www.philatelistes.net - La poste fluviale Boules de Moulins
L'hyperinflation hongroise de 1945/1946
l'hyperinflation hongroise est la pire inflation qu'un pays ait connue, de tout temps et en tout lieu. L'étude écrite en anglais suivante traite et traitera de sujets différents en histoire postale sur cette période: la première étude visible est sur les bulletins d'expédition de colis postaux. Vous y trouverez des centaines de pages,de copies de bulletins et de documents postaux de l'époque. Tentez-vous sur la découverte de ce site, ENJOY!

www.philatelistes.net

Rechercher Membres Contacts Aide
Modération off     Accueil | Actualité | Annonces | Forum | Philamômes | Histoire postale | Merson | Liens

Actualité
Actualité

Evénements

Revue de presse
Le forum
Les sondages

Vendre, Acheter, Echanger
Les adresses
Ventes sur offres ou à prix nets
Petites annonces

Histoire postale

Début d'un mot :


La guerre de 1870
La Commune
Gazette des absents
Ballons montés
Pigeongrammes
Papillons de Metz
Pneumatiques
Boules de moulins
Chroniques
Merson

La poste fluviale Boules de Moulins


La guerre de 1870
Introduction aux ballons montés
Fiches détaillées des ballons
Les Affranchissements
Les Aéronautes
Les tentatives de retour sur Paris
Le projet de Dupuy de Lhome
Documents sur les ballons montés
Les ballons naufragés
Les ballons prisonniers
Les cartes-poste
Le Décret du 27 septembre 1870
Images de ballons montés


LES BALLONS DU SIEGE DE PARIS.
Suite.-- Voy. p.3, 45, 52, 68, 115.
LA POSTE FLUVIALE.


« Le 7 décembre 1870, à une heure du matin, l'aérostat le Denis Papin, est gonflé à la gare d'Orléans, au milieu de quelques rares spectateurs qui vont assister à son départ. Le marin Domalin mon dans la nacelle, et bientôt les voyageurs, MM. de Montgaillard, Delort et Robert, prennent place à côté de lui dans l'esquif aérien. Ces deux derniers ont une importante mission du gouvernement ; ils ont inventé un système ingénieux de cylindres roulant au fond de la scène, au moyen desquels on pourra faire entrer dans Paris assiégé les dépêches et les missives de la province. Le ballon s'élève dans d'excellentes conditions ; à sept heures du matin, il touche terre aux environs du Mans.

Quelques jours après, le Moniteur de Tours contenait un avis bien fait pour exciter l'attention du public ; ( cf. Avis au public Avis au public). il annonçait que l'on avait offert à l'administration des postes de faire parvenir des lettres des départements dans la capitale investie, à l'aide d'un procédé pour lequel les inventeurs, disent le journal, sont brevetés. Ce procédé, faisait observer le moniteur, pour conserver ses chances de succès, doit rester secret ; mais il a été reconnu suffisamment pratique pour être essayé.

Cylindre à hélice roulant au fond de la Seine. - Dessin de Jahandier
Cylindre à hélice roulant au fond de la Seine. - Dessin de Jahandier


L'administration annonçait enfin que l'on pouvait adresser des lettres de 4 grammes à Paris, et qu'il suffisait de les affranchir avec 80 centimes de timbres, en joignant à l'adresse et les mots suivants : Paris, par Moulins (Allier).

L'invention de MM. Delort et Robert consistait, comme nous l'avons dit, en un cylindre creux, muni de palettes, dont nous représentons un type ci-dessus. Ce cylindre, à peu près de la grosseur d'un chapeau d'homme, était rempli de lettres : on le fermait hermétiquement et on le lançait dans la Seine ; il tombait au fond de l'eau, et le courant le faisant rouler sur le lit du fleuve, devait le ramener jusqu'au centre de Paris, où des filets tendus l'auraient retenu. Malheureusement, les Prussiens avaient songé à la possibilité d'employer le courant de la Seine pour communiquer avec Paris, et les cylindres roulants, lancés un grand nombre, furent arrêtés avant l'entrée de Paris par les filets de l'ennemi. Après l'armistice, les allemands cessèrent de prendre autant de précautions, et en retira du fond de la Seine plusieurs des appareils de MM. Delort et Robert. Quelques-uns d'entre eux circulent peut-être encore dans notre fleuve ; ce qui semblerait le faire croire, c'est que tout récemment un pêcheur a sorti de l'eau un de ces cylindres non loin de la ville de Rouen. Le procédé, comme on le voit, était bien imaginé, mais il fut réduit à néant par la prévoyance de l'ennemi.

Un autre système fort ingénieux, dit le Journal officiel, avait été présenté également par M. Baylard, commis à l'hôtel de ville et expéditionnaire du gouvernement. Une grande économie, ce système joignait l'avantage d'être simple et d'une exécution facile. Au prix de 15 centimes pouvait obtenir une centaine de petites boules de verre, soufflées, creuses et terminées à la base par un petit orifice où s'introduisait la dépêche. Ces boules, d'un petit diamètre, figuraient si merveilleusement les bulles d'eau naturelles, qu'il devenait impossible de les distinguer quand on les remuait dans un bassin et qu'on cherchait à les saisir. Prenant, à cause de leur transparence, le reflet de l'eau dans laquelle elles plongent, mobiles et légères, glissant avec la plus grande facilité le long des roseaux, des tiges, des plantes et des bords de la rivière qui pourraient leur servir d'obstacles, franchissant aisément sans se rompre les petits versants des barrages, échappant par leur petite dimension aux grosses mailles des filets prussiens et aux mains des pêcheurs ennemis, ces petites boule messagères étaient appelées à rendre de grands services à la défense pour le transport des dépêches micrographiques. M. Reboul emporta un grand nombre de ces globules en ballons, et l'idée était en pleine voie d'exécution, lorsque les glaces vinrent empêcher le développement de ce curieux mode de transmission.

D'autres procédés furent encore proposés en grand nombre : nous citerons notamment le bateau sous-marin de M. Delente ; mais aucune de ces inventions, si ingénieuses qu'elles fussent, ne répondit aux espérances qu'elles avaient fait concevoir. »

Extrait du  Voir ce document  Magasin pittoresque d'Edouard Charton, (page 148)






Imprimer cette page  | Recommander cette page à un ami


Toussaint COPPOLANI
Toussaint COPPOLANI

Copyright © 2000 www.philatelistes.net
Credits, Critiques