www.philatelistes.net - Luc Olivier Merson, Une noble vie d'artiste par Adolphe Giraldon
Simon's Stamps Exchanging Page
Ukrainian philately - stamps and covers catalogues, tariffs, Web sites, offers...

www.philatelistes.net

Rechercher Membres Contacts Aide
Modération off     Accueil | Actualité | Annonces | Forum | Philamômes | Histoire postale | Merson | Liens

Actualité
Actualité

Evénements

Revue de presse
Le forum
Les sondages

Vendre, Acheter, Echanger
Les adresses
Ventes sur offres ou à prix nets
Petites annonces

Luc Olivier Merson, Une noble vie d'artiste par Adolphe Giraldon


portrait de luc-olivier merson
Luc-Olivier Merson (1846-1920)
Sommaire général
Vie
Oeuvre
Images des oeuvres
Les timbres de France au type Merson
Les timbres étrangers au type Merson

par ADOLPHE GIRALDON, Imprimeurs Frazier-Soye, A. Porcabeuf, PARIS 1929

Pages précédentes Pages précédentes  Pages précédentes



savoureuse et la plus pittoresque alliance d'émotion et d'archaïsme.

« Sous un soleil très doux, autour de la fontaine » «Pour fêter Saint David, les chanteurs sont venus. »

  Et enfin, au plafond, l'Hymne, l'Elégie, le Chant et la Musique accordent leurs formes et leur couleur dans une forte et sobre harmonie.
  Ces peintures, achevées en 1898 , sont restées aussi fraîches et aussi puissantes qu'au premier jour.
  A la nouvelle Sorbonne, il décore le cabinet du recteur de figures enseignantes, assises dans leur chaire : Les Sciences, les Lettres, le Droit, la Médecine, les Chartes. Partout, dans ces allégories, on retrouve l'ingéniosité de présentation et la clarté des emblèmes, si souvent notées déjà.
  Quatre importantes peintures : la Vérité, la Famille, la fortune, l'Espérance ornent, dans un somptueux décor de pierre blanche niellée d'or, l'escalier d'honneur d'une demeure parisienne édifiée par l'architecte Chedanne pour Mme Watel-Dehaynin.

26




  Trois charmants panneaux, aujourd'hui dispersés, montraient des figures allégoriques en camaïeu bleu sur fond d'or, au-dessus d'une cheminée monumentale de l'Hôtel Gouin, au Parc Monceau.
  Enfin, un vaste projet avait, dès 1889, été conçu par les architectes Formigé et Ballu. Ils offraient à Merson de décorer entièrement les deux travées de l'escalier des Fêtes de l'Hôtel de Ville, les galeries latérales, les coupoles des salons d'arrivée. Immense et séduisant programme pour lequel s'enthousiasma aussitôt l'artiste.
  Avec un ami, auquel, en sa grande modestie, il voulut bien faire confiance, il établit, aussitôt, le plan de cette décoration : Les Fêtes parisiennes, tel était le thème adopté.
  Sur les piliers des doubleaux seraient peintes de grandes figures allégoriques de la musique, du chant, de la danse et autres divertissements. Les caissons des doubleaux seraient décorés d'enfants nus, dans des couronnes de feuillages.
  Les douze plafonds en voûte d'arêtes des galeries latérales célébreraient, plus spécialement, les fêtes et réjouissances parisiennes, dans

27




un mélange d'ornementation, d'architecture, de fleurs et de figures, plus ou moins inspiré de la tradition pompéienne, italienne et française. Sur les parois de ces galeries, seize grands paysages décoratifs devaient évoquer les jardins et parcs de Paris. Les plafonds des coupoles glorifieraient les Arts et les Sciences qui président à la beauté de la ville. Enfin, des caissons, des tympans secondaires seraient ornés des armoiries des anciens corps de métiers parisiens et de feuillages, de fruits et de fleurs de l'île de France.
  Les esquisses furent relativement vite établies et subsistent encore. Elles sont la propriété de la Ville de Paris et il serait à souhaiter qu'elles fussent exposées au Petit-Palais des Champs-Élysées.
  Assez promptement, des difficultés administratives, des rivalités, des compétitions surgirent. Le programme fut réduit, au détriment de l'unité, pour satisfaire plus de convoitises et d'amitiés. Mais, malgré de regrettables amputations, il restait encore considérable. On se mit à la besogne et les études préliminaires commencèrent.
  Des circonstances contraires vinrent retarder

28




les travaux et, à la mort de Merson, seuls quelques-uns des grands panneaux étaient achevés. Les plafonds des galeries étaient à peine commencés.
  La Ville de Paris, d'accord avec les héritiers du maître, demanda au regretté peintre A. F. Gorguet, de terminer cet ensemble fragmentaire. Il accepta et accomplit cette tâche à la satisfaction de tous.
  Mais il reste, outre les esquisses, de nombreuses études que cette décoration avait motivées. Il en est de tout premier ordre où s'affirme tout ce que peut ajouter, à la plus rare sensibilité, la science achevée du dessin. Réunies, elles formeraient un monument digne d'être offert à l'admiration de ceux qui conservent le goût de la vérité unie à la grâce.
  La Ville de Paris en possède un certain nombre.
  A la demande de l'Etat français, il entreprit une tapisserie destinée au Palais de la Paix à la Haye, heureux mélange d'archéologie et d'observation, de convention et de nature, dans un dosage dont Merson avait véritablement le secret.

29




Cette noble allégorie de la Paix exprime clairement le thème donné.
Les détails ingénieux abondent, et certaines figures: le couple des amants dont la guerre n'interrompt pas le tendre cantique, par exemple, sont absolument délicieuses. Cette oeuvre capitale est restée inachevée. Après la mort de l'artiste, elle fut terminée par un de ses meilleurs élèves, M. Garand, et elle attend, aujourd'hui, que le bon plaisir d'un directeur des Gobelins la transforme en tapisserie et lui permette d'occuper la place à laquelle elle est destinée. Le carton de cette oeuvre est aujourd'hui au Musée de Lunéville.
  Vers 1906, le Ministère des Affaires Etrangères avait demandé à Merson d'étudier six modèles de tapisserie destinés à l'Ambassade de France à Berlin.
Le thème qu'il choisit était Les Contes de Perrault.
On devine ce qu'un tel sujet pouvait faire surgir d'idées ingénieuses dans son cerveau fécond.
Les esquisses, véritables merveilles d'esprit et de grâce légère, furent, naturellement, exécutées sans retard.

30




  Mais là, encore, un sort contraire vint arrêter l'élan de l'artiste, et la commande fut annulée. Merson résolut alors de la terminer à ses risques et frais, pour son plaisir. Il ébaucha sans tarder le premier panneau, le Petit Poucet, qui lui-même resta inachevé.
  Inachevée aussi, mais trop inachevée pour pouvoir être terminée par un autre artiste, était demeurée une vaste composition destinée à être transformée en tapisserie et à être placée à l'École des Beaux-Arts.
  Une construction, mi-architecturale, mi-picturale, à la façon de Ducerceau ou de Bérain, sert de support à de nombreuses figures allégoriques des arts et sciences enseignés à l'École. Dans la partie inférieure, comme la source même de l'esprit qui doit régner dans l'enseignement, la vérité victorieuse sort de son puits et, par sa seule apparition, met en fuite le troupeau effaré des oies de la routine et de l'erreur.
  Profonde et claire allégorie qui laisse, mieux que cent discours, voir le fond de la pensée de Merson. Que de fois l'a-t-il placée dans ses compositions, cette vérité qu'il chérissait tant,

31




dont il avait fait la règle de sa vie, et qu'il savait si peu farder! Il semble qu'il en ait eu l'obsession. Heureuse et souhaitable obsession!
  Cet important fragment, le seul qu'on ait cru devoir conserver, a été offert au Musée de Nantes où l'on peut l'admirer dans cet ensemble copieux et varié que, grâce à la générosité des enfants du peintre, le sympathique conservateur du Musée, M. Pineau-Chaillou, a su si bien présenter au public.
  Là, seulement, dans cette ville de Nantes, berceau de la famille Merson, il est possible d'apprécier le talent si complet et si souple du regretté grand artiste.


*
* *

  Le talent de Merson devait naturellement tenter les peintres verriers. Il leur fournit de nombreux et importants cartons dont la complète énumération est impossible. Parmi les compositions exécutées pour les Oudinot, les Bardon, les Delon, les Gaudin, les Champigneulle et les Tiffany, on peut citer ce beau et pur dessin des Noces florentines qui orne, aujourd'hui, une

32




quelconque salle du Sénat et est ainsi hors de la vue du public. Puis, ce fût ce vitrail : Les disciples d'Emmaüs dont la superbe exécution fut offerte aux Arts décoratifs qui «faute de place convenable» (sic) l'offrirent à leur tour à l'église de Biarritz où on peut l'admirer. Le carton de ce vitrail, un admirable dessin, appartient aujourd'hui au vieil ami de l'artiste, l'architecte Bénard, son camarade de Rome, resté son fidèle admirateur.
  Nous connaissons aussi d'amusants panneaux, peints sur verre, à la façon des vitraux suisses, représentant si ingénieusement des épisodes de la jeunesse de Gargantua.
Parmi les modèles de mosaïque conçus par Merson, il faut signaler celui du tombeau de Pasteur à la chapelle de la rue Dutot, édifiée par l'architecte Girault, et la colossale composition qu'il entreprit pour décorer l'abside en cul de four de la basilique du Sacré-Coeur à Montmartre. Cette mosaïque, conçue dans l'esprit des couvres byzantines, avec l'apport, tout moderne, que le talent de Merson ne pouvait manquer d'y apporter, a été exécutée avec

33




le concours de H.M.Magne par Guilbert-Martin. Un excellent élève de Merson, M. Imbs, a consenti, après la mort de son maître, à terminer certaines parties restées inachevées.
Vers 1903, la Banque de France demanda à L.-O. Merson la composition du billet de 100 fr. destiné à remplacer celui qu'avait dessiné Baudry, et presque en même temps on lui commandait le modèle d'un nouveau billet de 50 francs.
  Le peu de satisfaction qu'il ressentit de l'interprétation de ses oeuvres l'amena à refuser d'autres commandes importantes que la Banque lui avait faites.
  Une très grande réserve doit être apportée sur les jugements portés par ceux qui ne connaissent les compositions de Merson qu'à travers les détestables reproductions qu'en a offertes la Banque au public.


*
* *

  Passant, maintenant, au chapitre des illustrations, nous resterons stupéfaits de la quantité d'oeuvres accomplies par Merson et de leur intérêt.

34




Tous les dons de ce maître pouvaient ici se donner libre cours: compréhension des sujets, ingéniosité et fertilité de l'invention, étendue des connaissances, sûreté et adresse incomparables de la main, toutes, ces qualités réunies faisaient de lui l'illustrateur idéal.
  Sa verve était intarissable. Certaines scènes donnaient lieu à de multiples interprétations, toutes différentes, bien qu'inspirées du même épisode.
Architecture, paysages, costumes, meubles, accessoires, emblèmes, tout lui était familier. On eut dit que sa mémoire les évoquait, devant lui, au moment voulu, sous l'angle requis, avec la précision de formes., avec la justesse d'effet nécessaires.
  Pour les objets inanimés, sa faculté d'observation et sa prodigieuse mémoire le servaient presque uniquement.
  Il lui suffisait d'une note prise dans un recueil, d'un croquis hâtif d'après quelque objet analogue, ou même, le plus souvent, d'un appel a son souvenir, aussi précis qu'un calque. Mais, par contre, tout ce qui était vie : figures, animaux,

35




paysage, était, par lui, toujours étudié, contrôlé avec soin, comme au premier jour.
Les études faites pour tous ses ouvrages, tableaux, décoration, illustration, sont innombrables, souvent admirables, certains dessins d'arbres chargés de fruits, en particulier.
  Pour les grandes oeuvres décoratives, il exécutait au préalable, à l'aide de ses études, un « carton » dessiné, à échelle réduite, qu'il n'avait plus qu'à transporter sur la toile et qui lui servait de guide pour l'exécution.
  Il reste divers fragments de ces cartons; trop peu, hélas! Un entre autres, La Famille acquis parle regretté peintre Weerts et que conservent ses héritiers, oeuvre de toute beauté et digne d'un musée.
Revenons aux illustrations, pour essayer d'en donner la nomenclature.
Merson débuta dans cette carrière d'illustrateur en 1878 par une Sainte Elisabeth de Hongrie pour l'éditeur Mame. Et pour le même éditeur, en 1880, il illustre une Chanson de Roland. Puis c'est la Chevalerie de Léon Gautier, pour Palmé, en 1884 et les Fêtes chrétiennes. C'est en 1888 qu'il commença l'illustration

36




Pages suivantes pages suivantes pages suivantes



Imprimer cette page  | Recommander cette page à un ami


Toussaint COPPOLANI
Toussaint COPPOLANI

Copyright © 2000 www.philatelistes.net
Credits, Critiques