www.philatelistes.net - Les pigeongrammes : Le retour des pigeons
Union Française de Philatélie Polaire SATA
L'UFPP-Sata est une association qui regroupe les amateurs de philatélie de l'extrême: la philatélie polaire.

www.philatelistes.net

Rechercher Membres Contacts Aide
Modération off     Accueil | Actualité | Annonces | Forum | Philamômes | Histoire postale | Merson | Liens

Vendre, Acheter, Echanger
Les adresses
Ventes sur offres ou à prix nets
Petites annonces

Actualités
Actualités

Evénements

Revue de presse
Le forum
Les sondages
Votre e-mail:


Histoire postale

Début d'un mot :


La guerre de 1870
La Commune
Gazette des absents
Ballons montés
Pigeongrammes
Papillons de Metz
Pneumatiques
Boules de moulins
Chroniques
Merson

Pigeongrammes

Introduction
Guerre de 1870
La Poste 1870
L'Espérance
les pigeons
Les pigeongrammes
Procédé Dagron
Retour des pigeons
Lecture
Dépêches-réponses
fac-similés
Galerie
Dagron
histoire postale

Les pigeongrammes : Le retour des pigeons


Introduction
La guerre de 1870
L'organisation des Postes et télégraphes
Le Club l'Espérance
Le recrutement des pigeons
Le retour des pigeons
Pigeongrammes de Tours
Dagron et la microphotographie
Dépêches-réponses
Pigeongrammes de Dagron
La restitution des dépêches
fac-similés de Dagron
Galerie de pigeongrammes
Décryptage d'un pigeongramme
Index des noms cités
Sources bibliographiques
Liens

Dès que les pigeons étaient réceptionnés à Tours (et plus tard à Poitiers), ils étaient nourris et mis au repos de manière à être préparés pour le retour.

La première dépêche datée du 27 septembre arriva à Paris le 1er octobre.
Les quinze premiers jours, on procéda à divers essais, et ce n'est qu'à partir du 16 qu'un service régulier fut organisé.
Dès lors, M. Blay se chargea de tenir le registre des expéditions.

Combien de pigeons furent utilisés ?

Par conséquent, on ne connait pas le nombre exact d'envoi dans la première quinzaine, et les chiffres concernant le nombre total de pigeons demeurent imprécis car divergents selon les sources (Steenackers, Mangin, Blay, La Perre de Roo).
Selon Steenackers, 363 pigeons arrivèrent de Paris, 61 furent utilisés pour annoncer que le ballon était arrivé.
Selon les frères Mangin, 407 quittèrent Paris.
Enfin, Blay prétendait en avoir relâché 248.
Il faut tenir compte de la réutilisation des pigeons (les meilleurs firent plusieurs allers-retours).
Le nombre qui nous concerne pour l'histoire postable est probablement 363, celui cité par Steenackers. Il n'est d'ailleurs pas en contradiction avec les autres cités.

62 à
Prosper Derouard
21 à
Bègue
14 à
Pichon
4 à
Vandenleuvel
52 à
Cassiers
20 à
Laurent
12 à
Tétart
4 à
Seambaert
32 à
Van Roosebecke
19 à
Balmy
11 à
Caillat
3 à
Peters
27 à
Nobécourt
18 à
Vauris
11 à
Deshayes
2 à
Bocheron
24 à
Traclet
18 à
Goyet
7 à
Perjeaux
2 à
Janody

Cf. La poste, par pigeon pendant le siège de Paris (La revue colombophile - janvier 1893)

Le dur retour




Les pigeons étaient renvoyés au plus près de Paris. Le lieu changeait en fonction de l'avance des troupes Prussiennes et des conditions climatiques et également par sécurité.
Les lachers eurent lieu :
1.   dans la région d'Orléans (La Loupe, Nogent-Le-Rotrou, Arthenay, Cercottes, Chevilly)
2.  Entre Orléans et Tours (Blois, Beaugency, Villebarou)
3.  dans la région de Tours (Mont Louis, Villeperdue, Sainte Maure)
Après l'armistice, le 28 janvier 1871, d'autres lachers eurent lieu près d'Orléans (Ormes)
Outre la distance qu'ils avaient à parcourir, (200 km en 2 à 3 heures pour les meilleurs) les pigeons devaient affronter divers dangers :
les troupes Prussiennes qui s'exerçaient à les tuer, les paysans français qui cherchaient de la nourriture pour leurs famille et les oiseaux de proie, aigles notamment. Les Prussiens avaient dressé des aigles spécialement pour cette tâche.

Médailles

Pas étonnant dès lors, que l'arrivée des oiseaux à Paris fut salué à chaque fois comme un exploit et commémoré par de nombreuses médailles.


 
Le 22 octobre, arrivée de 5 pigeons médaillés
apportant des nouvelles de Tours


Monument Porte des Ternes

Un monument fut même érigé Porte des Ternes à Paris le 28 janvier 1906. Cette sculpture de Bartholdi et Rubin fut fondue par les Allemands en 1944.
Elle représentait un ballon avec deux pigeons voyageurs.

cf. Monument aux arostiers du Sige de Paris

Les Pigeongrammes furent tout d'abord élaborés à Tours    Suite / Next     

Imprimer cette page  | Recommander cette page à un ami


Toussaint COPPOLANI
Toussaint COPPOLANI

Copyright © 2000 www.philatelistes.net
Credits, Critiques