www.philatelistes.net - Luc-Olivier Merson : Le soldat de Marathon
PHILAPOSTEL Bretagne
Collectionnez comme vous aimez! PHILAPOSTEL Bretagne regroupe les collectionneurs de notre belle région bretonne : multicollection timbres, cartes postales, capsules de champagne, marcophilie, etc.... 
Vous trouverez sur notre site les nouveautés, manifestations, et plusieurs chroniques en exclusivité : \"Les insolites de la collection\", \"Décalage : les PTT au 19è siècle\", \"Célèbre et collectionneur\", \"Multicollection\", \"Revue de presse\", \" Le monde des timbres ... les timbres du Monde\", ...
Inscrivez-vous (à droite sur la page d\'accueil)

www.philatelistes.net

Rechercher Membres Contacts Aide
Modération off     Accueil | Actualité | Annonces | Forum | Philamômes | Histoire postale | Merson | Liens

Vendre, Acheter, Echanger
Les adresses
Ventes sur offres ou à prix nets
Petites annonces

Actualités
Actualités

Evénements

Revue de presse
Le forum
Les sondages
Votre e-mail:


Luc-Olivier Merson : Le soldat de Marathon


portrait de luc-olivier merson
Luc-Olivier Merson (1846-1920)
Sommaire général
Vie
Oeuvre
Images des oeuvres
Les timbres de France au type Merson
Les timbres étrangers au type Merson

Luc Olivier Merson : Le soldat de Marathon, Huile sur toile. Grand prix de Rome de peinture d'histoire, 1869.


Luc Olivier Merson : Le soldat de Marathon, Huile sur toile.
grand prix de Rome de peinture d'histoire, 1869.


Le Prix fut remis à Merson par le surintendant des Beaux-Arts M. de Nieuwekerke. Ce même surintendant qui, trois ans plus tôt avait dit au Père du jeune Luc-Olivier en réponse à une demande d'exemption à la conscription :
"Voilà un garçon qui peut devenir un sous-officier ; qu'il profite de l'occasion pour ne pas devenir un mauvais peintre !"

Critique d'Adolphe Giraldon :

  Ici, le drame s'explique clairement, à l'instant pathétique indiqué par le programme. Tous les acteurs concourent à le renforcer, à l'accentuer. Ils expriment en attitudes et gestes précis, la surprise, l'émotion, la joie que cause la nouvelle annoncée par le soldat expirant.
Les sentiments dépeints sont tels qu'en tous temps, en tout pays, un événement pareil pourrait susciter.
D'autre part, le métier s'y montre déjà en, certaines parties accompli.   On découvre aisément dans cette première uvre, cette aptitude que conserva toujours son auteur, à trouver le geste expressif, exempt de banalité et tout personnel (parce que basé sur l'observation de la vie). Ce souci du détail juste et pittoresque, on pourrait dire « explicatif»,

Critique du tableau par Charles SAUNIER :

"Composition scolaire mais ingénieuse en son décor d'Acropole d'Athènes où sont déjà visibles les qualités de dessin et cette conception pittoresque des chose qui apparente quelquefois l'admirateur du Moyen-Age à nos maîtres enlumineurs... Si le séjour de Rome a permis au laureat de 1869 un dessin plus impeccable, peut-être a-t-il affaibli les naïfs dons d'imprévu qui rendent si intéressant ce prix et qui donneront plus tard à l'artiste l'idée du Repos en Egypte et de Saint François d'Assise prêchant aux poissons"
Charles SAUNIER, les Grands Prix de Rome depuis la fondation des Prix de Rome, Paris, Revue Encyclopédique, 1896, p. 31

L'Histoire

Le tableau représente un épisode de la bataille de Marathon qui en 490 av J.C. opposa Perses et Athéniens.
La flotte Perse s'était rassemblée dans le Golfe de Marathon. Près de 20 000 archers et cavaliers devaient marcher vers Athènes pour y réprimer les révoltes grecques. Sept mille grecs et 1000 Platéens s'étaient eux rassemblés sous la conduite de Mildiate sur les pentes du mont Agriliki. A près huit jours d'observation, les combats s'engagèrent et les hoplites grecs décimèrent près de 6400 perses (contre 192 morts du côté grec). Les Perses durent rembarquer dans le plus grand désordre.
Miltiade envoya à Athènes un messager annoncer la nouvelle de la Victoire. Celui-ci parcouru les les 40 km de Marathon à Athènes et mourut d'épuisement en arrivant (ce que représente le tableau)
N.B. Si les premiers jeux olympiques modernes de 1896 furent disputés sur 40 km, l'épreuve actuelle du marathon se dispute sur une distance de 42,195 km qui fut adoptée lors des 4èmes J.O. de Londres en 1908. Elle correspond à la distance entre le Great Park de Windsor et le White City Stadium de Londres où se courrut cette épreuve.

Pour en savoir plus sur le Concours du Prix de Rome : http://www.culture.fr/


Imprimer cette page  | Recommander cette page à un ami


Toussaint COPPOLANI
Toussaint COPPOLANI

Copyright © 2000 www.philatelistes.net
Credits, Critiques