Avec un budget d'environ 420 euros, le millésime 2017 est en légère élévation par rapport à l'an passé (400 euros). L'augmentation des tarifs postaux du début de l'année y est pour beaucoup. la facture des produits disponibles hors du circuit tradition nef de distribution a fortement baissé cette année. C'est le cas des collections avec un montant de près de 210 euros contre plus de 260 euros en 2016. La plus forte baisse concerne les autocollants dit d'Entreprise avec les deux timbres Coeur Balmain pour un total de 65,70 euros. L'an dernier la facture s'élevait à plus de 1 100 euros suite à l'émission des Marianne et la jeunesse sans indication de grammage) . Quant aux souvenirs philatéliques, la note reste stable d'une année sur l'autre avec environ 150 euros à débourser.
Les marques postales durant les expositions universelles de Paris
En juillet dernier, le site de Saclay dans l'Essonne était retenu pour la candidature de Paris afin d'accueillir l'Exposition Universelle de 2025 (verdict en novembre 2018), cent soixante-dix ans après la première édition, qui se tenait dans la capitale à l'orée de la deuxième révolution industrielle. Au XIXe siècle, Paris a organisé non moins de cinq fois l'Exposition Universelle, en 1855, 1867, 1878, 1889 et 1900. Chaque événement fut l'occasion pour le public venu de France et de l'étranger de découvrir une foule d'avancées techniques et d'innovations en tous genres, les Expositions se faisant à la fois la vitrine du progrès et de la culture d'un monde en grande mutation. Mais ces événements ont aussi donné naissance à des documents philatéliques particuliers, parfois très rares voire exceptionnels. Promenons-nous dans les allées de ces expositions à la recherche des marques postales qui y sont nées.
Des fragments de lettres qu'il ne faut pas négliger
Il y a certes le timbre, les empreintes postales, les inscriptions manuscrites mais également les différentes « papeteries » qui les accueillent. Certaines, dues à des papetiers créatifs, devaient garantir aux destinataires de connaître les dates d'envoi et de réception des lettres qui leur étaient adressées.
Le siège de la forteresse de Przemysl : le courrier coûte que coûte !
Le siège de Paris par les Prussiens en 1870-71, représente un moment dramatique de l'histoire de France tout autant qu'un chapitre passionnant de son histoire postale. Bien moins connus, les événements qui se déroulèrent en 1914 et en 1915 à Przemysl, forteresse du Nord de l'Empire austro-hongrois, illustrent comment, en ces temps de Première Guerre mondiale, l'acheminement du courrier restait toujours une priorité pour les autorités politiques et militaires.
Les îles dans tous leurs États
Une petite question rapide: combien d’États indépendants sont complètement insulaires ? 10, 50, 1 00 ? Répondez vite, sans réfléchir. Pour un terrien de base, la liste doit être limitée. Les ries sont lointaines, exotiques, rares Pour un chien, cela demande réflexion. Allons naviguer sur ces biles indépendantes, voir ce qui les caractérise, ce qui les rapproche et ce qui les différencie.
Des épreuves à toute épreuve
La grande diversité des épreuves d'artistes des timbres français et des territoires français représente à la fois une source de fascination et d'interrogation pour de nombreux collectionneurs et même pour un bon nombre de marchands spécialisés. La beauté et la rareté de ces épreuves d'artistes expliquent en grande partie leur popularité. Avec des tirages limités à une dizaine et parfois même à seulement un exemplaire, les épreuves peuvent aussi de manière unique rehausser des collections consacrées à la France et aux territoires, ou les collections thématiques.
Saint Marin la plus ancienne république du monde
L'histoire de Saint-Marin, la plus vieille république sans interruptions au monde, commence pendant l'époque romaine. Les péripéties de l'histoire n'empêcheront pas ce tout petit État -le 3e plus petit en Europe après le Vatican et Monaco - de conserver son indépendance jusqu'à nos jours.
La taille-douce fait son entrée à l'Atelier
L'Atelier du Timbre s'est intéressé très tôt au procédé taille-douce pour l'impression des timbres-poste, mais y a renoncé en raison de l'investissement que cela représente et du prix de revient de la fabrication. C'est donc sur le tard, après une opération financière convenue avec la Caisse autonome d'amortissement, que l'on se décida à acquérir ce matériel d'impression pour le plus grand plaisir des amateurs au regard de la grande fiabilité de ces équipements et de la qualité du résultat obtenu. Si vous avez oublié les détails des premières acquisitions ou si vous ne les connaissez pas, voici un décryptage des différents épisodes qui permirent à la taille-douce de faire son entrée à l'Atelier ... et d'y poursuivre une belle carrière.
Les dernières émissions de la Somalie sous mandat italien de l'ONU
La seconde partie de la décennie durant laquelle la Somalie fut placée sous mandat italien de l'ONU, entre 1955 et 1960, fut un peu moins sage que la précédente, en quelque sorte. En effet, même si l'administration postale tenta de leur donner un cachet local, les diverses émissions qui se succédèrent furent ouvertement destinées au marché philatélique, italien, et même mondial.
Un préfet nommé Lépine (Partie 2)
Nous avons dit dans notre précédent article que le Paris de Louis Lépine n'était pas seulement celui de la Foire de Paris, bien que cette invention et surtout le concours qui porte son nom, aient préservé son souvenir. Ce dernier est d'ailleurs entretenu depuis de nombreuses années par le Musée de la Préfecture de Police qu'il a lui-même crée.
La chronique de Socrate : Faut-il se procurer tous les collectors ?
Cette chronique est rédigée deux jours après la disparition de Johnny Halliday. Son immense popularité en France se vérifie également sur les sites de ventes aux enchères. L'idole des jeunes est aussi logiquement celle d'un grand nombre de collectionneurs. Les objets ne manquent pas, on y trouve de tout : des disques, des photos dédicacées, d'anciens magazines, des verres, de petites figurines, de faux billets de banque à son effigie, des tickets de concert, des briquets, des lampes, des porteclefs, des mini-guitares, des T-shirts et j'en passe (avant d'en venir aux timbres). En 2014, un collectionneur mettait en vente 5 000 objets amassés dans les trois pièces de sa maison. France Bleu évoquait récemment un Lorrain dont la collection - elle aussi dédiée au chanteur - était valorisée 80 000 euros. Un comportement qui n'est pas sans rappeler le film Jean-Philippe réalisé par Laurent Tuel réunissant Johnny et l'excellent Fabrice Luchini dans le rôle d'un collectionneur compulsif de produits dérivés consacrés à la star. Pour information, il existe même un catalogue de cotations pour les disques (Daniel Lesueur). Si à ma connaissance Johnny ne collectionnait pas les timbres, Nathalie Baye qui a vécu avec lui et a eu un enfant (L'actrice Laura Smet) apprécie nos chères vignettes. C'est ce qu'elle a révélé à Gauthier Toulemonde lorsqu'ils étaient invités sur Europe I dans l'émission « Social club » de Frédéric Taddeï. Pour la petite histoire ses albums d'enfance (des Thiaude) appartiennent aujourd'hui à un lecteur de ce magazine. Johnny de son vivant ne pouvait disposer de timbres de France à son effigie, en revanche un collector de La Poste a été réalisé en mai 2009. Intitulé "Tour 66", il a été imprimé pour l'une des plus grandes tournées de l'artiste qui a réuni un million de fans. Débutée le jeudi 7 mai au Zénith de Saint-Etienne, on se souvient des concerts spectaculaires donnés au Stade de France les 29, 30 et 31 de ce même mois. Annoncée comme sa dernière tournée comme on peut le lire sur le collector, il y en eut d'autres. « 66 » fait référence à la mythique « Route 66 » aux Etats-Unis mals également les 66 ans de l'artiste au moment de ces concerts. Le tirage était de 26000 exemplaires. Ces blocs sont actuellement en vente sur plusieurs sites sans que pour l'instant les Prix proposés soient excessifs.
Bon nombre de philatélistes ne s'intéressent pas aux collectons considérant qu'ils sortent du programme officiel. Autre argument avancé : il est impossible de tout collectionner sauf à consacrer un budget conséquent. Des arguments que je comprends parfaitement. Ainsi pour la seule année 2009, ce sont une trentaine de collectors qui sont référencés dans l'Yvert. Pour ma part je reste attentif à ces timbres dans le cadre de mes thématiques. Je les achète donc ponctuellement. Prenons ceux de l'année 2009, le collector de Johnny intéresse les philatélistes qui collectionnent les chanteurs mais aussi ceux qui recherchent tout ce qui se rapporte de près ou de loin à la mythique Route 66. En 2009, c'est également Claude Nougaro qui se trouve sur un collector mais aussi d'anciennes régions comme la Basse-Normandie ou le Nord-Pas-de-Calais avec la série "La France comme j'aime" sans oublier la ville de Lourdes, la Tour Eiffel, Zidane, les Girondins de Bordeaux...
Il me semble donc que ces timbres sont à collectionner avec modération comme les bonnes boissons qui ne tarderont pas à figurer sur vos tables. Votre vieux Socrate vous souhaite de belles fêtes de Noël et vous donne rendez-vous l'année prochaine si vous le voulez bien.
voir le site Cliquez ici pour consulter le site de Timbres Magazine





la presse philatélique française



Imprimer cette page  | Recommander cette page à un ami


Toussaint COPPOLANI
Toussaint COPPOLANI

Copyright © 2000 www.philatelistes.net
Credits, Critiques