www.philatelistes.net - Les timbres au type Merson : Lituanie, Memel
Les timbres de France au type Merson
Biographie de Luc-Olivier Merson, les timres au type Merson, France, colonies, bureaux français à l'Etranger.

www.philatelistes.net

Rechercher Membres Contacts Aide
Modération off     Accueil | Actualité | Annonces | Forum | Philamômes | Histoire postale | Merson | Liens

Vendre, Acheter, Echanger
Les adresses
Ventes sur offres ou à prix nets
Petites annonces

Actualités
Actualités

Evénements

Revue de presse
Le forum
Les sondages
Votre e-mail:


Les timbres au type Merson : Lituanie, Memel


portrait de luc-olivier merson
Luc-Olivier Merson (1846-1920)
Sommaire général
Vie
Oeuvre
Images des oeuvres
Les timbres de France au type Merson
Les timbres étrangers au type Merson

Lituanie
Carte de Memel
Lituanie : 3 valeurs

En Janvier 1923, les lituaniens prennent le pouvoir à Memel.
L'administration lituanienne utilisera les timbres français en les surchargeant "KLAIPEDA" (Memel en lituanien), le grand nombre de timbres émis à Memel s'explique par le fait que l'officier en charge de la Poste était lui-même collectionneur.
Klaipeda aujourd'hui



L'Illustration du 27 Janvier 1923
L'Illustration du 27 Janvier 1923

LE COUP DE FORCE DE MEMEL



Le 15 janvier, une attaque en force contre la ville de Memel a été effectuée par des bandes lituaniennes, d'ailleurs parfaitement organisées et armées. Un violent combat fut engagé, autour du haut-commissariat allié. Devant la supériorité numérique des assaillants, le haut-commissaire français, M. Petisné, ordonna de cesser le feu. Un armistice fut conclu, mais les Lituaniens restaient maîtres de la ville. Un soldat français avait été tué et deux autres blessés. Tels sont les faits sur lesquels la Conférence des Ambassadeurs a aussitôt été appelée à délibérer. Leur intelligence nécessite quelques explications. Memel est le nom allemand du fleuve connu en France sous le nom russe de Niémen et que les Lituaniens appellent Némunas.

C'est aussi le nom du port situé au Nord-Est des grands ports de Dantzig et de Kœnigsberg, à l'embouchure du Niémen dans le Kurische Haff, énorme lagune communiquant avec la mer par un étroit goulet et ne donnant accès qu'aux navires qui ne calent pas plus de 5 à 6 mètres de tirant d'eau. Par extension, ce nom de Memel a été donné à un territoire détaché de l'Allemagne par le traité de Versailles et qui attend depuis cette époque, sous le contrôle des Alliés, le règlement définitif de son sort. Ce territoire, en forme de croissant, a une longueur de 150 kilomètres environ et une largeur approximative de 20 kilomètres seulement. La population qui l'habite est d'environ 150.000 habitants, en grande majorité de race et de langue lituaniennes. Par l'article 99 du traité de Versailles, le territoire de Memel a été remis par l'Allemagne à la disposition des puissances alliées et associées.
Les raisons qui ont motivé sa séparation du Reich sont précisées avec une grande netteté dans la lettre adressée par le président du Conseil suprême au président de la délégation alle­mande. Il y est dit que:
La région en question a toujours été lituanienne: la majorité de la population est lituanienne d'origine et de langue; le fait que la ville elle-même est en grande partie allemande ne justifierait pas le maintien de cette région sous la souveraineté allemande, particulièrement par le fait que le port de Memel est le seul débouché maritime de la Lituanie. Il a été décidé que Memel et la région avoisinante seraient remis aux puissances alliées et associées, parce que le statut du territoire lituanien n'est pas encore déterminé.
En exécution de cette décision, un général français, le général Odry, fut chargé, au début de 1920, de l'administration du territoire.
Assisté d'un état-major et de trois officiers, contrôleurs de cercles, il exerça ses fonctions sous l'autorité du Conseil des Ambassa­deurs qui avait remplacé le Conseil suprême. Dans la suite, cette administration militaire fit place à une administration civile. Un haut-commissaire, M. Petisné, fut désigné.
Son autorité demeura soutenue par une petite garnison française, composée d'un bataillon de chasseurs alpins. C'est cette garnison qui a été attaquée.
Quelles sont les causes de ce mouvement insurrec­tionnel ? La principale est la lenteur apportée par la Conférence des Ambassadeurs à prendre une décision. Depuis trois ans et demi, les parties intéressées atten­dent. Il n'est pas étonnant que les Lituaniens aient cherché à nous mettre en présence du fait accompli. Mais cette temporisation diplomatique n'est pas négli­gence: elle résulte de la complexité d'une question qui met aux prises les intérêts contradictoires de la Lituanie et de la Pologne et encourage les intrigues de Berlin et de Moscou. D'une lettre fort documentée que nous avons reçue d'un officier de marine, particulièrement informé, nous détachons le passage suivant, qui nous paraît apporter des éclaircissements fort judicieux:
« La Lituanie voit dans Memel une fenêtre sur la mer, qui lui est indispensable. Mais la Pologne ne convoite pas moins ce port, car elle ne dispose de celui de Dantzig que d'une façon insuffisante par suite de la mauvaise volonté allemande et des difficultés que l'Angleterre y favorise.
(On se rappelle comment, en 1920, le haut-commissaire Sir Reginald Tower s'opposa au ravitaillement de la Pologne en munitions françaises lors de l'attaque des bolcheviks.) En appuyant la reven­dication lituanienne de Memel, la France pensait que la Lituanie se rattacherait à la Pologne, comme elle l'avait été avant les partages. Mais la Prusse Orientale, déjà séparée du Reich par le couloir de Dantzig. se serait ainsi trouvée complètement encerclée par sa mortelle ennemie. Le gouvernement allemand comprit le danger et mit tout en œuvre pour le déjouer. II attisa avec soin le différend polono-lituanien de Vilna, et il réussit à germaniser le gouvernement de Kovno.
» Que pouvait faire la France en présence de cette situation nouvelle ? Réserver l'avenir; détacher Memel de l'Allemagne et lui donner une autonomie économique, en retardant la solution politique. C'est à quoi s'em­ploya M. Petisné. Jamais Memel ne fut aussi prospère que sous l'occupation française: pas d'impôts de guerre, le commerce en reprise, des travaux de dragage, des constructions nombreuses, bref, une activité géné­rale. Si bien que, récemment, un représentant du Directoire de Memel demandait aux puissances alliées que le territoire demeurât autonome sous la protection de la France.
» Cette prospérité excita la convoitise de l'Allemagne et de la Lituanie. L'Allemagne n'a pas osé nous attaquer directement, mais elle a suscité en sous-main le mouvement lituanien, de complicité avec le gouver­nement de Moscou, toujours prêt à agir contre la Pologne et contre la France. L'opération allemande, savamment combinée, doit se produire en deux temps : établir à Memel le régime lituanien, contre le voeu des Mémélois eux-mêmes, qui redoutent en particulier les lois agraires de la Lituanie ; substituer ensuite au régime lituanien un régime allemand. Derrière les irréguliers lituaniens qui ont envahi Memel, il faut chercher d'abord le gouvernement de Kovno, puis celui de Berlin. »
Les Lituaniens du Territoire, auxquels se joignirent des volontaires venus isolément de Lituanie, mar­chèrent en deux colonnes, dirigées, l'une vers le Sud sur Pogegen et les ponts du Niémen (« Luisenbrücke » et le pont du chemin de fer), l'autre vers le Nord et Memel. Cette seconde colonne espérait arriver la nuit et neutraliser les chasseurs de la garnison, évitant ainsi toute lutte. Mais elle fut retardée dans sa marche et les gardes champêtres ayant prévenu le haut-com­missaire, celui-ci eut le temps d'alerter la garnison. Par la suite, les assaillants ont pu pénétrer dans la ville en passant par le pont de la Bourse, sur la Dania ou Dange. Avant de prononcer cette attaque contre la ville, le « Comité du Salut de la Petite Lituanie », comme il s'est intitulé, avait fait apposer une proclamation, datée du 9 janvier, aux « officiers et soldats de France », les exhortant à ne pas s'élever contre le pouvoir issu de la volonté nationale. Avec beaucoup de sagesse politique, le haut-commissaire français n'en a pas tenu compte. Contraint de s'incliner devant la force, il a saisi le gouvernement lituanien d'une pro­testation officielle. La Conférence des Ambassadeurs, de son côté, a aussitôt délégué à Memel un haut fonctionnaire du ministère des Affaires étrangères, M. Clinchant, pour présider une Commission d'enquête dont les autres membres sont M. Aloïsi, ancien ministre d'Italie à Copenhague, et le consul d'Angleterre à Dantzig.
Enfin, pour parer à toute éventualité, cinq bâti­ments français, sous le commandement de l'amiral Lequerré, ont été envoyés devant Memel.
Ce sont :le cuirassé Voltaire, les avisos Ailette et Oise et les torpilleurs Algérien et Sénégalais. En raison de son tirant d'eau, le Voltaire sera obligé de mouiller au large de la ligne de fonds de 10 mètres, à environ un kilomètre de la côte, sans pouvoir pénétrer dans le port. Le croiseur britannique. Caledon est également sur les lieux. D'ailleurs, à Memel même, la résistance locale s'est affirmée, et le Landtag mémélois, réuni à Heyde­krug-, a refusé de reconnaître le gouvernement factieux.


Affiche placardée par le Comité du Salut de la Petite Lituanie avant l'attaque du 15 janvier

Affiche placardée par le « Comité du Salut de la Petite Lituanie », avant l'attaque du 15 janvier.





(voir également Memel)

1923 Timbre de Memel (numéro 85) surchargé en vert KLAIPEDA et avec nouvelle valeur en surcharge verticale



klaipeda surcharge 100 M klaipeda surcharge 400 M klaipeda surcharge 500 M

mel_95 - 100 sur 80 sur 60c merson mel_96 - 400 sur 80 sur 60c merson mel_97 - 500 sur 80 sur 60c merson

Affranchissement à Klaipéda


enveloppe-memel-klaipeda

flècheflèche La cote des Merson de Lituanie




Album

Cliquez ici pour télécharger
les pages d'album des timbres au type Merson de Lituanie
au format Word ou pdf





Imprimer cette page  | Recommander cette page à un ami


Toussaint COPPOLANI
Toussaint COPPOLANI

Copyright © 2000 www.philatelistes.net
Credits, Critiques