www.philatelistes.net - Les pigeongrammes : Le Club l'Esprance
L'Annuaire de toute la philatélie
Annuaire international des négociants, accessoires pour collectionner, catalogues, ...

www.philatelistes.net

Rechercher Membres Contacts Aide
Modération off     Accueil | Actualité | Annonces | Forum | Philamômes | Histoire postale | Merson | Liens

Vendre, Acheter, Echanger
Les adresses
Ventes sur offres ou à prix nets
Petites annonces

Actualités
Actualités

Evénements

Revue de presse
Le forum
Les sondages
Votre e-mail:


Histoire postale

Début d'un mot :


La guerre de 1870
La Commune
Gazette des absents
Ballons montés
Pigeongrammes
Papillons de Metz
Pneumatiques
Boules de moulins
Chroniques
Merson

Pigeongrammes

Introduction
Guerre de 1870
La Poste 1870
L'Espérance
les pigeons
Les pigeongrammes
Procédé Dagron
Retour des pigeons
Lecture
Dépêches-réponses
fac-similés
Galerie
Dagron
histoire postale

Les pigeongrammes : Le Club l'Esprance


Introduction
La guerre de 1870
L'organisation des Postes et télégraphes
Le Club l'Espérance
Le recrutement des pigeons
Le retour des pigeons
Pigeongrammes de Tours
Dagron et la microphotographie
Dépêches-réponses
Pigeongrammes de Dagron
La restitution des dépêches
fac-similés de Dagron
Galerie de pigeongrammes
Décryptage d'un pigeongramme
Index des noms cités
Sources bibliographiques
Liens

L'utilisation militaire des pigeons voyageurs

Dès l'Antiquité, Aristote fait état d'une domestication des pigeons. Les romains en firent des élevages importants (on cite des colombiers de 4 à 5000 pigeons) et répandirent l'usage du pigeon messager.
On trouve une première relation d'un fait militaire au siège de Modène par Antoine, en l'an 43 avant J.-C.
Quant à la poste par pigeon, elle fut utilisée pendant les croisades tant par Saladin ou Nourreddine que par les croisés eux-mêmes.
Après la révolution, les pigeons furent utilisés pour des compétitions, sur lesquelles les gens misaient des sommes importantes d'argent. Ces compétitions furent très en vogue dès 1800 dans le Nord de la France et en Belgique.
La règlementation de la colombophilie faisait obligation aux propriétaires de déclarer les pigeonniers et permettait à l'état de réquisitionner à des fins militaires lesdits pigeons.

L'Espérance


C'est à un club colombophile parisien, L'Espérance, à son Secrétaire Prosper Derouard, son Président Cassiers et leur Trésorier Traclet, que l'on doit la mise en oeuvre de ce service en 1870. D'autres membres joueront un rôle important comme Van Roosebeke qui installera son pigeonnier sur le toit d'une maison rue Saint-Martin.

Edouard Cassiers
Edouard Cassiers


La colombophilie est moins active à Paris que dans le Nord de la France. Des courses de pigeons sont régulièrement organisées en Belgique et à Lille.
A Paris, on manque de pigeons entraînés, et c'est surtout Cassiers qui fournira l'essentiel des pigeons.


Après plusieurs contacts auprès des autorités militaires (et du général Trochu), le 4 septembre, c'est finalement Traclet, et l'un de ses amis avocat, Maître Ségalas qui obtiennent du Directeur des Télégraphes, M. de Vougy, l'autorisation d'installer un colombier au 103, rue de Grenelle. Ce colombier d'ailleurs ne sera qu'un lieu de transit pour les pigeons. En quelques semaines, les colombophiles de l'Espérance réquisitionnent de nombreux pigeons.

Les pigeons sont alors transférés vers la province    Suite / Next   




Imprimer cette page  | Recommander cette page à un ami


Toussaint COPPOLANI
Toussaint COPPOLANI

Copyright © 2000 www.philatelistes.net
Credits, Critiques